Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Mercredi 12 octobre (15h) : Tchat avec Lucie Charles, chercheuse en neurosciences à l'Inserm/CEA

Publication : 20 septembre 2011

« Bonjour à tous,

Lucie Charles

Lucie, chercheuse (neurosciences)

Voici quelques mots de présentation pour mieux comprendre qui je suis et ce que je fais.

Le déclic

En classe de 3e j’ai eu l’occasion de rencontrer un chercheur en neurosciences qui travaillait sur la mémoire. C’est à ce moment-là que j’ai eu envie de travailler sur le cerveau. J’hésitais entre l’éthologie qui est l’étude du comportement et des fonctions cognitives chez l’animal, et les neurosciences chez l’homme.


Mon travail

Je travaille dans une unité de neuroimagerie cognitive où l’on fait de nombreux tests notamment sur les enfants pour comprendre le développement cérébral et la maturation du cerveau après la naissance. Un autre grand domaine porte sur l’apprentissage de la lecture et de la numération. Enfin une partie de mon laboratoire travaille chez l’adulte sur la perception du temps et de l’espace et plus généralement sur la conscience. Nous utilisons des techniques comme l’électroencéphalographie (EEG), la magnétoencéphalographie (MEG) ou l’IRM pour voir les modifications dans le signal cérébral lorsqu’on est en train de faire une tâche cognitive ou même lorsqu’on ne fait rien et que le cerveau est « au repos ». Une petite partie de mon temps est consacrée à tester des sujets. La majeure partie de mon temps, je travaille sur un ordinateur et j’analyse les données obtenues.

Ma thèse de doctorat

Le sujet de ma thèse porte sur la conscience, le contraste entre les processus inconscients, tout ce qui est perception subliminale, en dessous du seuil de conscience et les processus conscients. Il y a des situations où votre cerveau sait que vous vous êtes trompé mais vous ne le savez pas. Pourquoi certaines informations n’atteignent pas le seuil de conscience ? Pour nous c’est de la recherche fondamentale, l’idée étant de comprendre comment la conscience va moduler ces signaux. Après on peut imaginer des tas d’applications thérapeutiques par exemple pour les patients dans le coma, ou même pour nous aider dans la vie de tous les jours.

Lucie Charles


Bio express

  • 2009/- : Doctorat sous la direction du Professeur Stanislas Dehaene (INSERM-CEA Unité de Neuroimagerie cognitive, Neurospin, Saclay). Mécanismes cérébraux conscients et inconscients de la décision et de la « méta-décision »
  • 2006/2009 : Ecole Normale Supérieure (ENS) Paris
    Master de sciences cognitives (M1 et M2, diplômée en 2009 Cogmaster), spécialité Neurosciences
    Licence de biologie (L3)
  • 2004/2006 : classes préparatoires BCPST (biologie, chimie, physique, sciences de la Terre) - Lycée Fénelon (Paris 6e)
  • 2004 : baccalauréat scientifique, spécialité mathématiques, mention bien - Lycée Maurice Ravel

Diaporama photos : Lucie Charles, chercheuse en neurosciences

Haut de page

Vient de paraître