Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Revivez le tchat sur le métier de contrôleur.se de gestion

Publication : 23 avril 2020
Vous aimez les chiffres, les mathématiques ? Le métier de contrôleur.se de gestion vous intéresse ? Contrôler les comptes, les analyser, faire des prévisions, pouvoir aider les différents services d'une entreprise dans leurs problèmes au quotidien ou dans la construction de leurs projets... Charlotte Cartray, contrôleuse de gestion au sein de la direction financière du groupe bancaire Crédit Coopératif, a répondu à vos questions sur son métier, son parcours.

Mercredi 29 avril (14h-15h) le métier de contrôleur.se de gestion

Le Modérateur : Bonjour et bienvenue sur ce nouveau tchat de l’Onisep. Aujourd’hui, nous accueillons Charlotte Cartray, contrôleuse de gestion, pour parler de son métier, de son parcours, de ses études.
N’hésitez pas à lui poser vos questions.
Bon tchat ! 

 

Charlotte Cartray

Charlotte Cartray : Bonjour à toutes et à tous, bienvenue dans le tchat, j'attends vos questions ! 

Mathilde : Bonjour, vous travaillez dans une banque ? 

Charlotte Cartray : Oui, je travaille au Crédit Coopératif. Comme son nom l’indique, il s'agit d'une banque coopérative. Cela veut dire qu’elle appartient à 100 % à ses clients. Sa vocation est de soutenir les acteurs d’une économie réelle et durable, les entreprises et les particuliers, grâce à son activité de banque. 

Asia-45 : Quel est votre parcours scolaire, votre cursus universitaire ? 

Charlotte Cartray : En 2008, j’ai eu mon bac SSI (Scientifique Sciences de l’ingénieur), puis j’ai effectué une licence mathématiques-informatique au sein de l’université d’Aix-Marseille. Par la suite, j’ai obtenu deux masters : le premier, en mathématiques à l’université d’Aix-Marseille et le deuxième, en risque des entreprises, à l’Isafi (département de l’université d’Aix-Marseille).

J’ai choisi de faire 2 masters, car les études me plaisaient beaucoup et j’avais envie de compléter mon parcours. 

Flore : Avez-vous fait des stages ? 

Charlotte Cartray : Oui, j'ai fait 2 stages de fin d’études, au cours de mes masters. Je les ai faits à la Caisse d’Épargne Provence-Alpes-Corse, à Marseille. Le premier a été sur le suivi des garanties au sein de la direction des risques. Le deuxième, au pôle investissement, où j’ai réalisé une étude des opérations de crédit-bail fiscal. 

Asia-45 : C'est quoi une garantie ? Et un crédit-bail fiscal ? 

Charlotte Cartray : La garantie : quand vous demandez un prêt, la banque a besoin de s’assurer qu’il sera bien remboursé. Elle prend donc une garantie qui peut être sous la forme d’une hypothèque ou d’une caution. Le crédit-bail, par principe, c’est une location de matériel avec une option d’achat. Et pourquoi fiscal ? Car la banque bénéficie d’une économie avec ce genre d’opération d’impôts. 

Lolo-32 : Avez-vous trouvé facilement un travail après vos stages ? 

Charlotte Cartray : À la fin de mes stages, le directeur des risques de la Caisse d’Épargne Provence-Alpes-Corse m’a proposé un CDD, que j’ai, bien sûr, accepté. À ce moment-là, j’étais « contrôleur des risques ». Le risque c’est quoi ? À chaque fois que la banque prête de l’argent, elle prend un risque et vous comprenez bien que le risque n’est pas le même pour un particulier ou une entreprise. Pour définir ce risque, la banque utilise une grosse calculette où l’on peut intégrer diverses typologies d’informations qui permettront de calculer au plus près ces risques en fonction des prêts ou investissements qu’elle a réalisés. Et moi j’avais les mains dans cette grosse calculette. Puis en tant que contrôleur des risques, j’élaborais des reportings (donc c’est un fichier Excel avec des données) à destination de la direction pour leur permettre de prendre des décisions importantes pour la banque sur la base d’informations chiffrées. 

Tania44200 : Pourquoi avoir choisi ces études, ce métier ? 

Charlotte Cartray : Mon choix d’études s’est fait naturellement. Et pour vous le faire imager, je vais vous raconter l’histoire. Quand j'étais en 3e, l'année du brevet, j'avais des notes pas très élevées, et je me suis fait remonter les bretelles par ma prof de maths. Elle m'a forcé à travailler les maths, ce qui m'a permis de comprendre que j'étais passionnée par les maths. C'est ainsi que j'ai choisi ces études.

Plus tard, j'ai voulu élargir mon champ de compétence. Le contrôle de gestion donne une visibilité sur tous les rouages d’une banque. Et je voulais également retrouver mes valeurs dans une banque à savoir, un engagement social, financer l’économie réelle. Par exemple, le Crédit Coopératif paye 99 % de ses impôts en France. 

Jeremy : Quelles sont les qualités à avoir pour être un(e) bon(ne) contrôleur(se) de gestion ? 

Romane : Quelles sont les qualités que doit avoir un contrôleur de gestion ? 

Charlotte Cartray : Rigueur, sérieux et surtout curiosité. 

Lola77 : Qu'est-ce que vous aimez le plus dans votre poste actuel ? Et le moins ? 

Charlotte Cartray : Ce que je préfère, c'est la relation avec les chiffres. Au quotidien, on est amené à manier des chiffres.

Le moins ? Très peu de choses ! ;-) Quand je dois faire des rapports écrits. En tant que contrôleuse de gestion, on n'a pas trop l'habitude au quotidien de faire des rapports écrits, mais plutôt des analyses... 

Baranger : Quels calculs faites-vous, en particulier, pour prévenir les risques d'une entreprise ? Quels sont vos collaborateurs ? Et comment présentez-vous vos résultats aux entreprises ? Trois mots qui caractérisent votre métier ? 

Charlotte Cartray : Question 1 : Cela dépend si c'est une entreprise ou une banque. Dans le premier cas, on va calculer plusieurs ratios. Dans le deuxième, on calcule le ratio de solvabilité de la banque. C’est un ratio crucial, qui est soumis à une réglementation (la réglementation de Bâle).
Question 2 : Je ne suis pas manager, donc je n'ai pas de collaborateurs directs, mais des interlocuteurs, managers, experts ou directeurs.
Question 3 : On utilise beaucoup le pack Office de Microsoft - PowerPoint, par exemple - pour faire les présentations aux conseils d’administration.
Question 4 : Force de proposition, budget (c'est une partie intégrante de mes missions) et rigueur (indispensable). 

Jeremy : Bonjour. Quels sont les outils que vous utilisez au quotidien ? 

Matys : Quels types d'outils vous utilisez ? Est-ce qu'il y a des logiciels communs à toutes les entreprises ? 

Charlotte Cartray : Les outils indispensables : Excel, Word et PowerPoint. Le pack Office de Microsoft est un outil commun à toutes les entreprises. Après, il y a quelques logiciels qui sont connus mais non communs à toutes les entreprises, comme, par exemple, Business Object, ou BFC. 

Utilisateur2_4 : Avez-vous toujours travaillé dans une banque ? 

Charlotte Cartray : En tant que contrôleuse de gestion, oui. Autrement, non : mes parents sont commerçants, et j'ai commencé par faire du commerce, puis j'ai travaillé dans l'hôtellerie, la restauration, et donné des cours de mathématiques. Mais après mes études universitaires, j'ai effectivement travaillé dans la banque. 

Utilisateur29 : J'imagine qu'il faut être très douée en maths... 

Charlotte Cartray : Très doué, non, mais il faut avoir un minimum de logique ! 

Anne : Est-ce que vous travaillez seule ou au sein d'une équipe ? 

Charlotte Cartray : Je fais partie d'une équipe de 3 personnes qui comprend un manager et deux collaborateurs, dont moi-même. On s'occupe spécifiquement du PNB (produit net bancaire) et des fonds propres. 

Anne : Quelles sont vos principales missions au quotidien ? 

Valérie : Bonjour, quels sont les missions et objectifs précis d'un contrôleur de gestion ? Quelles sont les différences avec les missions et objectifs d'un acheteur ? Quelles sont les principales techniques qu'utilise un contrôleur de gestion ? Y a-t-il une différence fondamentale de missions entre un contrôleur de gestion dans le secteur privé et un contrôleur de gestion dans une collectivité territoriale (outre les spécificités du secteur public) ? Merci par avance cordialement. Valérie. 

Charlotte Cartray : Les missions du contrôleur de gestion :

- élaborer et mettre en place des analyses et reportings destinés à la direction générale,
- étudier la décomposition des différents coûts/commissions,
- préparer les budgets,
- concevoir les tableaux de bord de l'activité (hebdomadaires, mensuels ou trimestriels),
- réaliser des études financières de projet.

Les différences avec les missions et objectifs d'un acheteur ? Je ne peux pas répondre à cette question car je ne connais pas les missions d’un acheteur.  Mais je peux vous dire qu’un collaborateur de la banque a fini son alternance il n’y a pas longtemps sur le poste d’acheteur. Il a été titularisé et il est très content de ses missions.

Les principales techniques utilisées par un contrôleur de gestion ? Je ne parlerai pas de technique, mais de principe, plutôt. En exemples :
- enregistrer toujours les bases de données dans un fichier avant de travailler dessus,
- être dans l’échange avec le métier avec lequel nous devons collaborer,
- ne pas avoir peur de poser des questions.

Les différences fondamentales entre les missions d’un contrôleur de gestion dans le secteur privé et dans une collectivité territoriale ? Je n’ai pas d’expérience dans les collectivités territoriales, mais je ne pense pas que le travail soit fondamentalement différent. 

Loïc : Quels choix faut-il faire au lycée ? 

Utilisateur11_1 : Si nous voulons poursuivre la même voie que vous, avec les réformes, quel parcours au lycée faut-il suivre ? 

Charlotte Cartray : À mon époque, c'était une filière mathématique ou une filière économique que l'on pouvait choisir. Aujourd’hui, avec les réformes, je ne connais pas les possibilités. 

Romane : Bonjour, quel master conseillez-vous pour devenir contrôleur de gestion ? 

Tkomas : Quel est le niveau requis pour accéder à ces études après la terminale ? Pour accéder à cette école ? Des concours sont-ils nécessaires ? 

Charlotte Cartray : Pour être contrôleur de gestion, dans la majorité des cas, il faut un master en contrôle de gestion ou équivalent école de commerce. Mais mon cas prouve que d’autres filières sont acceptées par les banques. Aucun concours n’est nécessaire. 

Lisa : Quelle licence pro choisir pour devenir contrôleuse de gestion ? 

Charlotte Cartray : Il y a de nombreuses licences envisageables : licence économique, licence de gestion, licence administration publique, licence contrôle de gestion. 

total control : Je suis en terminale ES et je veux devenir contrôleur de gestion. Vous me conseillez plutôt de faire un master contrôle de gestion ou d'entrer dans un IAE après une licence de gestion ? 

Charlotte Cartray : Sauf erreur de ma part, l’IAE dessert des diplômes LMD, donc équivalents à des masters. L’avantage non négligeable de l’IAE, c’est sa réputation. 

pauline : Vous pouvez expliquer votre métier ? En quoi consiste-t-il ? 

Nath : Est-ce que toutes vos journées se ressemblent au travail ? 

Charlotte Cartray : Les journées d’un contrôleur de gestion se suivent mais ne se ressemblent pas. Je vais donc vous donner des exemples concrets de mes missions pour que vous puissiez imaginer mon travail au quotidien.

Quelques exemples de missions :

 - Établir un reporting hebdomadaire sur le capital social (en gros : l’argent apporté par les sociétaires contre des parts de l’entreprise) du Crédit Coopératif. Cela nous donne une vision de l’évolution du capital. Cela nous permet de savoir quels sont nos types de sociétaires, ou quel sociétaire a le plus gros montant de part sociale.

- Une banque élabore un budget sur les cinq années à venir. Dans le cadre de la faisabilité de ce budget, des hypothèses d’acceptation de crédits sont alors actées. Grâce à ces hypothèses, nous pouvons estimer/calculer des ratios importants pour une banque, les RWA (Risk-Weighted Assets), les actifs pondérés par le risque. Ces estimations font partie de mon travail.

- Établir un fichier de présentation des comptes d’une société de gestion. Pour ce faire, nous recevons toutes les données financières de la société, nous les mettons en ordre dans un fichier Excel et nous élaborons le fichier de présentation à destination de la direction. 

Utilisateur11 : Avez-vous beaucoup de relation client ? 

Charlotte Cartray : À mon grand regret, je n'en ai pas beaucoup ! Seulement avec le réseau commercial, qui, lui, est en contact avec les clients, ce qui permet d'avoir un retour du terrain. Un contrôleur de gestion n'a pas vocation à être en contact avec le client. 

Anaïs : Êtes-vous toujours sur les ordinateurs ou pas ?

Charlotte Cartray : Oui, on a toujours les doigts sur le clavier ! ;-) 

annyto : Est-ce que vous avez des rapports écrits aussi à faire ou vous n’avez que des maths et de la gestion ? 

Charlotte Cartray : En général, le contrôleur de gestion établit des analyses. Néanmoins, il se peut, comme dans le cadre d’étude d’opération financière, comme, par exemple, le rachat de créances, qu’on soit amené à établir des rapports écrits. 

Thom : Vous prenez des stagiaires ? 

Charlotte Cartray : Oui, nous prenons des stagiaires au contrôle de gestion. Pour cela, vous pouvez retrouver nos offres et postuler sur https://www.credit-cooperatif.coop/Talents 

Baranger : Quel bac avez-vous passé ? Quel niveau aviez-vous ? Comment s'est passé votre parcours universitaire jusqu'à la licence, puis le master ? Pensez-vous que le bac que vous avez passé était approprié ? Qu'avez-vous trouvé difficile ? Qu'est-ce qui vous a passionné dans vos études ? Avez-vous trouvé dans vos emplois une adéquation réelle avec votre parcours scolaire ? Et qu'avez-vous développé le plus en termes de compétence ? Merci et heureuse de faire votre connaissance. La psychologue EN chargée d'éducation, développement et de conseil en orientation scolaire et professionnelle. 

Charlotte Cartray : J’ai déjà répondu à une partie des questions. Pour le reste : je fais partie des chanceux qui ont adoré leurs études (lycée, licence, master) ! Mon bac (Scientifique Sciences de l'ingénieur) a été un complément approprié pour ce que je fais aujourd'hui.

Sur l'adéquation entre mon métier et mon parcours scolaire : non, pas vraiment. J'ai fait un master de mathématiques, ce qui est extrêmement abstrait. Il est donc difficile d'être en adéquation. En toute logique, j'aurais dû devenir prof de mathématiques !

Sur les compétences développées : je dirais Excel, dans un premier temps, et tout ce qui est en rapport avec la gestion de projets. On en fait à l'école, mais sur le terrain, on grandit beaucoup plus rapidement sur ce point. 

Baba : Y a-t-il beaucoup d'offres d'emploi de contrôleur de gestion ? 

Charlotte Cartray : Oh oui ! Il faut savoir que le domaine d’application d’un contrôleur de gestion est large. En effet, il peut trouver un poste, dans une entreprise, dans le domaine bancaire ou assurantiel. Et même à l’État ! 

Mat : Y a-t-il beaucoup de débouchés dans votre milieu ? 

Charlotte Cartray : Oui il y a de nombreux emplois compatibles avec mes études : chef de projet organisationnel, chef de projet financier, comptable, manager… 

Léon : Un stagiaire peut avoir moins de 18 ans ?  

Charlotte Cartray : Non, la loi nous l’interdit. Une banque est un lieu « sensible » pour des raisons évidentes. Il faut montrer « patte blanche » pour y entrer : présenter certaines conditions, comme avoir plus de 18 ans, un casier judiciaire vierge, etc. 

Jeremy : Pouvez-vous nous raconter une anecdote sur votre métier ? 

Charlotte Cartray : Je vais vous raconter ce que je fais à l'heure actuelle, avec la crise du Coronavirus. On parle beaucoup en ce moment des PGE (prêts garantis par l'État). Ce sont des prêts de trésorerie pour aider les entreprises en difficulté à continuer de fonctionner. On a créé une cellule dédiée à ces prêts afin de les traiter plus efficacement, car il y a beaucoup de demandes et c’est urgent. On en fait partie sur la base du volontariat. J'en fais partie, et depuis 2 semaines, je suis à l'étape « versement » : j'appuie sur des boutons pour transférer l'argent de la banque aux comptes des clients. J'ai la tête là-dedans depuis 2 semaines. Dans ce contexte, nous avons eu besoin de notre collègue contrôleur de gestion pour nous donner une meilleure visibilité sur les chiffres au quotidien (nombre de dossiers, montant des versements, suivi et contrôle…). Anecdote qui démontre l'utilité d'un contrôleur de gestion au quotidien et l'importance de l'adaptabilité. 

Simom : À force de manipuler des chiffres, vous ne vous embrouillez pas ?  

Charlotte Cartray : Ça peut nous arriver ! Néanmoins des contrôles automatiques existent pour pallier ce problème ! 

Anaïs : Bonjour, est ce qu'il y a de la discrimination hommes-femmes dans votre entreprise ? 

Charlotte Cartray : Oui, il y en a. Mais c'est une discrimination positive ! Au sein du Crédit Coopératif, l'ancienne directrice générale a mis en place un dispositif de mentoring pour encourager le recrutement de femmes à des postes de management. Pour information, nous avons 62 % de femmes dans nos effectifs totaux. Donc leur permettre d'accéder à des postes à responsabilité nous tient à cœur. 

Anaïs : Bonjour, êtes-vous payée comme les hommes ou moins ?

Charlotte Cartray : Les grilles de salaire sont les mêmes. Il y a eu des rattrapages salariaux par le passé pour arriver à cet état de fait. Et pour les femmes de retour d'un congé maternité, leur salaire est revu à la hausse pour être réajusté afin qu’un décalage ne s'accumule pas au fil des années et des éventuels congés maternité. 

Baranger : Le métier est-il bien rémunéré ? Une échelle de salaire ? 

Utilisateur29 : Quel est le salaire moyen ?

Maro : Est-ce que vous gagnez bien votre vie ? 

Charlotte Cartray : Je vais vous donner une fourchette. Contrôleur de gestion junior : 32-33 k€ brut annuel, soit 2 100€ par mois net. 

pauline : Il y a aussi des garçons dans votre métier ? Un peu ? 

Charlotte Cartray : Au pôle contrôle de gestion, nous sommes 12, dont 5 filles. 

Eva17 : Est-ce que les salaires sont élevés ? Dans quelles autres entreprises peut-on être recruté en tant que contrôleur de gestion à part les banques ? 

Charlotte Cartray : Comme je le disais plus haut, le domaine d’application d’un contrôleur de gestion est large. Il peut trouver un poste dans une entreprise, dans le domaine bancaire ou assurantiel, et même à l’État. Pour la question des salaires, je vous renvoie à ma réponse précédente.

Voici un exemple d'offre d'emploi : 

 

pauline : On passe combien d’heures au travail ?

Charlotte Cartray : J'arrive à 9h et je repars à 20h, avec une pause d’une heure et demie, 5 jours par semaine. 

pauline : Vous pouvez faire du télétravail ? 

Charlotte Cartray : Depuis le début du confinement, je suis en télétravail. Donc c'est possible. Mais en temps normal, c'est plus limité. L'expérience actuelle prouvant que cela fonctionne, et comme il y a une demande des collaborateurs, il se pourrait que la pratique se développe... 

Le Modérateur : Nous prenons les dernières questions... 

Simon : Il faut faire des maths en première ? C’est obligé ?

Charlotte Cartray : À un moment ou un autre, oui, savoir manier les chiffres est nécessaire. 

Simon : Mais si on fait SES, c'est de l'éco ?

Charlotte Cartray : Oui, SES, c'est de l'éco. Et sauf erreur de ma part, en éco on fait des maths, et on va jusqu'à l'exponentiel et le logarithme népérien, ce qui est le niveau nécessaire pour faire du contrôle de gestion ! 

4 : Quels conseils pouvez-vous donner pour réussir une carrière dans ce domaine ? 

Charlotte Cartray : D'abord, avant de réussir une carrière, je dirais : faites ce que vous aimez, c'est le plus important. Si vous en avez la possibilité, faites-le. Dans ce domaine, pour moi, l'important est la motivation de bien faire. 

Le Modérateur : Le tchat se termine. Charlotte, un dernier mot pour conclure ? 

Charlotte Cartray : Merci à toutes et à tous pour cet échange. J'ai été honorée de pouvoir vous répondre, et j'espère que mes réponses vous auront convenu ! Bon après-midi à toutes et à tous ! 

Le Modérateur : Merci à toutes et à tous de votre participation.
Merci à Charlotte pour ses réponses et ses conseils.
Nous vous souhaitons une belle fin d’après-midi et nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour un nouveau tchat sur le métier de carreleur / carreleuse.

Simon : d'accord, merci beaucoup bon après-midi à vous et bon courage  

pauline : merci d’avoir répondu aux questions 

Charlotte Cartray : Bonne journée ! 

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels