Cliquez
pour afficher
le menu
Sport : STAPS ou pas ?
Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Mes choix d'études

Quiz : STAPS ou pas STAPS ?

publication : 11 janvier 2018
La licence universitaire STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) vous attire ? Pour être sûr de faire les bons choix, testez vos connaissances.

Pour réussir en STAPS, mieux vaut un bac scientifique.

Vrai Faux

VRAI. Si tous les bacs donnent accès à l’université, les chiffres de passage de L1 à L2 ne trompent pas. Par exemple, à l’université de Strasbourg, 54% des bacheliers S inscrits dans la filière ont validé leur année en 2015. C’est le cas de 26 % des bacheliers ES, 20 % des bacheliers L. Le taux de réussite tombe à 7% pour les bacheliers technologiques et professionnels. On remarque cependant que de nombreux étudiants sont inscrits dans la filière mais ne viennent pas aux sessions d’examens. De ce fait les taux de réussite des étudiants qui se sont présentés à l’examen sont meilleurs. L’étude des matières scientifiques et les pratiques de dissertation, peu ou pas pratiqués au lycée nécessitent de travailler davantage.

La mise en place de parcours individualisés pour les étudiants ne présentant pas l’ensemble des attendus pour réussir en licence devrait favoriser la réussite. Une réorientation vers des études plus courtes est possible, notamment vers le BPJEPS qui prépare au métier d’animateur sportif ; un DEUST (métiers de la forme ; sport adapté ; manager de club…), diplôme ciblé emploi qui se prépare en 2 ans à l’université ; une licence professionnelle (activités sportives ; santé, vieillissement et activités physiques adaptées …).

Pour en savoir plus, lire aussi L'essentiel sur le BPJEPS.

Dans l’emploi du temps, c’est ʺsportʺ tout le temps.

Vrai Faux

FAUX. La licence STAPS est une formation qui regroupe de nombreuses disciplines. La pratique sportive ne représente qu’un tiers de l’emploi du temps, soit une dizaine d’heures par semaine. Le reste de la formation est réparti entre sciences humaines (psychologie, sociologie, histoire des sports, droit, etc.), sciences de la vie (anatomie, physiologie, biomécanique…), langue vivante et informatique.

Pour en savoir plus, lire aussi L'essentiel sur la licence STAPS.

En STAPS, il est obligatoire de pratiquer plusieurs sports.

Vrai Faux

VRAI. Dans cette filière, la diversité des matières se vérifie aussi en sport. En 1re année, une dizaine de disciplines sportives sont prévues chaque semestre (natation, athlétisme, tennis de table, danse, boxe, escalade, judo, badminton, gymnastique, natation, foot, course d’orientation, basket…).

Certaines universités offrent aussi la possibilité de renforcer une des disciplines sportives. Intéressant notamment pour ceux qui souhaitent s’orienter vers l’entraînement, car les employeurs attendent un bon niveau de pratique. Mais attention : le niveau en sport de spécialité est généralement très élevé. Renseignez-vous auprès de votre fac avant de faire votre choix.

Pour découvrir des témoignages d’étudiants, lire aussi STAPS, en direct des campus.

Difficile de trouver du travail avec une licence STAPS.

Vrai Faux

FAUX. Le secteur du sport est en essor. La pratique et l’achat de matériel de sport ont explosé ces dernières années, et le public concerné ne fait que s’élargir, notamment à cause du vieillissement de la population. Selon les enquêtes des universités, les diplômés de STAPS ont un taux d’insertion tout à fait satisfaisant, même si tous n’exercent pas dans le sport. Moins directement opérationnels pour l’animation en club que les titulaires d’un BPJEPS, ils sont cependant appréciés pour leurs qualités d’analyse, de conception, voire de recherche de sponsors dans les nombreuses structures de sport ou de bien-être, les associations ou les fédérations qui cherchent à se professionnaliser, les distributeurs ou fabricants d’articles de sport. Les stages permettent de lier les premiers contacts. À chacun ensuite d’étoffer son réseau.

STAPS, c’est pour devenir prof.

Vrai Faux

VRAI-FAUX. La licence STAPS propose 5 parcours différents ouvrant sur des secteurs d’activités variés. Le parcours éducation et motricité, qui regroupe les effectifs les plus nombreux, est recommandé pour ceux qui visent les métiers de l’enseignement, que ce soit pour devenir éducateur dans les écoles ou au sein des collectivités publiques locales, après avoir passé le concours d’éducateur. Pour devenir professeur d’EPS en collège ou lycée, il faut poursuivre dans un master spécifique qui prépare au concours. 630 postes de prof d’EPS sont ouverts au concours en 2018. Par ailleurs, nombreux sont les diplômés de STAPS qui deviennent professeurs des écoles.

Pour en savoir plus, lire aussi Enseigner le sport : de multiples opportunité de carrière.

STAPS, c’est pour les sportifs de haut niveau.

Vrai Faux

FAUX. Les sportifs de haut niveau représentent entre 0 % et 10 % des effectifs en 1re année de STAPS, selon les universités. Ces derniers ne sont pas avantagés en STAPS où les étudiants pratiquent une dizaine de sports différents chaque semestre. Cependant, certaines universités ont mis en place des aménagements horaires pour leur permettre de poursuivre études et compétition. À étudier au cas par cas à l’heure de faire ses vœux.

Autre piste possible : suivre des formations professionnelles ciblées entraînement, proposées notamment par les fédérations ou le ministère de la Jeunesse et des Sports. Ces formations n’offrent pas le même spectre d’enseignements ni les mêmes possibilités d’évolution que la filière STAPS, mais elles peuvent se combiner, de manière astucieuse, avec d’autres domaines d’études (économie, commerce, ingénierie, santé…).

Choisir STAPS, c’est s’engager vers des études longues.

Vrai Faux

VRAI. Une licence, c’est au minimum 3 ans d’études après le bac. À la session 2015, plus de 7 diplômés sur 10 ont poursuivi leur licence vers 2 années supplémentaires pour décrocher un master.

Pour ceux qui sont pressés de rentrer dans la vie active, il y a d’autres possibilités de se former dans le sport et les activités physiques, que ce soit à l’université avec les DEUST (en 2 ans après le bac) ou les licences professionnelles liées au sport (en 1 an après la L2), ou en organisme de formation agréé par le ministère de la Jeunesse et des Sports pour préparer, par exemple, un BPJEPS, brevet professionnel lié à l’encadrement du sport.

Pour en savoir plus, lire aussi L'essentiel sur le BPJEPS.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels