Agnès : Une école de commerce après un DUT

Episode 1 : ses motivations, sa préparation

Publication : 25 avril 2012

Le printemps venu, la saison des concours bat son plein ! Avec Agnès, en DUT techniques de commercialisation, nous allons suivre sur quelques semaines ceux organisés par les grandes écoles de commerce pour les étudiants qui ne viennent pas de classes préparatoires. Quelle préparation ? Quels choix ? Quelle stratégie ? Elle nous expliquera tout.

Pourquoi viser une école de commerce après ton DUT ?

"En sortant du lycée, je ne savais pas si je voulais faire des études courtes ou longues. J’ai justement choisi le DUT parce qu’il me donnait toutes les possibilités. J’effectue ce cursus en alternance. Dans mon entreprise, j’occupe un poste de suivi de factures, qui n’utilise pas toutes mes compétences. Cette expérience m’a déterminée à poursuivre mes études. L’école de commerce me permet de me projeter tout de suite assez loin, et puis j’ai envie de découvrir cette ambiance-là. Mais je n’aurais peut-être pas osé ce projet si mes professeurs de DUT ne m’avaient pas expliqué comment fonctionnent les admissions parallèles."

Quels objectifs t’es-tu fixés ?

"Je souhaiterais décrocher Skema à Lille, une école qui organise ses propres sélections. A l’écrit, elle trie les candidats d’après les résultats au Tage Mage (test de logique) et au TOEIC (test d’anglais). J’ai déjà passé le TOEIC et j’ai obtenu un très bon score, ce qui me donne une bonne avance. Mais je passe aussi les banques d’épreuves communes Passerelle et Tremplin, qui regroupent respectivement 17 et 6 écoles. Dans le groupe Passerelle, j’aimerais avoir l’ESC Grenoble. Dans le groupe Tremplin, ce sont les ESC de Rouen et de Reims qui me plairaient."

Comment te prépares-tu aux épreuves ?

"En 2e année de DUT "tech de co" à Rambouillet, plusieurs heures par semaine sont consacrées à la préparation des épreuves des admissions parallèles : en anglais, en marketing et en synthèse de documents notamment. Mais je me suis beaucoup entraînée de mon côté avec des manuels et les annales. Il faut comprendre l’esprit des épreuves : au Tage Mage, par exemple, les mauvaises réponses retirent des points. Quand on hésite, il vaut mieux parfois ne pas répondre. Ce genre de réflexe ne s’acquiert qu’en s’exerçant."

Les publications de l'Onisep

Classes prépa, collection Dossiers

Parution : octobre 2012

Ecoles de commerce, collection Dossiers

Parution : novembre 2012

 

Haut de page

Recherche géolocalisée

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=2&itemid=594207&categorypath=/2/338865/453856/630850/586622/