Les écoles nationales vétérinaires (ENV)

Publication : 6 janvier 2021
Pour devenir vétérinaire, il faut obtenir le DE (diplôme d’État) de docteur vétérinaire, obligatoire pour exercer. Il se prépare dans l'une des quatre écoles nationales vétérinaires. Les études, d'une durée de 6 ou 7 ans au total, misent sur la pratique.

Quatre écoles vétérinaires

Les ENV (écoles nationales vétérinaires) sont au nombre de quatre : l'ENVA à Maisons-Alfort, l'ENVT à Toulouse, Oniris à Nantes et VetAgro Sup à Lyon.

Ces écoles, qui dépendent du ministère chargé de l'Agriculture, sont publiques. Les droits de scolarité sont de 2 531 € par année de formation en 2020-2021 (gratuité pour les boursiers), auxquels s’ajoute une CVEC (contribution de vie étudiante et de campus) de 92 €.

Une forte sélection à l'entrée

Les ENV offrent chaque année plus de 600 places, réparties à parts égales entre les quatre écoles.

Le recrutement s'effectue par le biais de différents concours communs. Il n'est pas possible de se présenter plus de deux fois aux admissions aux écoles vétérinaires, toutes voies confondues.

Les admis intègrent une école en fonction de leurs vœux et de leur rang de classement.

Après le bac

À partir de la rentrée 2021, une nouvelle voie d'accès est mise en place directement après le bac, pour les bacheliers généraux qui passeront le bac pour la première fois cette année. Ce concours commun aux quatre ENV leur réservera 160 places en 2021.

Pour candidater, il faudra avoir répondu à un questionnaire de préorientation en ligne et s'être acquitté des droits d'inscription de 15 €. La sélection s'appuiera sur l'étude du dossier et, pour les candidats admissibles, des mini entretiens oraux.

Après une prépa

Les classes prépa constituent à ce jour la voie d'accès majoritaire.

  • Le concours A ENV (461 places en 2021) est réservé aux étudiants de prépa BCPST (biologie, chimie, physique et sciences de la Terre).
  • Le concours A TB ENV (11 places) est lui dédié aux étudiants de prépa TB (technologie et biologie).

Après un bac + 2 ou plus

Le nombre de places et les taux d'intégration pour les autres voies d'accès sont moins importants.

  • Le concours B ENV (68 places en 2021) intéresse les titulaires de licences ou licences professionnelles du domaine des sciences, ou d'une L2 à partir de 2021.
  • Le concours C ENV (95 places) recrute parmi les diplômés de BTSA, BTS ou DUT. Il est recommandé de suivre une année préparatoire ATS (adaptation technicien supérieur) biologie.
  • Le concours D ENV (5 places) s'adresse aux titulaires du diplôme d'État de docteur en médecine, en chirurgie dentaire ou en pharmacie, ou d'un diplôme en biologie conférant le grade de master.
  • Le concours E ENV (6 places), donnant accès aux écoles ENVA et VetAgro Sup Lyon, est ouvert à certains étudiants de 1re année d’études à l’ENS Lyon ou Paris Saclay.

Une formation scientifique et pratique

Le tronc commun

Pour les candidats admis sur concours post-bac, le cursus commencera par une 1re année commune, avec un programme identique dans les quatre ENV. Celui-ci portera sur les compétences nécessaires aux métiers de vétérinaire : sciences biologiques, physique, chimie et mathématiques appliquées aux sciences vétérinaires, zoologie, écologie, informatique et traitement de données, anglais et humanités. Seront aussi prévus des ateliers de remédiation, pour combler notamment les écarts liés aux choix de spécialités en terminale, et un stage en milieu professionnel.

Les candidats issus des autres voies d’accès entrent directement en 2e année.

Pendant les années 2 à 4, les étudiants acquièrent les compétences fondamentales pour comprendre le fonctionnement de l'animal et son environnement : anatomie, physiologie, bactériologie, virologie, pharmacologie, zoo­technie, alimentation, botanique, etc. Ils se forment ensuite à l’ensemble des maladies qui affectent les espèces animales domestiques et aux traitements possibles. Ils abordent aussi la santé publique, incluant notamment l’hygiène alimentaire, ainsi que la gestion d'entreprise et la législation. À partir de la 4e année, ils apprennent à réaliser l'examen d'animaux au centre hospitalier de l'école vétérinaire.

En 5e année, dite année "clinique" les étudiants enchaînent les stages dans différents services de l'hôpital (urgences et soins intensifs, médecine interne, chirurgie, etc.) auprès d'animaux de compagnie, de loisir et de production. Des stages à l'extérieur de l'école sont aussi programmés pendant le tronc commun, dont un en exploitation agricole et un autre en milieu rural.

L'approfondissement

En 6e et dernière année, les étudiants choisissent un approfondissement : animaux de rente (production), animaux de compagnie, équidés, santé publique vétérinaire, recherche et industrie. Enfin, ils rédigent une thèse d'exercice qui leur permet d'obtenir le DEV (diplôme d'État de docteur vétérinaire), reconnu dans tous les pays de l'espace européen.

À noter : une période de mobilité à l’étranger, de quelques semaines à 1 an, est obligatoire pendant le cursus.

Une insertion professionnelle rapide

Les jeunes docteurs vétérinaires accèdent rapidement à l'emploi et plus de 90% sont en poste 1 an après la sortie de l'école dans les différents secteurs (animaux de compagnie, de production, équidés, etc.) qui sont tous demandeurs de diplômés.

Certains choisissent de poursuivre des études. Plusieurs diplômes sont possibles, accessibles sur dossier ou sur concours :

  • l’internat et des diplômes d'école ou inter-écoles apportent une formation complémentaire de 1 an ;
  • le DESV (diplôme d’études spécialisées vétérinaires) ou le succès à un examen d'un collège européen à l'issue d'un résidanat de 3 ans permettent d’obtenir le titre de spécialiste.

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels