Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Revivez le tchat sur le métier de trésorier/ière d'entreprise

publication : 1er mars 2017
Franz Zurenger est trésorier chez Interparfums, entreprise qui fabrique et commercialise dans le monde entier les parfums des marques Lanvin, Repetto ou Karl Lagerfeld. Il a répondu en direct, mercredi 5 avril, à toutes vos questions sur son métier, les études... Retrouvez l'intégralité des échanges.

Franz Zurenger

>En savoir plus sur Franz Zurenger

Modérateur : Bonjour. Nous accueillons aujourd'hui Franz Zurenger qui est trésorier chez Interparfums. Vous pouvez lui poser vos questions sur son parcours, son métier, ses activités, etc. Bon tchat ! 

Franz Zurenger : Bonjour à toutes et à tous. J'attends vos questions sur le métier de trésorier, et tâcherai d'y répondre au mieux ! 

Mike : En quoi consiste le métier de trésorier ? 

legendrax14 : À quoi sert le métier de trésorier ? 

Franz Zurenger : Le métier de trésorier a énormément changé depuis la crise de 2008. On est passé d’une personne qui était en charge des paiements de l’entreprise (faire les chèques, les virements de paie et de fournisseurs, etc.) à un poste plus orienté sur le contrôle et la gestion en « bon père de famille » des finances de l’entreprise (la crise financière a entraîné plus de sécurisation de l’argent).

Le trésorier a pour principales missions d’assurer les paiements et de gérer les devises étrangères (le dollar, par exemple). Il doit négocier en permanence avec ses banquiers pour obtenir les meilleurs prêts bancaires. 

Jimmy : Quelles différences entre le métier de trésorier et celui de comptable ? 

Franz Zurenger : Le trésorier et le comptable sont deux métiers complémentaires : l'un ne marche pas sans l'autre. Le trésorier est en charge des opérations : il prend des décisions et négocie avec les banquiers. Le comptable, lui, est en charge de saisir les opérations faites par le trésorier et de s'assurer de la bonne tenue des comptes (activité de "back office").

Je constate qu'un trésorier sans connaissances comptables, c'est impossible. À l'inverse, très peu de comptables aujourd'hui comprennent le métier de trésorier. C'est à nous de les accompagner vers cette compréhension.

theo : La crise des subprimes a donc changé votre métier ? 

Franz Zurenger : Complètement ! Le matin de la chute de la banque Lehmann, mon président m'a tout de suite appelé, alors qu'il ne m'avait jamais parlé jusque-là, pour me demander : « Mais où est l'argent ? » On l'a tout de suite rassuré, et il a compris que le portefeuille de l'entreprise était géré.

À partir de ce moment-là, mon métier a complètement changé. On est sorti de l'anonymat, et nos dirigeants s'appuient beaucoup sur nos travaux. Ils les rassurent. Au niveau du marché de l'emploi, les offres se sont multipliées pour embaucher des trésoriers. 

Mia : Pourquoi différencier les deux métiers de trésorier et de comptable alors que vous dites que c'est à peu près la même chose?

Franz Zurenger : Le comptable ne négocie pas avec le banquier. Sa mission est le respect des normes comptables. Le trésorier, lui, fait des opérations de banque, de marché, tout en s’assurant aussi de respecter la réglementation. 

kelia : Quelles études avez-vous faites ? 

Franz Zurenger : Pour ma part, j’ai passé un bac économique (ES), suivi d’études d’expertise comptable (BTS compta), puis une école de commerce (l’ESG Paris). Je me destinais à une carrière dans le monde de l’audit.

On m’a proposé, un peu par hasard, de rejoindre la trésorerie d’une entreprise, en sachant qu’à cette époque, aucune formation universitaire n’existait pour ce métier. 

Sab : Je pensais que les trésoriers n’existaient que dans les associations. Je n'ai pas bien compris en quoi le métier consiste dans une entreprise. Est-ce un métier rare ?  

Franz Zurenger : Une association, comme une entreprise, a des dépenses et des recettes. La mission du trésorier d'association est la même que dans une entreprise, c'est le même métier, sauf que dans une entreprise, on a plus de besoins : il faut gérer les prêts bancaires, le dollar, etc. 

Isa : Le métier de trésorier s'exerce-t-il uniquement dans les grandes entreprises ou aussi dans les PME/PMI ? 

Franz Zurenger : Avant la crise, on trouvait des trésoriers dans les entreprises de plus de 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, soit une cinquantaine de sociétés. Aujourd'hui, je constate que des sociétés beaucoup plus petites, avec 200 millions d'euros de chiffre d'affaires, recrutent des trésoriers.

Les PME/PMI investissent de plus en plus dans la sécurisation de leur argent, par des systèmes informatiques, mais aussi avec du personnel qualifié, d'où l'augmentation de la demande. 

stephanie : Bonjour. Pouvons-nous faire ce métier en apprentissage ?  

Franz Zurenger : L'apprentissage est conseillé dans ce métier. Le métier s'apprend pour une partie à l'école, mais l'expérience reste primordiale. 

Djo : Les études sont-elles compliquées ? Existe-t-il un parcours type ? Y a-t-il des matières où il faut être meilleur que d'autres ? 

Franz Zurenger : A ce jour, il existe 3 masters spécialité trésorerie : un à Lille, un à Rennes et un à Paris-Sorbonne. Seul le premier a aujourd’hui contractualisé un accord avec l’AFTE (Association française des trésoriers d’entreprise), qui est gage d’opportunités professionnelles optimales. On a, par an, moins de 60 personnes formées à ce métier. Si l'on considère que les 40 plus grandes entreprises françaises (CAC 40) embauchent la majorité de ces personnes, l’offre est donc très largement inférieure à la demande, ce qui fait que d’autres profils que ces formations peuvent ouvrir à cette profession.

Concernant les matières, les maths sont importantes dans ce métier, par exemple les statistiques, les calculs financiers. L'économie est peut-être plus importante encore, car nous devons suivre en permanence l'actualité, la comprendre, et prendre les décisions adéquates. 

Mia : Après un bac pro gestion-administration, est-ce qu'il est conseillé de faire ce métier ? 

Franz Zurenger : Il peut être le moyen de se diriger, par la suite, vers une formation de comptabilité, permettant d'accéder à ce métier. Il n'y a pas de parcours type. La personnalité, la capacité de jugement et l'envie d'apprendre sont aussi importantes que les diplômes. 

theo : Vous travaillez avec des entreprises internationales. L’anglais est-elle la première langue de ce métier ?  

Isa : Faut-il être bon en anglais pour exercer ce métier ? 

Franz Zurenger : Dans un contexte international, l'anglais est indispensable. Lorsqu'on parle avec sa filiale américaine, par exemple, on ne parle qu'en anglais. De nombreux documents et négociations bancaires sont réalisés en anglais. Les banques étant internationales, l'anglais prévaut. 

Bertrand : En fait, le rôle du trésorier est de contrôler les dépenses ? 

Franz Zurenger : Le trésorier fait partie de la chaîne de contrôle des dépenses, mais il n'est pas le seul. Le contrôleur de gestion est, lui, le garant des montants dépensés en fonction des budgets établis. Par contre, le trésorier doit tout faire pour lutter contre la fraude, vérifier les coordonnées bancaires par exemple, et acheter ou vendre du dollar pour payer les fournisseurs étrangers, ce qui n'est pas le rôle du contrôleur de gestion. 

bryana : C’est quoi les flux financiers ? 

Franz Zurenger : La trésorerie est un peu le « cœur » d’une entreprise. Nous sommes en quelque sorte la « tour de contrôle ». Les flux financiers représentent les paiements aux fournisseurs (sorties), mais aussi le bon suivi des encaissements des clients (entrées).

Nous pouvons être vus comme le « banquier dans l’entreprise ». Le métier de trésorier est proche de celui du banquier, avec néanmoins des différences. 

Pitchounette : Avec qui êtes-vous amené à travailler (à part les banquiers) ?  

Franz Zurenger : Le trésorier travaille beaucoup en interne avec différents services :
- l'informatique
- le juridique
- la comptabilité
- les ressources humaines.
En fait, chaque action de ces personnes engendre, à un moment donné, un flux financier.

Par exemple, la paye : en cas de nouvelle norme sur la paye, le trésorier doit être informé de cette évolution pour assurer le bon paiement. En interne, nous avons donc beaucoup de questions.

En externe, nous rencontrons les banquiers, les analystes financiers, les prestataires informatiques... La moitié de mon temps est réservée à l'interaction avec ces interlocuteurs. 

Sab : Est-ce que le trésorier est entouré d'une équipe ? Et si oui, laquelle ? 

Franz Zurenger : Selon la taille de l'entreprise, le trésorier peut être seul, et dans ce cas il est le seul à comprendre ce qu'il fait, d'où l'importance d'échanger avec ses confrères. Dans les entreprises plus importantes, ces services peuvent compter jusqu'à 15 personnes. 

theo : Bonjour. Étant donné que vous travaillez chez Interparfums, êtes-vous amené à vous déplacer dans votre métier ou, au contraire, restez-vous dans votre bureau, signe de routine ? Salutations distinguées. Merci

Jérôme A : Est-ce que vous vous déplacez ? Est-ce que vous rencontrez des gens à l'extérieur de votre entreprise ? Merci 

Franz Zurenger : Il est important de rencontrer ses homologues dans les filiales. Interparfums, par exemple, est basé à Paris, mais a sa plus grosse activité aux Etats-Unis. Il est important de rencontrer physiquement les gens pour leur expliquer ce que vous attendez d'eux. De ce fait, on peut être amené à se déplacer, la fréquence de ces déplacements dépendant des projets menés. Dans tous les cas, le métier de trésorier ne connaît pas la routine ! 

Vladim : À quoi ressemble une journée de travail pour vous ? 

Franz Zurenger : Le matin, le premier réflexe est de regarder les comptes bancaires. Je contrôle les encaissements des clients, et m'assure que tous mes virements ont bien été exécutés par la banque. Ensuite, je prends le temps de lire les journaux, de m'informer de l'actualité, pour voir si des événements vont influencer ma journée : par exemple, le Brexit, l'élection de Donald Trump, etc. Suite à cette "revue de presse", je prends des décisions sur les marchés financiers (achat d'actions, de devises...). L'après-midi est plus réservée à la gestion de projets, comme l'évolution des systèmes informatiques, par exemple. 

Romy : Quelles qualités faut-il avoir pour faire ce métier ? Et quels défauts faut-il éviter ? 

Franz Zurenger : Ce métier nécessite :
- de la discrétion
- de la rigueur car l'argent que nous gérons n'est pas le nôtre
- de la curiosité (suivi de l'actualité...)
- de la réactivité (le cours d'une action bouge en permanence)
- du sang-froid.

Les défauts à éviter ? L'impatience, surtout. 

Sophie : Vous lisez beaucoup la presse spécialisée ? Devant un bon café comme dans les films ? 

Franz Zurenger : Exactement ! A ceci près que les décisions sont bien réelles ! 

Mado : Qu'est-ce que vous préférez dans votre métier ? Qu'est-ce qui est le plus difficile ? 

Soph12. : Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ? 

Franz Zurenger : En arrivant le matin au bureau, je ne sais pas ce qui va m'arriver. La routine n'existe pas et nous devons régler tous les jours des problèmes inédits. On peut régler un problème sur une carte bleue pour 1 euro, et juste après, négocier un crédit bancaire de plusieurs centaines de millions d'euros ! Je suis par ailleurs maître de mon emploi du temps.

Le plus difficile, c'est la prise de décision. Il faut s'assurer que les décisions qu'on prend sont en phase avec la stratégie de l'entreprise. 

Cathy22 : Y a-t-il un concours pour exercer ce métier ? 

Franz Zurenger : Il n'y a pas de formation type pour devenir trésorier. On peut le devenir en ayant été comptable, auditeur, banquier... Nous recrutons aussi bien des universitaires que des jeunes sortis d’écoles. Le seul concours qui existe est celui d'entrée dans les 3 Masters spécialisés que j'ai cités au début du tchat. 

Mia : Quelle série de bac est la mieux adaptée pour faire ce métier ? 

Franz Zurenger : Tous les bacs sont possibles, mais celui qui semble le plus adapté reste l'ES. 

stephanie : Bonjour la formation dure combien de temps ?  

Franz Zurenger : Le profil de trésorier recherché est plutôt un bac+5 (école, université, master...). 

Rachid : Quel est le salaire moyen pour un trésorier ? 

theo : Et si nous parlons des revenus ? En début de carrière ? En fin de carrière ? Les primes ? ...  

TAI101A : Quel est le salaire moyen dans ce métier ? 

Franz Zurenger : Je constate que le salaire de début de carrière d'un trésorier est dans la fourchette haute du marché. On peut être embauché à 35k€ (brut) en sortie d'école. Ce salaire peut être doublé en 5 ans. Le salaire d’un trésorier d'un grand groupe se situe entre 100 et 160k€. Ces bons salaires s'expliquent par la rareté des profils. Le trésorier peut être mieux payé que le banquier !

Sur les primes : généralement, le salaire du trésorier, qui est un peu plus élevé que la moyenne, intègre une partie de ses primes, le but étant de ne pas rémunérer son trésorier sur la prise de risques sur les marchés financiers. 

Matéo : Quelles perspectives d'évolution ? 

ERIC : Comment s'orienter après 20 ans de trésorerie d'entreprise ? 

Franz Zurenger : Un des débouchés de ce métier est la direction financière (DAF). Le trésorier est sous la responsabilité du directeur financier, et on constate que depuis la crise, il n'est pas impossible de passer de trésorier à directeur financier.

On peut rester 20 ans trésorier si on change d'entreprise et de secteur. Le trésorier peut gérer une activité de parfums, comme c'est mon cas. Il y a 3 ans, je gérais de la restauration. 

Kirikou : Ce métier doit être difficile au niveau du stress et de la pression, comment gérez-vous cela ? 

Franz Zurenger : Il y a le stress positif et le stress négatif. Le premier est pour moi le plus intéressant. Par exemple, à l'annonce du Brexit, le stress a été fort, car cet événement n'était pas prévu. Mais nous avons dû prendre les bonnes décisions pour l'entreprise.

Le stress négatif est à éviter : il faut savoir gérer ses priorités. Une journée n'est pas extensible. 

theo : Les élections présidentielles doivent vous préoccuper avec les termes FREXIT  de certains candidats et les possibilités de sortie de l'Union européenne ?  

Franz Zurenger : Quoi qu'il arrive dans 20 jours, nous avons déjà réfléchi aux décisions à prendre en fonction du scénario, ce que nous avons fait pour le Brexit ou pour Trump. Nous n'aimons pas les surprises. 

boman : Y a-t-il des femmes dans ce métier ? 

Franz Zurenger : Malheureusement, pas assez. La finance reste majoritairement masculine, mais les choses changent, et nous faisons, l'association et moi-même, le maximum pour rendre ce métier attractif auprès d'elles. 

Matthieu : Des conseils pour les trésoriers débutants ? 

Franz Zurenger : Ne pas hésiter à vous rendre sur le site de l'Onisep, mais aussi celui de l'AFTE et à poser vos questions sur ce métier. Moi-même ou mes confrères serons ravis de vous rencontrer ou d'échanger avec vous pour mieux vous expliquer notre métier. 

ELR : En tant que cadre, vous gérez votre emploi du temps. Quelle amplitude moyenne faites-vous et combien d'heures hebdomadaires ? 

Franz Zurenger : Le métier de trésorier est un métier matinal. Nous devons arriver entre 8h et 9h. Les banques arrêtent les opérations journalières à 11h. Au niveau de l'amplitude horaire, avec une bonne organisation, les journées se finissent vers 18h ou 18h30. Il peut arriver qu’elles soient plus longues, notamment à cause des décalages horaires. 

Doremi12 : Y a-t-il ou non des évolutions technologiques dans votre métier ?

Franz Zurenger : Une grande partie du métier réside sur des systèmes informatiques. Il faut avoir la capacité de comprendre l'informatique, le codage par exemple, et surtout être capable d'identifier des failles de sécurité pour lutter contre la fraude. Les moyens de paiement évoluant (par téléphone, par exemple), il faut adapter nos organisations en fonction de la technologie. 

bo man : Les trésoriers sont-ils des pirates ? 

Franz Zurenger : Heureusement que non ! Notre plus grande mission est de lutter contre eux ! 

Qunedentdelamachoiredejean : Est-ce qu'un trésorier est exclusif à une entreprise ? 

Franz Zurenger : Absolument, car il détient des informations sensibles sur la stratégie de l'entreprise. 

Sophie : Pendant que vous faites ce tchat, qui garde les sous de la boîte ? Et s'il arrive une grosse actu ? 

Franz Zurenger : Tous les sous sont à la banque, et mon téléphone n'a pas encore sonné, donc je touche du bois ! 

Modérateur : Le tchat se termine. Franz, le mot de la fin ?

Franz Zurenger : J'espère vous avoir présenté ce métier peu connu, mais qui est un métier d'avenir et riche de perspectives. N'hésitez pas à contacter les équipes de l'AFTE qui se feront un plaisir de compléter cette présentation (www.afte.com) ! 

Modérateur : Merci à toutes et à tous pour votre participation. Merci à Franz pour ses réponses et ses conseils. 

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • métiers
  • Les métiers de la banque, de la finance et de l'assurance, collection Parcours
    Les métiers de la banque, de la finance et de l'assurance
    Les métiers de la banque, de la finance et de l'assurance
    collection Parcours
    parution en juillet 2016
    Ce numéro présente 27 métiers clés, les cursus correspondants et les perspectives d'emploi.
    Les métiers de la comptabilité et de la gestion, collection Parcours
    Les métiers de la comptabilité et de la gestion
    Les métiers de la comptabilité et de la gestion
    collection Parcours
    parution en février 2017
    Les métiers de la comptabilité, de la gestion et des ressources humaines sont décryptés. Avec les nombreuses filières d'études
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels