Ma première année en...

CAP esthétique cosmétique parfumerie

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Faire une manucure, une épilation, ou un soin, c’est ce qu’apprend Vania, élève en CAP esthétique cosmétique parfumerie, au lycée des métiers Charles Baudelaire à Evry (91). Elle revient pour nous sur ses débuts en formation, ses stages et ses projets pour la suite. 

Pourquoi avoir choisi le CAP esthétique cosmétique parfumerie ? 

Depuis petite, Vania a toujours aimé le monde de la beauté et les activités manuelles. La jeune fille, qui apprécie également la coiffure, a d’abord hésité à s’orienter vers cette voie. Alors élève en 4e SEGPA, ses professeurs lui font découvrir différents univers d’études, lors du parcours professionnel. "Je me suis directement intéressée à l’esthétique, raconte Vania. Et j'ai pensé que ce CAP offre un choix de spécialités plus large et plus complet, parce qu’on a de l'épilation, mais aussi du soin du visage, du massage ou du maquillage." 

Ce qui change par rapport au collège ? 

En début d’année, les élèves du CAP doivent se munir d’un kit pour les cours pratiques qui comprend un paréo, des serviettes, des coupelles, des pinceaux, ou bien une tenue d’esthétique. "C’était un peu bizarre au départ, parce que j’étais habituée à avoir des cours théoriques, avec des cahiers et des livres", souligne Vania. À côté des enseignements professionnels, elle a aussi des cours plus généraux de français, histoire-géo, maths, arts appliqués, ou encore physique chimie. "C’est plus intéressant qu’au collège. On touche à du matériel, on fait des expériences. C’est un peu comme dans une série", s’amuse Vania. 

Sur quoi portent les cours professionnels ? 

Les cours d’esthétique durent entre 3 et 4 heures. Les élèves doivent amener leur matériel et installer leur poste. Après avoir évoqué la thématique du jour avec leur professeur, Vania et ses camarades se mettent en binômes pour la pratique. "Selon les semaines, je vais faire le modèle ou l’esthéticienne, précise-t-elle. Il faut savoir qu’en esthétique, on exerce sur nous. On a toujours besoin de l’autre et il ne faut pas avoir de gêne." En 1re année, les cours portent notamment sur les soins du visage, des mains et sur l’épilation. "On apprend par exemple à démaquiller un visage, ou à faire des modelages de masques", précise Vania. 

Quelles sont les matières préférées ? 

Pendant sa 1re année de CAP Vania a particulièrement apprécié les cours d’épilation. "J’ai adoré parce qu’il faut aller vite et toujours être en mouvement", explique-t-elle. Cependant les premiers cours ont créé quelques difficultés à la jeune fille. "On devait faire attention à la manipulation de la cire, parce qu’elle peut coller aux habits. Et lorsqu’on l’applique, on doit tourner la spatule en continue, ce qui était compliqué à faire au début parce que c’est très technique et il faut de la pratique pour acquérir les bons gestes." Les enseignements consacrés à la manucurie ont aussi eu les faveurs de Vania. 

Comment se passent les stages ?  

Vania a eu un peu de mal à trouver un institut. "Certains ne prennent pas les premières années parce qu'on ne peut pas encore faire beaucoup de choses." Elle a finalement réalisé ses deux périodes de stages dans une chaîne de magasins de vente de produits de coiffure et d’esthétique et de réalisation de soins. "Au début je faisais surtout de la vente, se souvient-elle. C’est un aspect du métier qui est inclus dans nos cours professionnels et que j'ai pu mettre en pratique avec les clients. Aujourd'hui, je peux dire que j'arriverais à vendre un soin visage, ou un produit pour le modelage", dit-elle fièrement. 

Et après ?  

Avec l’aide de son établissement, Vania envisage de réaliser son stage de fin de CAP au Portugal, son pays natal. "J’ai passé un premier oral avec deux professeurs de portugais, qui ont examiné mon dossier. Je parle la langue, mais je vais avoir quelques cours pendant l’année pour apprendre les mots professionnels, que je ne maîtrise pas forcément". Elle souhaiterait ensuite poursuivre ses études en bac pro esthétique cosmétique parfumerie, pour compléter sa formation, puis se spécialiser pour devenir prothésiste ongulaire. "À partir du collège je faisais déjà mes ongles chez moi. C’est ce que je préfère !". 

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Chaque lundi Vania doit venir au lycée avec son matériel d’esthétique (pinceaux, spatules, serviettes, etc.) nécessaire à la pratique.

Image d'illustration, crédit photo ci-après

"En 1re année, il y a beaucoup de démonstration", explique Vania. Les élèves travaillent ensuite par binôme, sous l'œil de leur professeur, pour reproduire un soin, un maquillage ou une épilation.

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Au programme des cours d’esthétique : soin du visage (démaquillage), modelage des masques (chimiques ou à grains), épilation (jambes, visage) et manucurie (soin des mains, vernis).

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Pour réviser ses cours, Vania sollicite son entourage. "Je m’entraîne à faire une dépose de vernis ou un soin du visage sur des amies. Cela me permet de retenir les gestes".

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Dans le cadre de leur projet de chef-d’œuvre, basé sur l’Opéra, Vania et ses camarades mettent en avant leur créativité.

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Pour poursuivre son projet de chef-d'œuvre, la classe de CAP de Vania est allée à la rencontre de perruquiers et de maquilleurs de l’Opéra national de Paris.

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Après une visite à l’Opéra Bastille pour voir le spectacle "Cendrillon", Vania et 4 autres élèves ont travaillé sur l’expression de la couleur dans l’esthétique.