Réussir sa licence de sciences

Licence de sciences : se motiver sur la durée

Publication : 16 janvier 2021

Autonomie, degré d'abstraction plus élevé qu'au lycée, méthodologie... il n'est pas toujours évident de s'adapter aux nouveautés rencontrées en licence de sciences. Le meilleur atout pour y faire face : la motivation. Bonne nouvelle, elle se travaille et, en cas de difficultés, différentes aides sont proposées par la fac.

Se fixer des objectifs études et métiers

Se donner un but dès l'entrée en licence constitue une source de motivation efficace. Cela peut être un objectif de réussite du type "Ça me plaît beaucoup, je veux atteindre la 2e année" ou "Je veux réussir ma L2 pour entrer en licence professionnelle".

Envie de devenir ingénieur en informatique, professeur de mathématiques, conseiller en maîtrise de l'énergie...? Le projet professionnel, qui permet d'avoir une vision à plus long terme, est particulièrement stimulant sur la durée. C'est la raison pour laquelle des modules d'aide à la construction du projet professionnel sont intégrés à la plupart des cursus de licence.

Les stages en entreprise, à l'initiative de l'étudiant ou plus rarement inclus dans la scolarité, sont un bon moyen d'affiner son projet. Les enseignants constatent d'ailleurs souvent un changement d'attitude après un stage réussi. Des étudiants auparavant distraits en cours reviennent de leur expérience sur le terrain beaucoup plus motivés, car ils se projettent dans une réalité professionnelle et perçoivent mieux l'utilité de ce qu'ils apprennent en cours.

Solliciter les dispositifs d'aide de l'université

Un étudiant qui rencontre des difficultés en licence de sciences doit réagir le plus rapidement possible pour ne pas accumuler trop de lacunes. L'université propose plusieurs formes d'aide.

Chaque étudiant se voit attribuer en début d'année un enseignant référent, sorte de professeur principal, qu'il peut rencontrer 3 à 4 fois dans l'année. Il peut aussi rencontrer un directeur d’études. Ces entretiens individuels sont notamment l'occasion de faire le point sur les méthodes de travail à adopter. Si besoin, l'étudiant peut solliciter davantage son enseignant référent ou le directeur d'études.

Par ailleurs, les enseignants aménagent des permanences où les étudiants peuvent venir leur poser des questions concernant des points de cours ou des problèmes de méthodologie.

Autre soutien possible : le tutorat, assuré par un étudiant de 2e ou 3eannée de licence ou de master. 2 ou 3 heures par semaine, le tuteur reçoit un petit groupe d'étudiants de 1re année pour leur expliquer des éléments de cours, leur proposer des exercices supplémentaires, des préparations aux examens, un soutien méthodologique, mais également les aider à s’orienter dans l’université... Autant d'aides qui peuvent permettre de raccrocher les wagons et de réussir sa licence de sciences.