Industrie alimentaire

Les formations pour exercer dans l'industrie alimentaire

Publication : 3 novembre 2020

L'industrie alimentaire est un secteur dynamique qui recherche de jeunes diplômés de tous niveaux. Du CAP aux écoles d'ingénieurs en passant par les BTS et BUT ou les masters à l'université, les itinéraires de formation sont variés. Panorama des cursus généralistes ou spécialisés.

Du CAP au master, des formations à tous les niveaux

Du CAP (certificat d’aptitude professionnelle) au niveau ingénieur, de nombreux diplômes sont spécialisés en agroalimentaire. La plupart peuvent être préparés en apprentissage.

En production, en maintenance, en qualité, en logistique comme en vente, ce sont les titulaires d’un bac pro ou d'un bac + 2 : BTS (brevet de technicien supérieur), BTSA (brevet de technicien supérieur agricole), qui sont les plus recherchés, ainsi que ceux qui ont affiné leur profil avec 1 année supplémentaire de licence professionnelle (bac + 3).

À bac + 3, des parcours du BUT génie biologique forment à la gestion de production, au management de la qualité dans l’agroalimentaire. D’autres BUT (génie industriel et maintenance, chimie, génie chimique, génie des procédés) permettent d’exercer des fonctions dans ce secteur.

Le BUT (bachelor universitaire de technologie) est un nouveau diplôme en 3 ans, accessible après le bac, proposé en IUT depuis la rentrée 2021. À l’issue des deux premières années, les étudiants ayant validé les 4 premiers semestres obtiennent un DUT (diplôme universitaire de technologie) afin de faciliter les passerelles vers d’autres formations. Le BUT permet une insertion professionnelle ou une poursuite d’études en master, écoles de commerce ou dans des formations spécialisées.

Au niveau bac + 5, les diplômes d’ingénieur et les masters ouvrent la voie vers les postes d’encadrement. À condition, là aussi, d'avoir opté pour une spécialisation en agroalimentaire complétée par un stage. Les diplômés d'écoles de commerce sont aussi les bienvenus dans les métiers du marketing et de l'ouverture de marchés à l'étranger.