Imprimer

< Retour à la page précédente

Fiche métier

salesman

Le salesman est le technico-commercial des salles de marché. Il conseille les clients sur des investissements boursiers en tenant compte des analyses de sa banque et des fluctuations du marché.

  • salesman
  • Niveau d'accès : bac + 5
  • Salaire débutant : 3300 €
  • Statut(s) : Statut salarié
  • Synonymes : Vendeur/euse salle de marché
  • Métiers Associés :

    Salesman sur produits cash,
    Salesman sur produits dérivés,
    Salesman sur produits structurés

  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Banque - Assurances - Immobilier

  • Centre(s) d'intérêt :

    J'ai la bosse du commerce,
    J'ai le sens du contact,
    J'aime jongler avec les chiffres,
    J'aime les sensations fortes

Le métier

Nature du travail

Acheter ou vendre

Téléphone à la main, un oeil sur les cours de la Bourse, l'autre sur les e-mails des analystes, le salesman informe ses clients des transactions les plus adaptées à leur stratégie. C'est donc lui qui conseille aux caisses de retraite, aux entreprises ou aux sociétés d'assurances de vendre ou d'acheter tel ou tel titre. Si ses avis sont suivis, il passe le relais au trader, qui est chargé d'investir sur le marché au nom du client.

Conseiller sur mesure

Ses conseils d'investissement ne seront pertinents que s'il maîtrise la composition du portefeuille financier de chacun de ses clients et qu'il sélectionne les opportunités adéquates. Objectif du salesman : augmenter et fidéliser sa clientèle.

Obligation de fiabilité

Porte-parole des analyses de sa banque, le salesman a une obligation de fiabilité, car les conseils qu'il prodigue portent sur des sommes considérables. Alors, pas de place à l'improvisation. Lecture de la presse, consultation de bases de données : chaque séance est minutieusement préparée et débute par une réunion (le morning meeting), au cours de laquelle les analystes financiers commentent leurs recommandations en fonction des derniers mouvements du marché.

Compétences requises

Nerfs d'acier

Nombreuses sociétés cotées, marché des actions en perpétuel mouvement, sommes d'argent considérables en jeu : le métier de salesman peut s'avérer épuisant nerveusement. Intuition, rapidité d'esprit, bonne résistance au stress et aux fluctuations du marché sont plus que nécessaires.

Un métier pour lève-tôt

La journée commence vers 7 heures, en fonction de l'ouverture des différents marchés, et la pause-déjeuner consiste le plus souvent en un sandwich devant son écran. Le calme revient à la clôture du marché boursier, vers 17 heures. Mais le salesman ne décompresse qu'après avoir vérifié, un à un, les tickets qui récapitulent les opérations effectuées dans la journée. Un travail très prenant, où il faut savoir allier rigueur, assiduité et réactivité.

Forte tête... bien remplie

Il n'existe pas vraiment de profil type du salesman. Il doit parfaitement maîtriser l'anglais et avoir une très bonne connaissance des marchés financiers. Autre atout : être à l'aise avec les clients, pour savoir les convaincre. Une bonne dose d'ambition et une personnalité assez forte pour s'imposer sont également les bienvenues.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Avec des spécialistes en appui

S'il gère son propre portefeuille de clients, le salesman n'opère pas en solo. En amont, il collabore avec des analystes financiers et, toute la journée, il travaille avec un trader. C'est ce dernier qui indique les opérations potentielles et anticipe les ventes que conseillera le salesman. C'est encore à lui que le salesman transmet les ordres des clients.

En quête de commissions

Capter un maximum d'ordres fait partie des objectifs commerciaux du salesman. En effet, si le client suit ses recommandations, il touche une commission sur le montant de chaque transaction. Sa rémunération dépend en partie de sa prestation.

S'adapter aux marchés

Il n'y a pas de routine dans cette profession. Le salesman doit faire face à un marché fluctuant et savoir réajuster ses conseils pour réagir à temps. Les sommes en jeu, comme les clients, peuvent par ailleurs être très différents. La mission du salesman comporte également une composante technique forte : il doit absolument maîtriser les spécificités des bourses locales, des instances et des logiques de marché.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

De 3300 à 5000 euros brut par mois pour un jeune cadre, auxquels s'ajoutent des primes sur résultats obtenus.

Intégrer le marché du travail

Une carrière courte

Comme la plupart des métiers en salle de marché, le métier de salesman est extrêmement éprouvant psychologiquement. Pour cette raison, il est difficile d'occuper ce poste pendant toute une carrière. Après quelques années d'activité, la plupart des professionnels se reconvertissent dans des métiers plus calmes.

Reconversion possible

Le salesman peut devenir responsable de desk (bureau), pour encadrer des équipes de salesmans, ou encore trader. Avec de l'expérience, il peut également évoluer au sein des salles de marché, s'orienter vers le middle office ou le back office, ou encore se tourner vers la gestion de portefeuille ou toute autre fonction commerciale. Mais si les possibilités de reconversion sont multiples, elles exigent souvent de revoir à la baisse ses prétentions salariales.

Un secteur très masculin

75 % des opérateurs de marché, traders et salesmans confondus, sont des hommes. Une tendance très forte, donc.

Accès au métier

Accès au métier

Devenir salesman demande une excellente culture générale en finance de marché. Ce métier nécessite une formation supérieure de niveau bac + 5, qui pourra être complétée par un mastère spécialisé en finance.

Niveau bac + 5

  • Diplôme d'école supérieure de commerce et de gestion spécialisé en finance de marché
  • Diplôme d'ingénieur spécialisé en finance de marché
  • Masters pro ou recherche spécialisé en finance ; marchés financiers ; banque : risques et marchés ; banque et finance ; opérations de marchés financiers

Niveau bac + 6

  • Mastères spécialisés en finance, finances internationales, finance des marchés

En savoir plus

Témoignages

Guillaume, salesman

Chaque jour est différent

"Je me lève sans savoir de quoi sera faite ma journée. Par exemple, pour savoir si le lancement d'un nouveau yaourt par un géant de l'agroalimentaire est une bonne idée, je me penche sur les habitudes de consommation des Américains. Puis je conseille ou non d'acheter des actions de cette entreprise. Le lendemain, je me plonge dans le marché italien de la chaussure, le surlendemain dans celui de l'électricité allemand. Selon les rachats d'entreprises, les fermetures d'usines ou la situation géopolitique au Moyen-Orient, mes priorités changent. Discuter au"" téléphone avec les clients ne suffit pas. J'essaie de les rencontrer régulièrement et de les inviter à des événements. J'organise aussi des " road shows ", des moments où l'on réunit les patrons des entreprises cotées en ""Bourse et les investisseurs qui misent sur elles. C'est très intéressant d'échanger avec les dirigeants sur les raisons qui les poussent à s'implanter dans un pays ou à développer un produit."

(12/05/2014)

Ressources utiles

www.observatoire-metiers-banque.fr

Site de l'Observatoire des métiers, des qualifications et de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque

www.ecolebourse.com

Site de l'École de la bourse

www.fbf.fr

Site de la Fédération bancaire française

www.amafi.fr

Site de l'Association française des marchés financiers

Publications

Publications Onisep

Les métiers de la banque, de la finance et de l'assurance
collection Parcours, ONISEP
parution 2013

Vient de paraître

Pour
les professionnels