Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Revivez le tchat : "Handicap, des études supérieures à l’emploi "

publication : 10 novembre 2015
En 10 ans, le nombre de jeunes handicapés qui suivent des études supérieures a plus que doublé. Comment mener vos études dans les meilleures conditions, en assurer la réussite, jusqu’à l'insertion professionnelle, étape clé ? Qui peut vous aider à vous projeter et vous positionner sur une première offre d'emploi ?… Autant de sujets que nous vous avons proposé d'aborder en direct avec Emilie Cohen, responsable du relais handicap de l'université Diderot, Paris. Elle a notamment contribué de manière très active à la conception de la publication "Handi+ Des études supérieures à l’emploi". Voici son portrait.

"Handicap, des études supérieures à l’emploi "

>>>En savoir plus sur Emilie Cohen

Modérateur : Bonjour et bienvenue sur ce nouveau tchat dont le thème est : Handicap, des études supérieures à l'emploi.

Émilie Cohen, responsable du relais handicap à l'université Diderot, est avec nous et se tient prête à répondre à vos questions. Bon tchat !

Émilie Cohen : Bonjour à tous et à toutes. J'attends vos questions et ferai en sorte d'y répondre au mieux ! 

Modérateur : Émilie, pourriez-vous nous rappeler votre rôle et la mission du relais ? 

Émilie Cohen : La mission première du service est l'accueil et l'accompagnement des étudiants en situation de handicap pour la mise en place des aménagements nécessaires au bon déroulement de leur cursus.

Nous développons, par ailleurs, des actions d'information en direction des lycéens en situation de handicap, afin de favoriser leur entrée dans l'enseignement supérieur, des actions de sensibilisation à destination de la communauté universitaire, ainsi que des actions en faveur de l'insertion professionnelle des étudiants en situation de handicap.

Plus de 250 étudiants s'inscrivent chaque année au Relais handicap et bénéficient de ses services. 

Dodo : Quelles sont les études supérieures les plus accessibles pour les personnes atteintes de handicap ? 

Émilie Cohen : Il n'existe pas de formations réservées aux étudiants handicapés. À la suite de la loi de février 2005 et des chartes Universités Handicap de 2007 et 2012, les universités se sont toutes dotées d'un service handicap.

Pour les grandes écoles, la charte Conférence des Grandes écoles handicap de 2008 a également permis la mise en place de services ou référents handicap. En 2014, environ une grande école sur deux avait un référent handicap.

Pour s'assurer de l'existence d'un dispositif d'accueil des étudiants en situation de handicap et des aménagements possibles, rapprochez-vous au plus tôt des établissements qui vous intéressent. 

Mathilde : Où trouver les coordonnées des responsables de l’accueil des étudiants handicapés dans l’enseignement supérieur ? 

Émilie Cohen : Vous pouvez trouver les coordonnées des responsables sur le site http://www.handi-u.fr et sur les sites de chaque université ou école. 

Jane : Comment savoir si une université ou une école est accessible à tel ou tel handicap ? 

Émilie Cohen : Le mieux est de vous rapprocher de l'établissement. Vous pouvez aussi consulter l'annuaire d'accessibilité des établissements d'enseignement supérieur sur le site du CIDJ 

Marc : A qui et à quel moment demander des aides pédagogiques ? 

Dore : Bonjour, Je suis en terminale. À quel moment de l'année scolaire faut-il prévenir de mon handicap l'établissement scolaire que je vise ? Et faut-il le prévenir ? 

Émilie Cohen : Vous êtes invité à prendre contact avec les services ou référents handicap des établissements qui vous intéressent en amont de votre entrée dans l'enseignement supérieur pour vous assurer de la possibilité de mise en place des aménagements nécessaires au bon déroulement de votre cursus. Cela peut être fait, notamment, à l'occasion des journées portes ouvertes des établissements.

Signalez-vous également, dès votre inscription ou votre rentrée à l'université, au service handicap de l'établissement.

Vous n'avez pas d'obligation de prévenir l'établissement d'accueil de votre situation de handicap, mais compte tenu des aménagements dont vous pouvez avoir besoin, vous avez tout intérêt à vous rapprocher de l'établissement de façon anticipée. 

