Portrait

Lucile Sanders, luthière

Publication : 2 juin 2023

Au sein de son atelier, dans les Yvelines, Lucile, luthière, travaille le bois pour donner vie à des violons et à des violoncelles. Un travail de longue haleine. "De nombreux paramètres entrent en compte pour obtenir ce que l’on souhaite, mais il y a toujours une part de mystère, car le bois est une matière vivante. C’est très subtil…"

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Une vocation

Musicienne depuis l’âge de 6 ans, Lucile s'est prise de passion pour le métier de luthière à l’adolescence. "Je savais que je voulais travailler dans la musique, mais j’aimais aussi le côté manuel et je n’avais pas envie de dissocier les deux." En attendant d’obtenir son bac, obligatoire pour intégrer la formation, elle profite des vacances scolaires pour effectuer des stages. "J’en ai fait auprès de luthiers, mais également en sculpture sur bois, car il faut savoir travailler la matière, ainsi qu’en gravure sur métal."

Patience et minutie

Aujourd’hui, la jeune femme vit de sa passion. Dans l’atelier qu’elle a installé chez elle, elle fabrique violons, altos et violoncelles sur mesure. Un travail de longue haleine, 3 mois à temps plein en moyenne étant nécessaires pour fabriquer un instrument. "Je pars de planches brutes que j’assemble, découpe dans la forme et sculpte dans la masse à l’aide d’instruments spécifiques : rabot, ratissoire, racloir…" Environ 80 pièces au total composent l’instrument, que Lucile colle et assemble entre elles afin de bien les ajuster.

Ajuster le son

Vient ensuite l’étape du vernissage. "Je fabrique moi-même le vernis, à base d’huile de lin et de résine d’arbre, auxquelles j’ajoute des pigments." Une étape qu’elle apprécie particulièrement, car "c’est le moment où le bois se révèle". Reste à effectuer le montage des petites pièces, dont l’âme, très importante pour le son. "Le son se modifie selon l’endroit où on la place. Cela se joue parfois à quelques dixièmes de millimètre." Avant de remettre l’instrument à son ou à sa propriétaire, la luthière teste l’instrument afin de faire les derniers réglages. "Je fais en sorte que le son soit le plus beau possible pour le musicien ou la musicienne."

Son métier en images

Cliquez sur une image pour afficher le diaporama

Travailler le bois
Sculpter la tête
Personnaliser l'instrument
Appliquer le vernis

À lire aussi

Sur le même sujet

Boutique