Réussir dans le sup

Réussir en licence

Publication : 17 décembre 2020
La licence est un cursus conçu pour préparer aux études longues et repose avant tout sur des enseignements théoriques. Cette voie peut se révéler judicieuse en fonction de votre projet professionnel. Pour réussir, vous devrez faire preuve d’organisation et d’autonomie.

S’informer dès le lycée

À quoi ressemble l’université dans laquelle vous allez étudier ? Qu’allez-vous apprendre dans la formation envisagée ? Toutes les études montrent que les étudiants de licence qui réussissent sont des bacheliers bien informés et motivés par le contenu des cours. Et encore plus s’ils ont un projet professionnel en tête.

Pour éviter les erreurs d’orientation, les universités proposent aux lycéens des semaines d’information, de conseil et d’accompagnement. Au programme : visite du campus pour rencontrer des enseignants et des étudiants, conférences sur les formations et leur contenu, possibilité d'assister à un cours, etc.

La plateforme Parcoursup fournit de nombreuses informations sur les filières d’études, le contenu des formations, les établissements et les taux de passage en 2e année et de réussite du cursus.

Bien s'organiser, bien gérer son temps

Beaucoup de temps libre, peu de consignes strictes pour étudier… voilà de quoi déstabiliser tout nouvel étudiant. Pour passer le cap de la première année, il faut s’organiser dès le début du semestre : revoir et compléter ses notes, se documenter, travailler régulièrement et réviser au fur et à mesure.

Vous allez devoir trouver le juste équilibre parmi l'ensemble de vos activités : scolaires, personnelles, sociales, familiales, sportives et job étudiant.

S'investir dans la vie associative

L’université compte de nombreuses associations qui ne demandent qu’à vous recruter ! Rapprochez-vous du Bureau des étudiants.

Votre engagement associatif vous permet d'obtenir des crédits ECTS et constitue un atout sur le CV car synonyme d’investissement. C'est aussi un moyen de tisser un réseau de relations qui se révélera utile lors d’une recherche de stage ou d’emploi.

Très présente dans les grandes écoles, la Junior-entreprise se développe de plus en plus à l’université. Le principe est de démarcher des entreprises pour leur proposer des services payants.

Se faire accompagner et conseiller

Contrat de réussite, aide méthodologique, tutorat, ateliers … Pour favoriser le taux de réussite en 1re année, l'université propose plusieurs dispositifs d'aides.

La prérentrée et la semaine d’intégration sont aussi mises en place par de nombreuses UFR (unités de formation et de recherche). En petits groupes, les étudiants de L1 se rencontrent et échangent avec un ou plusieurs enseignants qu’ils retrouveront pendant l’année.

Autre appui : l’enseignant référent, qui répond aux questions, conseille et assure un suivi personnalisé de 10 à 20 étudiants en proposant 2 rendez-vous par semestre.

Savoir se réorienter si besoin

Passer d’une licence à une autre, c’est possible. Les parcours de formation favorisent la pluridisciplinarité et la spécialisation progressive, à travers des portails, des semestres communs, le choix de majeures, de mineures et de cours optionnels. Une condition toutefois : les domaines de la formation (celle que vous quittez et celle que vous visez) doivent être proches.

Il est possible également de rejoindre une section de techniciens supérieurs ou un institut universitaire de technologie pour préparer un BTS ou un BUT (qui remplacera le DUT à la rentrée 2021) en cours d'année (au 2e semestre). Des passerelles existent aussi avec les écoles. Certaines proposent des sessions de recrutement sur concours ou sur dossier, voire de rentrées décalées.

Pour une réorientation dans une nouvelle année post-bac, en L1 comme en BUT, en BTS ou dans certaines écoles, il vous faudra passer par Parcoursup. Vous serez traités comme les bacheliers de l’année en cours.

Avant de changer, posez-vous les bonnes questions. Faites la part entre les difficultés liées à l’organisation du temps de travail, aux nouvelles matières à assimiler et un réel manque d’intérêt pour la discipline.