Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Ma 1re année
Licence musicologie
Licence musicologie
Musicologie

Attirée par tout ce qui avait un rapport avec la technique du son, Floraline a choisi une licence en lien avec le monde des arts.

Après un bac littéraire option théâtre, c’est à l’université de Reims que Floraline, trompettiste, a choisi d’étudier en licence de musicologie. Nouveau rythme de travail, nouvelles matières, principales différences avec la terminale : cette jeune étudiante revient sur une 1re année riche en découvertes.

Pourquoi avoir choisi la licence de musicologie ?

Pour Floraline, trompettiste depuis plusieurs années, intégrer une licence de musicologie s’est imposé naturellement : "J’aimais tout ce qui touchait à la régie, aux consoles, et je portais beaucoup d’attention au son. C’est ce qui m’a incitée à choisir une licence dans le monde des arts". Objectif : avoir peut-être l’opportunité de mieux connaître le métier de technicien du son.

À quel rythme de travail a-t-il fallu s'acclimater ?

Au lycée, Floraline travaillait en moyenne une ou deux heures par jour. Un rythme qui a changé en 1re année de licence : "Je travaille deux fois plus pendant mon temps libre ! Ce qui me prend le plus de temps, c’est d’apprendre un nouvel instrument, le piano, et d’exercer l’oreille musicale". Cette étudiante a aussi dû apprendre à concilier études et pratique musicale. "C’est assez compliqué de faire de la musique toute la semaine, à l’université, puis le vendredi soir ou le week-end avec les cours particuliers ou les concerts, pour le plaisir. Parfois cela finit par devenir une contrainte". Floraline a donc décidé de faire une pause pour les cours particuliers, afin de s’autoriser une journée sans musique.

Ce qui change par rapport à la Terminale ?

Pour Floraline, l’arrivée à l’université a été synonyme de nombreux changements : "On doit se faire de nouveaux camarades, découvrir un nouveau monde, et dans mon cas, emménager et vivre seule sans les parents". Un peu désorientée, l’étudiante a rapidement pu s’appuyer sur ses professeurs. "Ils sont assez proches de nous et ils nous encouragent. Le fait qu'on ne soit pas nombreux a facilité les choses. On a vraiment l'impression d'être encore au lycée. Cela n’a pas été un changement important".

Son avis sur la formation en licence de musicologie 

La licence de musicologie a été l’occasion pour la jeune femme de prendre connaissance des divers débouchés possibles : "C’est une formation classique pour devenir professeur des écoles ou même de collège ou de lycée, mais cela nous fait aussi découvrir d’autres domaines, comme les métiers du spectacle par exemple. Tout est fait pour nous aider à choisir une voie".  Floraline porte par ailleurs un regard positif sur les cours dispensés. En 1re année, elle a beaucoup aimé la chorale. "Généralement, les 1re et les 2e  années chantent en groupe, ce qui permet d’évaluer nos  capacités et de faire connaissance. En fin d’année on organise un concert. Ce projet nous pousse à nous investir pleinement pour montrer ce que l’on sait faire en licence de musicologie". Autre matière très appréciée : l’ethnomusicologie. "Ce cours nous ouvre aux musiques et cultures du monde auxquelles on ne s’intéresse pas de prime abord. On s’aperçoit que la musique est un langage universel, même dans de petits pays ou pour de petites tribus", constate Floraline, qui a aussi découvert la composition : "C'est plus ce que l'on appelle de l'écriture. Nous devons composer une basse et les différentes voix qui composent (ténor et alto) à partir d'une mélodie qui est la voix de soprano".

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Acquérir des connaissances en composition, en piano, et dans de nombreux autres domaines : la 1re année n’a pas toujours été facile. "En musicologie, il faut partir avec un bagage, avec des compétences personnelles. Si on ne sait pas lire le solfège ou si on ne connaît pas un peu les compositeurs qui ont marqué certaines périodes, on se retrouve rapidement perdu", prévient Floraline, qui souhaite continuer en musicologie, toujours avec le projet d’exercer un jour un métier lié au son.

À lire aussi

Info plus

Dans le même dossier

Haut de page