Karine : De quels aménagements peut-on disposer dans l'enseignement supérieur quand on est handicapé ? 

Émilie Cohen : Vous pouvez bénéficier d'aides humaines et techniques en fonction de vos besoins. En ce qui concerne les aides humaines, vous pouvez bénéficier, par exemple, de preneurs de notes, de tutorats, de lecteurs, de secrétaires d'examen (une personne qui va composer sous la dictée de l'étudiant), d'aides pour vos inscriptions pédagogiques.

Vous pouvez également bénéficier d'interprètes en langue des signes ou de codeurs LPC (langage parlé complété). Vous pouvez bénéficier par ailleurs d'aménagements pour vos études (faire votre année en deux ans, par exemple). 

Bénédicte : Puis-je toujours bénéficier de mon PPS, AVS, matériel pédagogique dans l'enseignement supérieur ? 

Émilie Cohen : Le fonctionnement dans l'enseignement supérieur peut être différent. A l'arrivée à l'université, votre situation sera réévaluée. Tous les aspects de votre projet sont abordés, pour répondre au mieux aux besoins en matière d'aménagement du cursus et des examens. Un plan d'accompagnement de l'étudiant handicapé sera mis en place. Il sera déterminé avec vous, avec le service handicap ainsi qu’avec la médecine préventive des étudiants.

Il n'y a pas d'AVS (auxiliaire de vie scolaire) dans l'enseignement supérieur. En revanche, l'université fait appel à des étudiants pour accompagner les étudiants en situation de handicap en cours, pour la prise de notes, par exemple.

Pour les actes de la vie quotidienne, vous devez faire une demande auprès de la MDPH pour la prise en charge d'une auxiliaire. Pour le matériel, vous devez également anticiper une demande auprès de la MDPH.

Les établissements d'enseignement supérieur ne fournissent pas de matériel pédagogique à titre individuel. 

Mag_22 : Existe-t-il des aménagements spécifiques pour passer des examens ou les concours d'entrée aux établissements d'enseignement supérieur ? 

Émilie Cohen : Vous pouvez bénéficier d'aménagements pour vos examens :
- mise en place d'un tiers-temps ;
- composition sur ordinateur ;
- composition avec un secrétaire ;
- composition à domicile ;
- sujets adaptés (agrandi, braille), etc. 

Gaby : J'ai renoncé à la PACES à cause d'une maladie invalidante qui m'empêche de me servir de mon bras. Puis-je malgré tout faire des études de santé ? 

Mimine : Bonjour. Existe-t-il une formation paramédicale possible (autre qu'orthophoniste) en ayant juste une main de valide ? Ou une école adaptée à ces handicaps ? 

Émilie Cohen : Les métiers de la santé et du paramédical sont nombreux.
Je pense qu'il peut tout à fait vous être possible d'exercer un métier dans ce domaine.

Je vous conseille de consulter les sites de l'Onisep et du CIDJ. Cela peut vous aider à vous orienter. Les conseillers d'orientation-psychologues sont également là pour vous accompagner dans la construction de votre parcours.

Si vous avez la possibilité de rencontrer des professionnels des métiers qui vous intéressent, vous pourrez obtenir des informations sur les conditions d'exercice de la profession et évaluer la faisabilité de votre projet. 

Thomas-12 : Est-ce qu'il y a des spécificités pour la procédure APB ? Normes d'accessibilité ? 

Émilie Cohen : Dans la procédure APB, une page est consacrée aux candidats handicapés ou présentant un trouble de la santé invalidant. Elle présente les informations nécessaires pour préparer votre choix de formation et votre entrée dans l'enseignement supérieur. Par ailleurs, le site est désormais accessible. 

mathis : Peut-on poser des questions sur les études après la 3e quand on est dyspraxique ? 

Émilie Cohen : Chaque situation est différente, et il n'y a pas de liste d'études ou de métiers accessibles spécifiquement aux personnes dyspraxiques. Tout va dépendre des répercussions de votre handicap, mais également de vos compétences, de votre environnement, de vos souhaits, de vos capacités...

Comme tout lycéen, il faut pouvoir trouver un domaine qui vous convienne, tout en prenant en compte la problématique liée à votre handicap. 

Tommy : Puis-je étudier en Europe et par exemple partir avec Erasmus ? 

Émilie Cohen : Oui, bien sûr. Mais il vous faudra anticiper cette année d'échange, notamment en vous mettant en relation avec le service des relations internationales de votre établissement et le service handicap.

Vous pouvez par ailleurs consulter le dossier « Étudier à l'étranger » de l'Onisep. 

Claire : Comment accéder à la fonction publique quand on est handicapé ? 

Émilie Cohen : Plusieurs voies sont possibles. La voie classique sera de passer un concours.

Les personnes reconnues travailleur handicapé ont également la possibilité d'accéder à la fonction publique par le biais du recrutement par la voie contractuelle. Dans ce cas, la personne ne passe pas de concours.

Pour la voie contractuelle, chaque administration définit son mode de recrutement. Une fois recrutée, la personne sera titularisée au bout d'un an, si tout se passe bien. 

Modérateur : Nous prenons les dernières questions... 

Sylvie : Quelle peut être la prise en compte de mon handicap dans l'entreprise ? 

Émilie Cohen : Dans la mesure où vous êtes bénéficiaire de l'obligation d'emploi (dossier MDPH), vous pouvez demander à votre employeur des aménagements de votre poste de travail.

Chaque entreprise a sa propre politique handicap. De nombreuses entreprises ont une mission handicap dédiée, dont il convient de se rapprocher concernant la mise en place de ces aménagements. Dans le cas contraire, rapprochez-vous du service des ressources humaines.

Dans le cadre d'un aménagement du poste de travail, l'employeur pourra bénéficier d'une aide financière de l'AGEFIPH (pour les entreprises privées) ou du FIPHFP (pour le public). 

ilham : Je voudrais être éducateur spécialisé et travailler avec des personnes handicapées. Pouvez-vous me dire quelles études vous avez fait pour en arriver là ? Merci 

Émilie Cohen : Je n'ai pas fait d'études spécifiques me préparant à l'accompagnement de personnes en situation de handicap. En revanche, la formation d'éducateur spécialisé me paraît tout à fait adaptée si vous souhaitez travailler auprès de personnes en situation de handicap.

L'Onisep a organisé récemment un tchat avec une éducatrice spécialisée. Vous pouvez en consulter le transcript sur le site de l'Onisep. 

François : Faut-il mentionner son handicap sur son CV ? 

Émilie Cohen : Il n'y a pas de règle. Cela dépend du choix et de la volonté de chacun. C'est une question très personnelle. Il n'y a pas d'obligation. On ne peut pas reprocher à une personne de ne pas avoir déclaré son handicap.

Cependant, en fonction de l'importance et/ou de la visibilité du handicap, il y a des aménagements dont vous pourrez avoir besoin. Dans ce cas, il paraît justifié de le mentionner. 

Modérateur : Le tchat se termine. Émilie, le mot de la fin ? 

Émilie Cohen : Les études supérieures sont possibles même avec un handicap. Construisez votre projet en fonction de vos centres d'intérêt et de vos envies. Les services handicap vous accompagneront pour aménager vos études, et les employeurs par la suite. 

Modérateur : Le tchat est terminé. Merci à tous de votre participation et merci à Émilie pour ses réponses et ses conseils. 

 

Vous pouvez consulter les handi-fiches de l'Onisep pour l' Île-de-France et aussi :

-         la plateforme www.monorientationenligne.fr 

-         la publication handi+ "Des études supérieures à l'emploi"

-         l'espace Handicap d'Onisep.fr

-         les pages régionales du site dédiées au handicap.

 

Handi+ : des études supérieures à l'emploi

S'orienter vers l'enseignement supérieur, un sésame pour l'emploi ? Le nouveau numéro de la collection Handi+, "Des études supérieures à l'emploi", paru dans 3 académies (Grenoble, Rennes et Rouen) vous donne les clés pour mener vos études supérieures dans les meilleures conditions, et vous ouvre les portes du monde professionnel. En savoir plus.

Imprimer

À lire aussi

Les publications de l'Onisep

  • études
  • métiers
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels