Portrait

Alice, 24 ans, apprentie
en marqueterie

Date de publication : 8 mars 2019

"L’apprentissage m’a révélée à moi-même. J’étais persuadée que je n’étais pas faite pour l’école. Aujourd’hui, j’adore mon métier et j’ai envie d’apprendre toujours plus."

Apprentie en CAP marqueterie au sein d'un CFA

Apprentie en 2ᵉ année de CAP marqueterie au CFA La bonne graine de Paris

Assumer ses choix

Suivre sa voie

Alice n’a pas trouvé sa voie tout de suite. "Au lycée, mes parents voulaient que je prépare la voie générale, mais ce n’était pas du tout mon truc." Aucun regret cependant parce que, pendant ce temps, elle se demande ce qu’elle veut vraiment faire. "Oh ! j’ai eu mille idées : assistante sociale, photographe, véto... Alors forcément, quand j’ai commencé à m’intéresser à la restauration de mobilier, mes parents ont cru à une nouvelle lubie."

Le CAP ébéniste

Quand elle s'inscrit, elle tient à le faire en apprentissage. Elle n’en avait jamais entendu parler à l’école, c’est un ami en CAP pâtisserie qui lui explique ce que c’est et lui donne envie de le tenter. "Apprendre un métier sans rester les fesses vissées sur une chaise ? Pour moi, ça tombait sous le sens ! Et puis c’était un moyen d’avoir un salaire, de quitter le nid, de prouver ma détermination à mes parents… L’alternance, pour moi, c’était l’indépendance. Aujourd’hui, ils sont fiers de moi."

Pour réussir en CAP

Elle découvre de nouvelles matières et doit s'accrocher. "C’était vraiment dur. Par exemple, je ne comprenais rien à l’étude du plan de construction de meubles. Mais j’ai demandé aux profs de m’expliquer, de me donner des exercices en plus. À force, c’est devenu ma matière préférée !" Alice est allée en CFA parce qu’elle voulait travailler au bout d’un an de formation… mais elle s’y sent tellement bien qu’elle n’a plus envie de partir ! Après son CAP, elle enchaîne : BMA ébéniste, CAP dessinateur, CAP marqueterie. Plus rien ne l'arrête.

Son métier en images : la marqueterie

Gros plan sur Alice
Vue d'ensemble d'un atelier de marquetterie
Alice pose devant une machine outil
Gros plan sur des outils de marquetterie
Alice pose devant une scieuse électrique
Alice gratte le bois du bord d'un tableau à l'aide d'une spatule

 

Un mot pour finir ?

"J’adore mon métier, c’est hypnotique et il faut beaucoup de patience. Ce que j’aime le plus, c’est tout ce qui est finition, comme teinter le bois… On devient alors apprenti chimiste, on doit faire attention aux réactions en fonction de chaque variété du bois."