Cliquez
pour afficher
le menu
Sport : STAPS ou pas ?
Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Mes choix d'études

Accro de sport : quelles formations pour vous ?

Publication : 11 janvier 2018
Sportif occasionnel ou sportif au quotidien, selon votre pratique, plusieurs pistes d’études sont à explorer. Prendre un VRAI temps de réflexion, c’est se donner toutes les chances de réussir.

Cliquez sur votre rythme d'activité sportive pour découvrir les différentes filières de formation faites pour vous !

J’aime le sport mais je n’en pratique aucun

Dans ce cas, les filières sportives universitaires ou jeunesse et sports ne sont pas faites pour vous, car elles requièrent une bonne condition physique. En licence STAPS, il faut pratiquer environ 10 heures de différents sports chaque semaine, plus des déplacements du stade à la piscine, de la salle de muscu à celle de danse ! Le tout sans se blesser, une des causes importantes d’abandon dans cette filière. Le niveau de natation, un des sports incontournables avec l’athlétisme et la gymnastique, y est particulièrement élevé. Dans les filières sportives jeunesse et sports, des pré-requis sportifs sont exigés pour tous les diplômes.

À retenir. Les filières STAPS et les formations du ministère chargé des sports (BPJEPS,  DEJEPS ou DESJEPS) ne conviennent qu’à celles et ceux qui sont munis d’un bon bagage sportif et compétitif. Si votre passion du sport ne s’incarne pas dans une pratique sportive poussée, pensez plutôt à passer par d’autres filières, notamment dans le domaine de la santé, du commerce, du journalisme ou de l’ingénierie, qui vous permettront de travailler avec le milieu sportif.

Un doute ? Découvrez les domaines d’activité dans Sport : quels métiers pour vous ?

Je pratique plusieurs sports

Vous avez sans doute le profil idéal pour faire STAPS… à condition d’être également bon élève et motivé ! La pratique sportive ne représente qu’un tiers des enseignements en STAPS. Beaucoup de matières sont enseignées en L1, aussi bien en amphi de plusieurs centaines d’étudiants qu’en TD : anatomie, physiologie, droit, histoire, biomécanique, sociologie, anglais… Certains diplômes jeunesse et sports sont également pluridisciplinaires (BPJEPS activités physiques pour tous, sports collectifs).

À retenir. À l’université, indispensable d’apprendre l’autonomie pour travailler seul certaines matières, notamment celles qui sont nouvelles par rapport au lycée.

Pour en savoir, lire aussi L'essentiel sur la licence STAPS.

Je pratique le même sport depuis longtemps

En STAPS, mieux vaut être touche-à-tout ou alors très compétitif dans un domaine. Les parcours de licence conviennent à ceux qui acceptent de se former à des secteurs plus larges et de découvrir les métiers concernés au fur et à mesure. Spécialiste de la danse ou du judo ? Il va falloir s’entraîner sérieusement en natation, athlétisme et gymnastique, les piliers de la pratique sportive. Bonne nouvelle, dans la plupart des universités, une bonne note en anatomie compte autant qu’une en basket (théorie et pratique confondues) ! Cela permet éventuellement de compenser, dans un sens ou dans l’autre.

À retenir. D’autres formations sont proposées par le ministère chargé des sports (BPJEPS, DEJEPS). Elles sont construites en alternance entre théorie et pratique, temps de formation et temps en entreprise. Plusieurs durées et niveaux de formation sont possibles. Il existe des filières par disciplines sportives et, selon votre niveau de pratique, vous pouvez trouver le diplôme qui correspond à vos attentes d’encadrement.

Pour en savoir plus, lire aussi L'essentiel sur le BPJEPS.

Je suis sportif de haut niveau

Afin de pouvoir continuer leur entraînement et la compétition, les sportives et sportifs de haut niveau sont le plus souvent accueillis en Creps (centre de ressources, d’expertise et de performance sportives) ou à l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance). La filière STAPS accueille de son côté certains sportifs de haut niveau, souvent soucieux de leur reconversion. Les compétiteurs bénéficient d’aménagements pour concilier études, entraînements et compétitions : tutorat, soutien, dispenses, etc.

À retenir. D’autres, qui souhaitent se former dans un domaine précis, choisissent de suivre leurs études à distance via le Cned (Centre national d’enseignement à distance) ou suivent des cours dans un établissement ayant mis en place des aménagements. C’est, par exemple, le cas du CFJ (école de journalisme), d’EM Lyon (école de commerce), des universités Bordeaux 3, Paris 12 ou encore Paris-Dauphine.

 Pour en savoir plus, lire aussi Compétition sportive : une équipe soudée.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels