27 octobre : journée du patrimoine audiovisuel

publication : 18 octobre 2012

À l’occasion de la journée mondiale du patrimoine audiovisuel le 27 octobre, focus sur deux formations proposées par l’INA Sup, pôle européen des sciences et métiers de l’image et du son.

Entrée de l'institut national de l'audiovisuel

L’INA : conserver et valoriser le patrimoine

Le 27 octobre, l’UNESCO célèbre la journée mondiale du patrimoine audiovisuel. L’objectif : sensibiliser sur la nécessité de préserver cet héritage qui fait partie de notre histoire. En France, c’est l’INA (Institut national de l’audiovisuel) qui est chargé de conserver et de valoriser ce patrimoine. Sa mission : sauvegarder, numériser, restaurer et partager les archives de la radio et de la télévision française.

L’INA Sup : une école spécialisée dans l’audiovisuel

Pour former les jeunes aux métiers de l’audiovisuel et du multimédia, l’INA a lancé son école : l ’Ina SUP, pôle européen des sciences et métiers de l’image et du son. Cette école, basée en région parisienne, abrite plusieurs cursus professionnalisés, dont l’un mène en 2 ans après le bac au BTS métiers de l’audiovisuel, diplôme de base dans le secteur. Au niveau supérieur, l’Ina SUP propose des licences professionnelles (bac+3) et des masters (bac+5).

Un cursus spécialisé en gestion de patrimoines audiovisuels

L’Ina SUP délivre aussi un diplôme d’école en gestion de patrimoines audiovisuels. Organisée sur deux ans, la formation aborde à la fois l’aspect artistique et économique, sans oublier les techniques professionnelles : expertise de fonds, archivistique audiovisuelle, gestion de projet culturel, etc. Un stage de 3 mois au moins est obligatoire. Les étudiants sont recrutés sur concours avec un niveau bac+3 : deux épreuves (commentaire d’œuvres audiovisuelles, résumé en anglais) et entretien. En 2011, les admis étaient diplômés en cinéma, histoire, documentation…

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels