Ma voie pro Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse, ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation
  • Accueil
  • Métier
  • coffreur/euse-boiseur/euse

Fiche métier

coffreur-boiseur / coffreuse-boiseuse

Constructeurs de moules pour le béton armé, les coffreurs-boiseurs sont des spécialistes très demandés et des professionnels clés des grands chantiers du bâtiment et des travaux publics.

  • Niveau d'accès : CAP ou équivalent
  • Salaire débutant : 1521 €
  • Statut(s) : Statut artisan, Statut salarié
  • Synonymes : Constructeur/trice en béton armé,
    Maçon/ne-coffreur/euse
  • Métiers Associés :

    Agent/e de préfabrication,
    Coffreur/euse-bancheur/euse

  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Bâtiment et travaux publics (BTP)

  • Centre(s) d'intérêt :

    Bouger, faire du sport, conduire,
    Etre en contact avec la nature, les animaux, la planète,
    Travailler de mes mains, réparer, construire

Le métier

Nature du travail

Du moule au béton

Pour construire des ponts, des barrages, des dalles, des poteaux et des murs, on utilise du béton armé, mélange de mortier et de gravier, coulé dans un moule (le coffrage) autour d'une armature métallique. En bois reconstitué, en plastique moulé ou en métal, ces moules servent à recueillir le béton semi-liquide et lui donnent forme avant qu'il ne devienne dur.

Fabriquer et poser les moules

Le coffreur lit les plans de l'architecte ou de l'ingénieur qui détermine les matériaux et les quantités d'acier et de béton nécessaires. Le moule doit avoir la forme exacte de l'ouvrage à réaliser. Si la forme est simple, le coffreur utilise un coffrage industrialisé, fait de grands panneaux faciles à poser et à déposer. Dans le cas contraire, il crée lui-même le moule en utilisant ses compétences de « chaudronnier du bois ».

Couler le béton et décoffrer

Si le coffrage a été fabriqué en atelier, le coffreur doit l'installer sur le chantier, souvent à l'aide de grues. Une fois le béton coulé et séché dans le moule, il le décoffre en faisant attention à le garder intact et à ne pas abîmer le coffrage qui pourra être réutilisé. Le coffreur-bancheur est un spécialiste qui utilise généralement des coffrages en métal préfabriqués (les banches). Il participe souvent à la mise en place de l'élément de béton moulé sur le chantier.

Compétences requises

Le compas dans l'oeil

Le coffreur-boiseur maîtrise la géométrie, le métré, le dessin, et connaît les matériaux qu'il utilise (propriétés, résistance...). Il a le coup d'oeil indispensable pour construire un coffrage aux mesures exactes de l'ouvrage à réaliser.

De la dextérité

La réalisation des coffrages fait appel à une grande habileté manuelle. Les formes demandées sont parfois très complexes. Chaque dalle, chaque mur, chaque escalier ont leurs spécificités et nécessitent un coffrage sur mesure.

Une grande faculté d'adaptation

Le béton sèchant extrêmement vite, les gestes du coffreur-boiseur doivent être rapides et précis. Souplesse, réflexes, maîtrise de l'équilibre et capacités d'initiative sont indispensables pour réagir en un minimum de temps. Sujets aux vertiges, s'abstenir !

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Des opérations délicates

Dans la plupart des cas, le coffreur participe au ferraillage (la pose de l'armature en métal), à la coulée du béton et au démoulage. Cette dernière opération est délicate, car il faut garder le béton intact et ne pas détériorer le coffrage.

Des initiatives et peu de routine

Ouvrier qualifié, le coffreur agit sous la responsabilité du chef d'équipe et du chef de chantier. Il travaille avec d'autres coffreurs à la fabrication du coffrage, à sa pose et à son démontage. Sur les chantiers de moyenne importance, il peut prendre davantage d'initiatives. Il ne connaît pas la routine grâce à la diversité des édifices ou éléments réalisés.

Des contraintes physiques

Dans les tranchées ou en hauteur, le coffreur est exposé aux intempéries et travaille dans des positions parfois inconfortables. Il se déplace et porte souvent des charges lourdes sur des échafaudages de plus en plus hauts à mesure que la construction s'élève. Ce métier est physiquement éprouvant et exige une grande vigilance : le risque d'accident est réel. Faire preuve de mobilité est indispensable : on peut être sollicité pour des chantiers éloignés de son domicile, voire à l'étranger.

En savoir plus

Témoignages

Nicolas, coffreur-boiseur

Mettre la main à la pâte

"Mon travail consiste à fabriquer tous les murs en béton d'un bâtiment. Il ne faut pas avoir peur de se salir et mieux vaut être dynamique et prendre ses responsabilités. Il y a toujours quelque chose à faire sur un chantier ! Une certaine résistance physique est également nécessaire, surtout quand on doit porter de lourdes charges. Les possibilités d'évolution dans le secteur sont intéressantes. Au bout de 10 ans d'expérience en tant que maçon, je suis devenu coffreur, puis chef d'équipe. La capacité de travail, le savoir-faire et la volonté sont les qualités les plus recherchées. Ce qui me plaît le plus dans mon métier ? Travailler en extérieur... bien que ce soit difficile par temps de pluie, mais comme j'ai besoin de bouger, ça ne me gêne pas !"

(21/04/2012)

Ressources utiles

www.metiers-btp.fr

Site de l'Observatoire prospectif des métiers et qualifications du BTP

www.capeb.fr

Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment

www.ffbatiment.fr

Fédération française du bâtiment

www.umgo.ffbatiment.fr

Union de la maçonnerie et du gros oeuvre

www.metier-tp.com

Fédération nationale des travaux publics

Publications

Publications Onisep

Les métiers du bâtiment et des travaux publics
collection Parcours, Onisep
parution 2019

Près de chez vous