< Retour à la page précédente < Revenir à la version courte

Fiche métier

monteur / monteuse en installations thermiques et climatiques

Grâce à cet expert du chaud et du froid, on se sent bien hiver comme été, à la maison, au bureau ou dans un centre commercial. Le monteur en installations thermiques et climatiques contribue à l'amélioration de notre confort, mais aussi aux économies d'énergie et au respect de l'environnement.

  • Chef d’équipe installateur (chauffe-eau solaire)
  • Monteur en chauffage et climatisation
  • Installateur Chauffagiste

Le métier

Nature du travail

Planifier l'intervention

À partir de plans des locaux à équiper, le monteur en installations thermiques et climatiques réalise les tracés indiquant l'emplacement des divers appareils et le passage des tuyauteries. Avant d'arriver sur le chantier, il doit réfléchir à la manière dont il va raccorder une chaudière aux radiateurs, aux outils qu'il va utiliser et aux commandes de fournitures et de pièces détachées qu'il doit effectuer.

Poser les équipements

Le monteur scelle les supports, fixe la chaudière et les radiateurs, ou la centrale de climatisation et les diffuseurs d'air climatisé. Armé d'un chalumeau, il effectue toutes les soudures. Il pose le réseau de canalisations et le raccorde aux équipements déjà en place.

Vérifier et expliquer

Une fois l'installation achevée, le monteur s'assure de son bon fonctionnement, de sa conformité aux normes de sécurité, et procède aux derniers réglages. Enfin, il explique au client comment fonctionne l'installation.

Compétences requises

Esprit d'initiative

Chaque chantier obéissant à des caractéristiques spécifiques, le monteur en installations thermiques doit savoir s'adapter et faire preuve d'initiative pour trouver les solutions adéquates. Pour bien préparer son travail en amont, il doit aussi avoir le sens de l'observation et de l'organisation.

Concentration

La soudure constitue une étape délicate : s'il n'y apporte pas un grand soin, il expose toute l'installation à un risque de fuites.

Bon relationnel

Le monteur en installations thermiques et climatiques doit savoir travailler en équipe, en respectant les règles d'hygiène et de sécurité en vigueur sur le chantier. Il doit aussi être capable d'établir et de cultiver un bon contact avec les clients.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Artisans et collectivités

Les lieux d'exercice du métier sont variés : entreprise artisanale, PME ou service de chauffage urbain, pour le compte d'une commune, par exemple.

Formation continue de rigueur

L'exigence des clients en matière de confort ne cessant de croître, les régulations de température doivent être de plus en plus précises. Le monteur en installations thermiques doit se tenir au courant des évolutions techniques et apprendre à maîtriser les nouveaux matériels. Les pratiques sur les chantiers évoluent aussi, en raison notamment du recours aux énergies renouvelables (vent, soleil) : là encore, il faut s'adapter.

Adaptabilité nécessaire

Le monteur se déplace d'un chantier à l'autre. Ses horaires sont irréguliers, il n'est pas rare qu'il ne quitte le lieu d'une réparation qu'après remise en marche, quel que soit le temps nécessaire. Il travaille rarement seul, et, sur les chantiers, il est régulièrement en contact avec différents corps de métiers avec lesquels il coordonne ses interventions.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

A partir du Smic

Intégrer le marché du travail

Un professionnel très recherché

Les besoins en chauffage et climatisation, la nécessité de faire des économies d'énergie et les préoccupations écologiques font du monteur en installations thermiques et climatiques un interlocuteur indispensable, tant pour les particuliers que pour les entreprises, les commerces ou les hôpitaux.

Une carrière évolutive

Le monteur en installations thermiques et climatiques débute en tant qu'ouvrier qualifié. Il peut évoluer en se formant sur le tas ou en passant un BP (brevet professionnel). Après quelques années de pratique, il est possible de devenir chef d'équipe ou responsable de chantier. Ou encore de s'installer à son compte comme artisan. En se donnant la peine d'acquérir des connaissances complémentaires en électronique et régulation, on peut même accéder au poste de technicien de maintenance en génie climatique.

Accès au métier

Accès au métier

Les entreprises de génie climatique recrutent des ouvriers qualifiés de niveau CAP. Cette formation peut être complétée par une MC (mention complémentaire). Les employeurs apprécient tout particulièrement les titulaires d'un BP (brevet professionnel). Par ailleurs, le bac professionnel permet d'accéder plus rapidement à des fonctions d'encadrement.

Après la 3e

  • CAP monteur en installations thermiques
  • MC maintenance en équipement thermique individuel

Niveau bac

  • BP installateur, dépanneur en froid et conditionnement d'air
  • BP monteur en installations des systèmes énergétiques et climatiques
  • Bac professionnel installateur en chauffage, climatisation et énergies renouvelables

En savoir plus

Ressources utiles

http://www.metiers-electricite.com

Site métiers édité par le syndicat des entreprises de génie électrique (SERCE)

http://www.metiers-btp.fr

Site de l'Observatoire prospectif des métiers et qualifications du BTP. Onglet "entrants" puis métier Charpentier.

http://www.artisans-du-batiment.com

Site grand public de la Capeb (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) rubrique « Métiers du bâtiment »

http://www.ffbatiment.fr

Fédération française du bâtiment

http://www.ccca-btp.fr

Comité central de coordination de l'apprentissage du BTP.

http://www.capeb.fr

Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment

http://www.ffbatiment.fr

Fédération française du bâtiment

http://www.gefen.org

Groupement d'établissements de formation de l'énergie

http://www.serce.fr

Syndicat des entreprises de génie électrique

http://www.gccp.fr

Syndicat des entreprises de génie climatique et de couverture plomberie