Collection : le chef-d’œuvre en voie professionnelle

Des créations "paper art" en CAP

Date de publication : 18 mars 2023

Un étui de rouge à lèvres en forme de piment, c’est une des créations de ce chef-d’œuvre en 2ᵉ année de CAP esthétique-cosmétique-parfumerie. La classe de Vania, Gwendoline, Mackenzy, Nerida et Andrea imagine des produits cosmétiques et réalise des décors mettant en scène des personnages d’opéra.

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Au lycée Charles Baudelaire à Évry-Courcouronnes (91), la classe de 2ᵉ année de CAP esthétique-cosmétique-parfumerie crée des décors en papier pour leur chef-d’œuvre, en collaboration avec l’Opéra national de Paris.

Avant le chef-d’œuvre

"On a la chance de découvrir des ballets et des opéras, et d’interviewer des professionnels du spectacle, comme des danseurs, des maquilleurs et des perruquiers", raconte Mackenzy, au cours du programme d’éducation artistique et culturelles "Dix mois d’école et d’opéra", de l’Opéra national de Paris. C'est ce qui fait le thème du chef-d’œuvre, encadré par la professeure d’arts appliqués Mme Teresa Rodriguez, et le professeur d’esthétique M. Friedrich Subra, meilleur ouvrier de France.

Du paper art...

Couper, coller, plier... cette classe expérimente la création en papier, pour fabriquer un emballage de produit cosmétique associé à un personnage. Le groupe a vite pris le pli, aidé par une artiste du papier, Laurie Boilleaut, depuis les tracés d’esquisses et de patrons au montage de volumes en tout genre : des cubes, des sphères, des cygnes, des nœuds, etc. Gwendoline apprend à réaliser une fleur en papier crépon pour son parfum "La Dame aux camélias", personnage de l’opéra de Verdi. "J’aime beaucoup ces travaux manuels", s’enthousiasme Joyce, qui adapte une palette d’anticernes "La Cantatrice Bianca Castafiore", personnage des "Aventures de Tintin".

... à la scénographie

Il s’agit aussi de créer une carte pop-up en forme de mini-théâtre, pour servir de décor de présentation au produit. "Ce travail demande beaucoup de patience", reconnaît Mackenzy, alors qu’elle assemble minutieusement les façades d’un moulin de "Don Quichotte". Pour Vania, qui planche sur un maquillage "double-face" en lien avec le "Fantôme de l’Opéra", "ce chef-d’œuvre donne un cadre à [sa] créativité". Les délais se resserrent, comme le rappelle Nerida. Bientôt, ces jeunes artistes participeront à des répétitions avec un metteur en scène, avant de présenter leur chef-d’œuvre à l’amphithéâtre de l’opéra Bastille, à Paris. Le grand final.

Et après le CAP esthétique-cosmétique-parfumerie ?

Vania vise un bac pro esthétique-cosmétique-parfumerie en apprentissage, puis une MC prothésiste ongulaire. Mackenzy et Gwendoline souhaitent se former au maquillage professionnel ; d’autres, travailler en institut d’esthétique avant d’ouvrir leur propre salon.