Ma première année en...

DN MADE (diplôme national des métiers d’art et du design)

Mention Numérique

Image d'illustration, crédit photo ci-après

À 19 ans, Félix est en 2e année de DN MADE mention numérique (motion design/interface) à Estienne, l’école du design de communication et des arts du livre, située dans le 13e  arrondissement de Paris. Il revient pour nous sur son parcours, son choix d’orientation et sa 1re année de formation.

Pourquoi avoir choisi d’entrer en DN MADE ?

Félix a préparé un bac STD2A au lycée la Martinière à Lyon. En toute logique, il a souhaité poursuivre en DN MADE. Attiré par le graphisme et le numérique, il postule à plusieurs DN MADE. "J’ai candidaté à la Martinière, à Estienne et à l’Ensaama. J’ai été pris aux trois ! J’ai opté pour Estienne car cette école est réputée pour sa formation en graphisme, pour son histoire et j’ai apprécié l’ambiance là-bas. J’avais aussi remarqué qu’ils avaient des projets et des partenariats intéressants."

Ce qui change par rapport à la terminale ?

"En arrivant en DN MADE, je m’attendais à suivre une année où je reverrais beaucoup de choses mais pas du tout !", explique Félix. Il y a tout de même eu quelques redites selon lui, avec des travaux autour des couleurs, des nuanciers… déjà menés en STD2A. "En DN MADE, on est tout de suite dans le concret, avec des projets à mener dès le 1er semestre. On est aussi mélangés avec les élèves d’autres spécialités dans certaines matières générales, mais aussi sur des projets. Pour une fresque sur le 13e arrondissement, on était par groupe de 6, avec notamment des élèves du DN MADE graphisme spécialité designer typographe. C’était enrichissant."

À quel rythme de travail a-t-il fallu s’habituer ?

"Je trouve que le rythme ne change pas énormément. Il était déjà soutenu en STD2A !", s’exclame Félix. Mais le niveau d’exigence n’est pas le même. "On nous demande davantage d’investissement personnel. On doit beaucoup travailler en dehors des cours pour mener à bien nos projets." Aller voir des expositions et faire des sorties culturelles est également conseillé en DN MADE. "Pour un cours, nous devons chaque semaine rédiger un compte-rendu sur une expo ou une activité que l’on a faite, réaliser des croquis dessus… Dernièrement, j’ai été voir l’exposition Bacon au centre Pompidou, j’ai assisté à des conférences de graphistes professionnels… Il y a aussi des conférences à l’école avec d’anciens diplômés et le foyer finance des sorties culturelles."

Ce qui plaît dans cette formation ?

"Bien que je sois en mention numérique, le papier reste très présent, c’est ce que j’aime. On fait du design graphique avant tout. Après, c’est le support qui change." Parmi les enseignements, Félix apprécie le cours relatif au droit. "On aborde le droit à l’image, comment monter son entreprise… c’est concret. J’aime aussi beaucoup le laboratoire son, qui nous permet d’expérimenter des choses. On peut tourner sur fond vert, créer des bruitages, tourner des courts-métrages… En cultures et humanités, j’apprécie le fait que ce soit orienté vers l’écriture. On a par exemple réalisé un reportage écrit et photo sur le thème "en marge"."

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

"Je n’ai pas eu de difficultés particulières, témoigne Félix. Venant de STD2A, le DN MADE est la suite logique de mes études." Ce diplôme accueille également des bacheliers généraux et professionnels. "C’est intéressant d’avoir différentes profils dans la classe. Les bacheliers professionnels sont parfois très "calés" en  technique, les bacheliers généraux plus sur la culture générale. Ils ont également une manière différente de rentrer dans les projets." En 1re année de DN MADE, Félix a mené quatre projets. "Cela demande beaucoup d’organisation, on a parfois du mal à tout gérer ! En plus du projet Presse citron, on a conçu des génériques pour une émission d’Arte. Un producteur est venu à l’école voir nos réalisations. On a aussi participé à un concours album jeunesse : il fallait animer une lettre ou un caractère typographique et inventer une histoire autour."

Et après ?

Félix souhaite poursuivre ses études. "Pourquoi pas entrer en DSAA typographie à Estienne, c’est un diplôme très réputé. J’ai découvert la typographie à Estienne et ça me plaît beaucoup", conclut le jeune homme, qui envisage plus tard de travailler à la fois dans le graphisme print et numérique.

DN MADE numérique

Cliquez sur une image pour afficher le diaporama

Teaser vidéo
Récompense
Projection
Outils numériques
Cours de technologies
Stage
Poursuite d'études