L'alternance dans l'enseignement supérieur

Devenir ingénieur par l'apprentissage

Publication : 29 septembre 2020

Acquérir de l'expérience en entreprise tout en préparant son diplôme d'ingénieur : c'est ce que proposent plus de 300 formations d'ingénieurs en apprentissage. Une formule qui suppose une grande motivation, mais qui séduit les étudiants comme les employeurs.

Où suivre un cursus ingénieur en apprentissage ?

Les trois quarts des écoles d'ingénieurs proposent aujourd'hui des formations en apprentissage. Certaines d'entre elles, comme le Cesi École d’ingénieurs, sont historiquement dédiées à l'alternance. Mais l'apprentissage a aussi essaimé dans tout type d'écoles. 

Le plus souvent, les écoles s'appuient sur des partenariats avec des établissements spécialisés dans l'enseignement par alternance, notamment les ITII ((instituts des techniques d’ingénieur de l’industrie) ou des CFA (centres de formation d'apprentis).

La plupart des formations en apprentissage sont spécialisées dans un domaine (mécanique, électronique, informatique, BTP, etc.), seules quelques-unes sont à vocation généraliste. Toutes répondent aux critères de qualité établis pour tous les cursus ingénieurs par la CTI (Commission des titres d'ingénieur).

L'apprentissage est en général organisé sur les 3 ans du cycle ingénieur. Dans les cadre d'une expérimentation, quelques écoles proposent l’apprentissage uniquement sur les 2 dernières années du cycle ingénieur.

Une sélection en deux temps

Le recrutement pour les formations d'ingénieur en alternance s'opère seulement au niveau bac + 2. Les diplômés de DUT (le DUT devient BUT en 2021) et de BTS sont majoritaires. Par ailleurs, près d'un admis sur quatre vient d'une formation qu'il a déjà suivie en apprentissage.

La sélection par l'école

La plupart du temps, le recrutement effectué par les écoles pour la formation en apprentissage est distinct de celui organisé pour la filière classique.

  • Il commence, en général, entre les mois de janvier et mars, par un examen du dossier. Les formations spécialisées exigent des diplômes bien précis, par exemple un bac + 2 en génie civil-construction pour une formation orientée BTP. Les résultats de l'étudiant, ses éventuels engagements et les appréciations des enseignants sont aussi passés en revue.
  • Des tests écrits ou oraux peuvent être organisés pour vérifier le niveau des candidats en mathématiques, physique, français ou anglais.
  • Enfin, entre avril et juin, les candidats retenus sont convoqués en entretien devant un jury composé d'enseignants et de professionnels, pour mesurer le potentiel du candidat à mener de front cours théoriques et travail en entreprise.

Le recrutement par l'entreprise

L'admission en école n'est définitive qu'après la signature d'un contrat d'apprentissage avec une entreprise. Il est préférable de commencer les démarches le plus tôt possible, avant même de disposer des résultats d'admissibilité par l'école.

Le contrat de d’apprentissage faisant de l’élève ingénieur un salarié à part entière de l’entreprise, les recruteurs sont méticuleux et prévoient plusieurs entretiens, notamment avec le responsable des ressources humaines et le futur responsable hiérarchique.

Organisation de la formation

Le rythme d'alternance varie d'une filière à l'autre. En général, les périodes s'allongent au fur et à mesure du cursus : au début, les apprentis ont 1 mois de cours, puis 1 mois en entreprise, puis 2 mois de part et d'autre, puis 3 mois/3 mois. En dernière année, certaines écoles proposent 6 mois de cours, puis 6 mois en entreprise pour la réalisation du projet de fin d'études.

Si les apprentis ont en moyenne 15 % d'heures de cours en moins que les élèves en formation classique, ils ont le même programme à assimiler. Les enseignements s’appuient sur les cas concrets vus par les élèves en entreprise. 

L'apprenti bénéficie d'un double encadrement : un maître d'apprentissage en entreprise et un tuteur pédagogique en école.

Et après, quelle insertion ?

Les apprentis ingénieurs arrivent sur le marché du travail avec une expérience professionnelle d'au moins 18 mois à faire valoir. Leur insertion est donc d'autant plus rapide. Beaucoup n'ont même pas à rechercher un emploi, puisque leur entreprise d'accueil leur fait une proposition d'embauche. Selon la CGE (Conférence des grandes écoles), quatre apprentis ingénieurs sur dix diplômés en 2019 ont été recrutés ainsi.