Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

< Retour à la page précédente < Revenir à la version courte

Fiche métier

sportif / sportive de haut niveau

Sportif de haut niveau est plus une situation que l'on occupe pendant un temps, parfois assez court, qu'un métier. La passion ne suffit pas. Il faut savoir gérer entraînements quotidiens et compétitions tout en préparant son avenir professionnel.

  • Niveau minimum d'accès : autre formation
  • Synonymes : Sportif/ve professionnel/le
  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Sport

  • Centre(s) d'intérêt :

    Le sport est ma passion

Le métier

Nature du travail

Une pratique d'excellence

Ni métier ni loisir, le sport de haut niveau est une pratique d'excellence reconnue par le ministère chargé des Sports dans près de 120 disciplines. Les sportifs de haut niveau sont inscrits sur une liste pour 1 ou 2 ans, dans 4 catégories : élite, senior, jeune et reconversion, en fonction des performances réalisées dans certaines compétitions dont la liste est fixée par la Commission nationale du sport de haut niveau.

Entraînements quotidiens

Le sportif de haut niveau possède des qualités physiques et mentales particulières qu'il entretient et développe tous les jours de façon intensive. En fonction de sa discipline sportive, son planning intègre stages, leçons techniques ainsi que préparation physique et mentale, à un rythme soutenu. Il lui faut aussi s'occuper de son matériel. Les compétitions ont lieu, le plus souvent, les week-ends, et nécessitent des déplacements fréquents, en France comme à l'étranger.

Organisation et communication

Une organisation maximale est requise pour gérer sa vie quotidienne en fonction des exigences de sa carrière sportive. Le sportif de haut niveau doit aussi savoir solliciter et organiser un réseau de partenaires, techniques et financiers, négocier un contrat de sponsoring, répondre aux demandes des médias, etc.

Compétences requises

De la passion et des efforts

La route menant aux médailles peut être longue et le succès n'est pas assuré. La passion pour un sport est le moteur indispensable à tout sportif. Mais elle ne suffit pas. La compétition de haut niveau impose des efforts quotidiens pour une condition physique toujours remise en cause. Force de caractère, volonté : un mental sans faille est nécessaire pour résister à la pression des compétitions, associé à une faculté de récupération développée, surtout après un échec ou une blessure. Très tôt, l'athlète doit savoir se prendre en main et gérer sa vie personnelle avec rigueur.

Maîtriser son matériel

Certains sports impliquent des connaissances et des savoir-faire particuliers. En automobile, moto, cyclisme ou voile, par exemple, il faut apprendre à gérer son matériel, analyser son fonctionnement, proposer réglages et améliorations. En équitation, une parfaite complicité avec sa monture est impérative.

Souplesse et adaptation

La réussite d'une carrière de sportif de haut niveau nécessite de suivre les conseils de son entraîneur, d'apprendre à évaluer au quotidien son travail, ses compétences et ses méthodes d'entraînement, de s'intégrer à une équipe, même si l'on pratique un sport individuel, et aussi de savoir accepter la critique.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

En solitaire ou en équipe

Il existe presque autant de conditions d'exercice que de disciplines sportives reconnues. Par exemple, le kayakiste s'entraîne le plus souvent en solitaire sur l'eau, tandis qu'un basketteur le fait au sein d'une équipe, dans un gymnase.

Concilier sport, formation et emploi

L'athlète en formation peut bénéficier d'aménagements de scolarité et de dérogations ou dispenses d'épreuves pour entrer dans certaines écoles. Le ministère chargé des Sports propose un accompagnement dans l'orientation professionnelle et dans la recherche d'emploi des sportifs de haut niveau. En entreprise, ceux-ci peuvent obtenir des aménagements d'horaires ou des autorisations d'absence pour participer aux entraînements et aux compétitions. Ils peuvent aussi bénéficier d'un emploi dans la fonction publique ou dans des entreprises nationales (armée, La Poste, etc.) avec des horaires de travail adaptés.

Des aides financières

À côté d'un éventuel salaire, les revenus du sportif de haut niveau proviennent de bourses, d'aides de l'État ou de collectivités territoriales, et de primes obtenues quand les résultats sont bons. Des rentrées financières très variables selon la discipline sportive. Peuvent s'y ajouter des activités de sponsoring et de publicité.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

Variable en fonction de la discipline sportive.

Intégrer le marché du travail

Se reconvertir dans le domaine du sport

La durée moyenne d'une carrière sportive est de 10 à 25 ans. C'est dire qu'avant d'atteindre la trentaine le sportif de haut niveau doit absolument penser à sa reconversion. Son expérience, sa condition physique, sa volonté et l'habitude d'un effort quotidien vont lui être utiles. S'il souhaite rester dans le domaine sportif, il peut passer le concours de professeur d'éducation physique et sportive pour exercer dans un établissement scolaire, obtenir un diplôme d'éducateur sportif, devenir professeur de sport ou accéder au titre de sélectionneur, devenir coach de personnalités ou de particuliers, ou encore développer des activités sportives au sein d'une structure de loisirs.

Dans la communication

De nombreux ex-sportifs de haut niveau gravitent autour du sport en devenant journaliste, commentateur ou conseiller technique sportif pour les médias (journaux, radio, télévision, Web). Les offres se font au coup par coup et dépendent, en grande partie, du palmarès et de la personnalité du sportif.

Dans le commerce

Certains sportifs se reconvertissent aussi en intégrant une grande enseigne de magasins de sport, en créant une ligne de vêtements et accessoires de sport, ou en ouvrant une salle de remise en forme.

Accès au métier

Accès au métier

Un parcours de l'excellence sportive...

Il n'existe pas de diplôme de sportif de haut niveau, mais le chemin vers les podiums internationaux est balisé. Depuis 2009, le ministère chargé des Sports a mis en place les PES (parcours de l'excellence sportive). Ceux-ci tiennent compte des besoins du sportif depuis le moment où il est repéré, dans un club ou une section sportive, comme " sportif à fort potentiel " jusqu'à l'aboutissement de sa carrière internationale et son insertion professionnelle. Les Pôles espoirs et les Pôles France font partie du parcours de l'excellence sportive.

... défini par chaque fédération

Chaque fédération ayant au moins une discipline reconnue de haut niveau définit son parcours de l'excellence sportive. Le PES reflète la stratégie de la fédération pour accompagner les sportifs vers l'excellence (championnats d'Europe, championnats du monde et Jeux olympiques). Il identifie les structures d'entraînement au sein desquelles le sportif pourra préparer son double projet, sportif et professionnel : établissements d'enseignement labellisés " accueil sport de haut niveau ", pôles France et pôles Espoirs, centres d'entraînement et de formation de clubs, etc. C'est la Commission nationale du sport de haut niveau qui valide chaque PES pour une olympiade (4 ans).

Exemples de formations

Jusqu’au Bac

En savoir plus

Ressources utiles

www.sports.gouv.fr

Site du ministère chargé des Sports. Dans chaque région, les DRJSCS (directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale) ont un correspondant sport de haut niveau (coordonnées sur le site du ministère)

www.insep.fr

Site de l'Insep (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance)

Publications

Publications Onisep

Les métiers du sport
collection Parcours, Onisep
parution 2017

Vient de paraître