Imprimer
Accueil > Toute l'actualité nationale > Etudes au lycée et CFA > Actus 2012 > Avril 2012

Alternance : recherchez votre maître d’apprentissage

Publication : 10 avril 2012

L’arrivée du printemps marque le lancement des inscriptions dans les formations en alternance. Mais retirer un dossier dans l’établissement visé ne suffit pas. La recherche d’un maître d’apprentissage constitue une étape clé. Quand, comment… Deux pros témoignent.

© James Hardy / PhotoAlto
L'apprentissage est exigeant.
Faire preuve de motivation est indispensable.

Sylvain Gruau

conseiller jeunes et entreprises au BTP-CFA Sarthe (Le Mans)

 

Catherine Bouillet

responsable ressources humaines Banque populaire Val de France

Quand rechercher un maître d’apprentissage ?

Dès mars-avril, après les journées portes ouvertes des CFA (centres de formation d’apprentis) et les stages de découverte de 3ème, qui permettent d’affiner son projet de formation et professionnel. Le mieux est de se positionner le plus tôt possible auprès du CFA. Celui-ci évalue la motivation du jeune, lui fait parfois passer des tests, puis l’accompagne dans sa recherche d’entreprise : réalisation d’un CV de présentation, mise à disposition de contacts. La date ultime de signature d’un contrat est le 30 novembre, dans la limite des places disponibles pour la formation choisie. Avec, toutefois, la possibilité d’être dirigé vers un autre CFA qui disposerait de places.

Les modalités de recrutement varient selon les entreprises ?

La majorité de nos apprentis est accueillie par des artisans ou des PME, quelques-uns par des groupes du BTP. Les critères de recrutement restent les mêmes. Après avoir examiné les résultats scolaires du jeune et sa motivation, l’employeur scrute sa personnalité : est-il bricoleur, a-t-il des activités associatives ou sportives ?… Cependant, l’approche est plus formalisée dans les groupes, avec, souvent, une journée d’accueil (présentation de l’entreprise, tests et entretiens individuels). Pour un artisan, le contact direct est privilégié.

Comment convaincre un recruteur ?

Il peut y avoir plusieurs candidats pour le même poste. La motivation est le moteur qui permet de décrocher un contrat. Il faut savoir "se vendre", expliquer pourquoi on a choisi une formation en alternance et montrer qu’on est bien informé sur le métier que l’on vise. Ensuite, il ne faut pas hésiter à relancer les recruteurs et s’accrocher, même après l’envoi d’une cinquantaine de candidatures. Il arrive qu’une entreprise hésitant à prendre un apprenti se laisse finalement convaincre face à la motivation du jeune.

 

Quand commence votre campagne de recrutement ?

Pour nous, elle débute en mars et se poursuit jusqu’en juillet. Dès février, le CFA banque effectue une première validation des candidatures. Nous examinons les CV qu’il nous transmet et nous recevons en entretien les candidats que nous avons sélectionnés. Les bacheliers qui souhaitent s’inscrire dans le BTS banque doivent absolument s’en préoccuper avant les épreuves du bac. Sinon, ils risquent d’avoir des difficultés à trouver un maître d’apprentissage.

Comment préparer sa candidature ?

L’entretien est un véritable entretien de recrutement. Il faut arriver avec un projet bien structuré, avoir une connaissance de base des missions et des métiers de la banque. On peut pour cela interviewer son conseiller clientèle ou celui de ses parents. Etudier le contenu de la formation visée est aussi indispensable. Les cours de mathématiques financières du BTS banque, par exemple, peuvent se dérouler sur 6 heures d’affilée. Mieux vaut le savoir.

 

Qu’est-ce qui fait la différence entre les candidats ?

Lors de l’entretien, la présentation et l’élocution sont un premier indice. Ensuite, on regarde les bulletins scolaires : un jeune présentant de nombreuses absences non justifiées ne tiendra pas le rythme de l’alternance. Les notes des matières générales sont importantes, même si l’on s’attache autant aux commentaires des professeurs.

 Sur le CV, tout ce qui met en valeur la connaissance du monde professionnel (job, stage…) est un atout. Une activité sportive au niveau compétition indique la capacité à se mobiliser pour atteindre des objectifs. N’oublions pas que l’apprentissage est exigeant : le jeune a les obligations d’un salarié et doit étudier après les heures de travail.

Haut de page

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=2&itemid=593685&categorypath=/2/338865/453855/630848/586621/