Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Mahdi Belbey, commissaire de police

Publication : 8 juillet 2015
Gérer son service, piloter des opérations, coordonner et suivre l'action des enquêteurs, le commissaire de police assure des missions diverses et variées. Ce métier vous attire ? Êtes-vous fait(e) pour ? Quelles études faut-il envisager ? Mahdi Belbey, commissaire de police à Paris, a répondu en direct à toutes vos questions mercredi 9 septembre. Voici son portrait.

Mahdi Belbey, commissaire de police

"Il n'y a pas de liberté sans sécurité." 

Mahdi Belbey, Commissaire à Paris.

Pour ce commissaire en fonction au cœur des quartiers touristiques de Paris, la police, ce n'est pas "un rêve d'enfant", même s'il s'imaginait déjà être au service de l'État. Le déclic ? "Ma rencontre, à l'université, avec un professeur de géopolitique, par ailleurs commissaire. Il m'a transmis sa passion pour ce métier qui associe l'action et la réflexion."

Diriger les opérations

Prévoir le dispositif d'ordre d'une manifestation, s'assurer que l'espace de détention du commissariat est bien sécurisé… Mahdi orchestre un ensemble d'opérations, variées. "J'assure le suivi des affaires juridiques marquantes, en orientant le travail des enquêteurs. Et pour adapter l'action des policiers sur le terrain, j'analyse la délinquance sur un territoire donné". Autre volet : gérer les partenariats avec le Maire, les entreprises... "Je joue un rôle de conseil, par exemple pour sécuriser un Musée lors d'un évènement sensible."

Gardien du Temple

Formation, mesures disciplinaires, relations avec les organisations syndicales… ce commissaire encadre 355 fonctionnaires, "des hommes et des femmes qui exercent un métier difficile. "Au quotidien, il faut savoir prendre des décisions et les assumer. Pour cela, je m'appuie sur des textes juridiques comme le code de déontologie de la Police nationale et de la gendarmerie…."

Une grande disponibilité

Joignable 24 heures sur 24, Mahdi estime que la disponibilité fait partie du métier. Tout comme le fait d'avoir une "hauteur de vue, de donner un cap" au service. "J'ai une certaine idée de la République, qui m'anime au quotidien. C'est un métier passionnant parce qu'on est au cœur de l'action, parfois de l'actualité… On exerce dans un environnement juridico-administratif complexe. Intellectuellement, c'est très enrichissant."

Vient de paraître