Portrait

Jehanne Rousseau, directrice de studio de développement

Publication : 26 octobre 2022

Dans une industrie encore très masculine, Jehanne s’est imposée comme l’une des rares femmes à la tête d’un studio de développement. Pour elle, qui a été médaillée chevalière de l’ordre national du Mérite, "la qualité primordiale dans la conception, c’est la curiosité".

Fonder un studio

Cela fait une quinzaine d’années que l’aventure du studio Spiders, à la tête duquel se trouve Jehanne, a démarré. À l’origine, un groupe de collègues désireux de prendre leur indépendance pour développer leurs propres projets. "Nous travaillions chez Monte Cristo où l’on venait de sortir un jeu aux accents de RPG (jeu de rôle) sur lequel j’étais producer. Puis l’entreprise a décidé de se lancer dans des jeux de type city-builders dans lesquels on ne se retrouvait pas. L’idée est alors venue de monter notre propre studio…" S’il faudra attendre quelques années avant que Spiders voie le jour, l’équipe ne tarde pas à sortir un jeu. Six suivront, dont le dernier en date, Steelrising, au scénario issu tout droit de l’imaginaire de Jehanne.

Sur tous les fronts

La créativité est l’une des multiples cordes à l’arc de Jehanne, qui coordonne les équipes et assure une partie de la communication tout en gardant un œil sur le budget et l’avancement des projets. "L’équipe avait commencé à travailler sur un jeu dont les personnages étaient des automates, dans un univers très abstrait. Il s'avérait difficile de créer de la narration au-delà du parcours de l’héroïne." C’est une exposition consacrée à Marie-Antoinette et à son goût pour les automates qui lui donne l’idée de situer l’intrigue pendant la Révolution française. "J’ai soumis l’idée à l’équipe, qu’il a fallu convaincre !"

Réfléchir ensemble

Pour Jehanne, son activité ne s’envisage pas autrement que de manière collective. "C’est toujours un travail collaboratif, même si mon rôle est de structurer les idées et de faire en sorte qu’elles fonctionnent les unes avec les autres", précise-t-elle. "J’échange beaucoup avec l’équipe du game design car il est important, quand on conçoit un jeu, de s’assurer que ça fonctionne bien." Avec le directeur artistique, elle s’assure par ailleurs "que l’ensemble aura visuellement du sens et que cela répondra aux envies artistiques de l’équipe".

Son parcours

"Travailler dans le jeu vidéo n’est pas quelque chose que j’envisageais il y a 20 ans. Non parce que ça ne m’intéressait pas, car j’avais une console, je jouais et ça me plaisait beaucoup, mais car il n’y avait pas de formation dédiée et que cela me semblait inaccessible." Son bac obtenu, Jehanne s’oriente vers des études de lettres classiques puis prépare un BTS communication tout en pratiquant le graphisme en autodidacte. C’est une opportunité de travail qui lui permettra de faire ses premiers pas dans le secteur. "J’ai été informée qu’une entreprise cherchait un graphiste pour faire des visuels et des animations pour CD-Rom interactifs. J'ai travaillé pour eux et, quelques temps plus tard, l’entreprise est devenue un studio de développement de jeux vidéo."