Accueil > Secteurs > Fiches métier > technicien(ne) biologiste

< Retour à la page précédente

Fiche métier

technicien(ne) biologiste

Recherche publique, hôpitaux, industrie pharmaceutique et agroalimentaire… les secteurs où les biologistes peuvent exercer sont nombreux. Leur rôle : analyser, mettre au point et contrôler les produits.

  • technicien-ne-biologiste

Le métier

Nature du travail

Prélèvements et cultures

Le technicien biologiste effectue toutes sortes d'analyses sur des organismes vivants suivant des techniques particulières de culture, de biochimie, d'immunologie… Selon le lieu où il exerce, son activité varie.

Observation, surveillance et contrôle

Dans un laboratoire de recherche, il observe in vitro l'effet d'un gène sur des cellules cancéreuses afin de trouver de nouvelles « cibles thérapeutiques ». Dans une station d'épuration, il surveille les paramètres de la qualité de l'eau grâce à la mise en culture d'échantillons. Sur un site de fabrication de médicaments, il contrôle la qualité du produit, depuis l'arrivée des matières premières jusqu'au conditionnement des comprimés.

Des responsabilités croissantes

Quelle que soit sa fonction, le technicien biologiste doit, pour chaque tâche, suivre un protocole établi par le responsable du laboratoire. De même, chaque expérience fait l'objet d'un rapport très précis.

Loin d'être un simple exécutant, il est impliqué dans les projets et voit ses responsabilités s'accroître : par exemple, c'est à lui qu'il appartient de vérifier les conditions de fiabilité et l'innocuité de l'analyse scientifique.

Compétences requises

Habileté et organisation

Le technicien de laboratoire possède avant tout de solides connaissances en biologie. Habile de ses mains, il fait preuve d'une grande minutie et de précision. De même, le sens de l'initiative et l'organisation sont des qualités requises pour l'exercice de son métier.

Maîtrise de l'informatique et de l'anglais

Le technicien biologiste doit posséder des connaissances en informatique et en électronique pour pouvoir s'adapter aux différents appareillages qu'il utilise (optique, micro-informatique, robotique…). Par ailleurs, il doit être capable d'assurer la maintenance courante de ces appareils et logiciels. La maîtrise, ou du moins, une très bonne compréhension de l'anglais est indispensable à la consultation et l'étude de documentations scientifiques et techniques.

Maîtrise des risques

Le technicien biologiste est exposé quotidiennement à différents risques (chimiques, biologiques…) liés aux produits, matériels et techniques utilisés. Il doit donc connaître les réglementations de sécurité qui y sont associées et savoir les appliquer.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Pratique réglementée

Vêtu d'une blouse blanche, les mains gantées, le technicien biologiste passe une grande partie de son temps à travailler avec ses flacons, ses éprouvettes, ses pipettes… Il manipule des produits chimiques plus ou moins dangereux, ou des organismes constituant des sources potentielles de contamination. Il travaille généralement dans un univers stérile pour ne pas fausser les résultats des expériences. Aussi est-il soumis à une réglementation stricte, notamment en termes d'hygiène et de sécurité.

Travail d'équipe

Le technicien biologiste est autonome, mais ne travaille jamais seul. Au sein d'une équipe de recherche, il collabore avec différents intervenants : thésards, post-doctorants, ingénieurs et chercheurs, qui ont la responsabilité des résultats.

Différents secteurs d'activité

Le technicien biologiste peut exercer dans un laboratoire de recherche public (Inra — Institut national de la recherche agronomique, Inserm — Institut national de la santé et de la recherche médicale, CNRS — Centre national de la recherche scientifique, CEA — Commissariat à l'énergie atomique…), mais également dans un secteur industriel (pharmaceutique, cosmétique, agroalimentaire, environnement), au sein d'une équipe de recherche-développement ou sur un site de production en contrôle qualité. À chaque situation, des conditions de travail particulières.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

A partir du Smic.

Intégrer le marché du travail

Industrie ou recherche

Les secteurs industriels tels que l'agroalimentaire, le médicament et le traitement des pollutions sont aujourd'hui très demandeurs de techniciens biologistes.

Côté recherche en revanche, les débouchés sont limités, car la politique d'innovation n'a pas connu l'essor escompté. Les sociétés de biotechnologies, tournées par nature vers la recherche-développement, restent très fragiles, bien que très dynamiques. L'avenir semble s'éclaircir, notamment grâce à la création de pôles de compétitivité, impliquant à la fois la recherche privée et publique, qui devraient offrir des emplois.

Vers l'encadrement

Très spécialisé, le technicien biologiste de la recherche n'a que très peu de perspectives d'évolution. En revanche, les firmes commercialisant des appareils ou des réactifs offrent des postes de technico-commerciaux après quelques années d'expérience. Dans le secteur industriel, il peut aussi se voir confier l'encadrement d'une équipe, au sein d'un laboratoire de contrôle par exemple.

Accès au métier

Accès au métier

Les techniciens biologistes sont recrutés avec un bac + 2 au minimum. Les formations sont nombreuses, et certaines peuvent se préparer par l'apprentissage. Les plus courantes sont les BTS (brevets de technicien supérieur) et les DUT (diplômes universitaires de technologie).

Pour faciliter l'insertion professionnelle, il est vivement conseillé de compléter sa formation par un stage dans le domaine où l'on veut exercer. Dans le domaine de la recherche, une licence professionnelle plus pointue est particulièrement appréciée des entreprises lorsqu'elle correspond à leur champ d'activité.

Niveau bac

  • Bac S (scientifique) ou STL (sciences et technologies de laboratoire)
  • Bac pro bio-industries de transformation ; laboratoire contrôle qualité

Niveau bac + 2

  • BTS analyses de biologie médicale ; bio-analyses et contrôles ; biophysicien de laboratoire…
  • Diplôme d'État de technicien de laboratoire médical
  • DUT génie biologique

Niveau bac + 3

  • Licence professionnelle sciences, technologies, santé biotechnologies ; sciences, technologies, santé industries chimiques et pharmaceutiques

En savoir plus

Témoignages

Magalie Barreau, technicienne biologisteà l'IUT d'Évreux (27)

Un enrichissement permanent

"Ici, c'est moi qui gère mon planning. Quand j'arrive le matin, je m'occupe de tout ce qui est nettoyage, stérilisation du matériel, gestion des déchets… Puis j'effectue les manipulations prévues pour la journée. Il y a 2 ans, par exemple, il y a eu une campagne sur les bactéries de l'air. Nous avons alors effectué des prélèvements dans différentes villes pour identifier toutes les bactéries présentes dans l'air. Et aujourd'hui on mesure l'impact des gaz d'échappement sur la virulence de ces bactéries. "

"Ce qui est intéressant dans le métier de technicien biologiste, c'est que, à chaque nouvelle recherche, on apprend des choses, on découvre des techniques. J'ai commencé il y a 5 ans, et je n'ai pas l'impression d'avoir été au bout de tout ce que je pouvais faire."

(09/07/2012)

Ressources utiles

Fédération nationale des étudiants en biologie (Fneb)
http://www.fneb.fr

Ministère délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche
http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr

www.emploi-scientifique.info

Un portail de l'emploi dans l'enseignement supérieur et la recherche

www.bio-emploi.com

Zoom sur le marché de l'emploi dans le secteur de la biologie (biotechnologies, agroalimentaire, biologie médicale, industrie pharmaceutique...)

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items
Recherche géolocalisée

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=1&itemid=81190&categorypath=/2/64/60837/80566/