Quelles études choisir pour devenir interprète de conférence ?

Martinique - Fort de France / Publication : 3 janvier 2012
Les conseillers de monorientationenligne vous répondent et vous renseignent sur les formations au métier d'interprète de conférence.

Le métier

L'interprète traduit dans les deux sens, vers sa langue maternelle ou en langues(s) étrangères.

Il interprète dans le sens où, plus qu'il ne traduit mot à mot, il restitue l'essentiel d'un discours avec la même intensité. En général, l'interprète prend des notes en même temps que l'orateur parle pour les restituer ensuite. Dans une cabine, casque vissé sur les oreilles, il pratique l'interprétation simultanée (à la télévision, dans les grandes manifestations multilingues...).

L'interprétation consécutive se fait dans des réunions plus restreintes et l'interprétation de liaison concerne les transactions commerciales.

Les compétences requises

L'interprète de conférence maîtrise parfaitement sa langue maternelle et au moins 2 langues étrangères.

Il doit être curieux, cultivé et spécialisé. Une spécialisation technique, scientifique ou juridique est très importante pour améliorer les débouchés, la qualité du travail et la rapidité d'exécution.

Un professionnel efficace doit aussi savoir mettre ses atouts en valeur, prospecter pour trouver des clients, négocier ses tarifs, faire preuve de souplesse (pour s'adapter à toute situation) et travailler avec rigueur et précision.

Enfin, l'interprétation réclame une certaine résistance au stress et à la pression.

La formation

La plupart des formations en traduction et en interprétation délivrent des diplômes à Bac + 5. Car ce métier requiert à la fois des compétences linguistiques de haut niveau et un solide bagage culturel.

Quelques licences pro

Les licences professionnelles en traduction sont rares. Quelques unes se démarquent comme celle de Perpignan ciblant le créneau transrégional, ou celle de Paris 7, la rédaction technique bilingue.

Licences LEA et LLCE, premier palier

A ce niveau, les parcours de traduction à l'université sont peu nombreux, débutant généralement en L2. Les parcours LLCE sont trilingues et équilibrés. ils constituent avant tout une sensibilisation en vue d'une poursuite en master ou en école de traduction. Les parcours de licence LEA, eux, sont plus ciblés sur le monde économique. Mieux vaut ne pas s'arrêter là.

Les masters à l'université

Une vingtaine d'université proposent des masters en 2 ans après la licence. Seuls quelques uns sont orientés vers l'interprétariat (Master industrie de la langue et traduction spécialisée, Paris 7).

Les écoles de traduction et d'interprétariat

Ces écoles spécialisées recrutent après le bac ou après la licence via les admissions parallèles. Elles offrent des formations de 2 à 5 ans en traduction et/ou en interprétation de conférence. La sélection y est très rigoureuse : 27 places en interprétation de conférence à l'ISIT en 2009. Privées ou rattachées à des universités, ces écoles ont des frais de scolarité très variables de 500 à plus de 6000 euros par an.

Tous les profils sont les bienvenus, à condition de posséder de solides compétences linguistiques en deux langues étrangères ainsi qu'en français, et une bonne culture générale. Pour les cursus d'interprétation, un séjour à l'étranger de 12 mois est parfois requis.

L'institut catholique de Paris (ISIT) et l'ESIT Ecole supérieure d'interprètes et de traducteurs, Paris 3 sont les écoles les plus prestigieuses. Elles préparent toutes le deux au master interprétation de conférence. Les diplômés de ces deux établissements sont particulièrement recherchés par les employeurs.

Lieux d'exercice

L'interprète de conférence se caractérise par une grande mobilité (en France ou à l'étranger), pour intervenir lors de réunions, de conférences, d'entrevues entre chefs d'État, de négociations commerciales, d'audiences devant les tribunaux, etc.

On le retrouve dans les institutions européennes, aux Nations Unies ou dans d'autres organismes qui emploient des linguistes francophones (OTAN, OCDE, UNICEF, Unesco, ...)

Le statut

L'interprète peut être salarié d'une entreprise, d'une agence de traduction, d'une organisation internationale ou fonctionnaire européen ou international. Mais 80% des interprètes exercent en tant qu'indépendant. Ils sont rémunérés à la mission.

Salaire et carrière

Le salaire d'un interprète de conférence débutant s'élève à environ 1900 euros brut par mois. L'insertion sur le marché du travail d'un interprète est plus aisée si celui ci est spécialisé.

Autres écoles de traduction et d'interprétation

ITI-RI, Institut de traducteurs, d'interprètes et de relations internationales, Strasbourg 2 (Master d'interprétation ou master traduction).

IPLV, Institut de perfectionnement en langues vivantes, Angers (Master traduction professionnelle et spécialisée).

À lire aussi

Sur le même sujet

ATLF - Association des traducteurs littéraires de France
http://www.atlf.org

SFT - Société française des traducteurs - Syndicat national des traducteurs professionnels
http://www.sft.fr

Sur le web

Site de l'association internationale des interprètes de conférence.

www.aiic.net

Site des interprètes et des futurs interprètes de conférence

http://interpreters.free.fr

Haut de page

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels