L'enseignement agricole

Publication : 23 février 2024

L'enseignement agricole prépare à la diversité des métiers du vivant, de la terre et de la nature. Production, transformation, aménagement ou services, du CAP au diplôme d'ingénieur, les formations sont variées et présentes à tous les niveaux. Explications.

Image d'illustration, crédit photo ci-après

L'enseignement agricole représente, par le nombre d'élèves, d'apprentis, d'étudiants et de stagiaires en formation continue, la 2ᵉ communauté éducative en France.

Des diplômes à tous les niveaux

L'enseignement agricole, 2e dispositif éducatif en France, relève du ministère de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire. Les diplômes ont la même reconnaissance, et souvent les mêmes appellations, que ceux de l’Éducation nationale.

Diplômes de l'enseignement secondaire agricole :

  • les CAP agricoles et au même niveau les BPA (brevets professionnels agricoles) ;
  • les bacs professionnels agricoles et au même niveau les BP (brevets professionnels) ;
  • le bac STAV (sciences et technologies de l'agronomie et du vivant) ;
  • le bac général avec les spécialités biologie-écologie, mathématiques et physique-chimie ;
  • les CSA (certificats de spécialisation agricoles) accessibles, selon les cas, après un CAP, un bac ou un bac + 2.

Diplômes de l'enseignement supérieur agricole :

  • les BTSA (brevets de technicien supérieur agricole), à bac + 2 ;
  • des licences professionnelles, à bac + 3, orientées dans les productions animales et végétales, le paysage, l'agroalimentaire, les agroéquipements, la commercialisation des produits agricoles....
  • des classes prépa BCPST (biologie, chimie, physique et sciences de la Terre) et TB (technologie et biologie) ;
  • les classes Agro-Véto post-BTSA et BTS, des classes passerelles en 1 an accessibles sur concours préparant aux études en écoles d'ingénieurs et vétérinaires ;
  • les classes ATS (adaptations technicien supérieur) paysage ;
  • les diplômes d'ingénieur orientés dans l'agriculture, l'agronomie ou le paysage, à bac + 5 ;
  • le diplôme d’État de docteur vétérinaire ;
  • des masters, à bac + 5, dans les domaines liés aux sciences agronomiques, de l'environnement et du paysage, des aliments et de leurs transformations.

Au programme : les différentes facettes du secteur agricole 

Les spécialités proposées dans les établissements agricoles préparent à l'ensemble des filières du secteur : cultures, horticulture, vigne et vin, élevage et soins aux animaux, aquaculture et pêche, forêt, agroalimentaire et bio-industries, agroéquipements, conseil-vente, paysage, environnement, paysage, services en milieu rural...

Les matières générales (français, mathématiques, histoire-géographie, sciences physiques et chimiques...) représentent jusqu'à un tiers des programmes et sont orientées selon les besoins métiers.

Les enseignements scientifiques appliqués au secteur, techniques et professionnels occupent une place importante. Toutes les formations abordent les nouvelles technologies, les équipements et engins, et les outils informatiques. 

L'enseignement agricole est aussi engagé dans la transition agroécologique à travers l'apprentissage de pratiques durables pour produire autrement et répondre aux besoins de nouvelles compétences.

Le volet économique est souvent important : le salarié ou le responsable d'entreprise doit savoir évaluer la production et la rentabilité d'une exploitation, connaître le marché et les contraintes d'une entreprise agricole ou encore être initié aux techniques de vente et de négociation.

La dimension internationale est au programme, avec selon les cursus des échanges de jeunes, des voyages d'études, des séjours linguistiques, des stages.

Une pédagogie concrète ancrée dans la pratique

Les structures agricoles proposent des enseignements par voie scolaire, en apprentissage ou en formation continue.

Bien souvent, la pédagogie repose sur l'alternance entre cours, enseignements professionnels et stages. Les apprentis passent quant à eux la moitié du temps chez l'employeur.

La plupart des établissements sont pourvus d'exploitations agricoles qui servent de supports pédagogiques et permettent l'expérimentation sur le terrain. Les élèves y font des visites et des stages, cultivent les parcelles et s'occupent des animaux. Placés une bonne partie du temps en conditions réelles d'exercice, ils réalisent leurs TP (travaux pratiques) dans l'exploitation rattachée à l'établissement de formation. On trouve aussi des ateliers technologiques et centres équestres.

Pour coller davantage aux horaires particuliers d'une exploitation, l'internat est largement proposé dans les lycées agricoles.

Les établissements d'enseignement agricoles

L'enseignement agricole comprend différents types d'établissements scolaires :

  • plus de 600 lycées agricoles, notamment les LEGTA (lycée d'enseignement général et technologique agricole), LEGTPA (lycée d'enseignement général, technologique et professionnel agricole) et LPA (lycée professionnel agricole) ;
  • environ 370 MFR (maisons familiales et rurales), des structures associatives accueillant des élèves en alternance dès la classe de 4e ;
  • environ 100 CFA (centres de formation d'apprentis) et 200 CFPPA (centres de formation professionnelle et de promotion agricoles) ;
  • 17 écoles d’enseignement supérieur agronomique, vétérinaire et de paysage ;
  • 10 centres médico-éducatifs ;
  • l’École nationale supérieure de formation de l'enseignement agricole ;
  • 2 établissements d’enseignement à distance.

À noter : plus de la moitié des établissements d’enseignement agricole sont privés et presque toujours affiliés à une fédération, comme le CNEAP (Conseil national de l’enseignement agricole privé) ou l’UNREP (Union nationale rurale d’éducation et de promotion).


À lire aussi

Sur le même sujet

Sur le web

Boutique