Auxiliaire de puériculture

Les auxiliaires de puériculture sont en première ligne pour accompagner les enfants, que ce soit en crèche, en maternité, en PMI ou en service hospitalier. Au programme : répondre à leurs besoins quotidiens, leur apporter des soins courants et participer aux activités d'éveil visant à leur développement. Disponibilité et rigueur de mise.
Niveau minimum d'accès :  CAP ou équivalent
Salaire débutant :  1767 €
Statuts :  Statut fonctionnaire, Statut salarié

Synonymes : Auxiliaire-puériculteur/trice

Secteurs professionnels : Fonction publique, Santé, Social

Centres d'intérêt : J'ai le sens du contact, Je veux être utile aux autres, Je veux m'occuper d'enfants, Ma vocation est de soigner

Le métier

Les auxiliaires de puériculture évoluent dans les différents établissements d’accueil de l’enfance. Leurs maîtres mots ? Bien-être, soins courants et éveil ! Dans une crèche ou une halte-garderie, ils ou elles prennent en charge des petits de moins de 3 ans : les faire manger, les changer, leur proposer des activités d’éveil (jeux de construction, chansons, lecture…), les accompagner vers l’autonomie, mais aussi conseiller et informer les familles. Dans une maternité, le métier porte avant tout sur les soins aux nourrissons (surveillance de leur poids, préparation des biberons, etc.) et l’accompagnement des parents (les rassurer, les conseiller). En PMI (protection maternelle et infantile), les auxiliaires de puériculture assistent les pédiatres et les puériculteurs lors des consultations et des visites à domicile, et gèrent les dossiers. En service de pédiatrie, ils ou elles participent, en lien avec les médecins, au suivi des pathologies des jeunes patients, du nourrisson à l’adolescent de 18 ans. À noter : le métier peut parfois s’exercer auprès d’enfants en situation de handicap. Dans tous les cas, il faut aimer les enfants, mais aussi le travail en équipe et l’échange avec les familles. Autre condition : être très disponible pour assurer des horaires décalés.

En vidéo

Compétences requises

Amour, patience, bienveillance, sang-froid

Si l’amour des enfants est essentiel, la patience et un certain sang-froid sont indispensables pour travailler toute la journée au milieu des cris, des pleurs, du bruit provoqués par les bambins… tout en leur manifestant toujours la même bienveillance, quelles que soient les circonstances. Pour travailler auprès d’enfants, il faut aussi trouver la bonne distance : ne pas s’attacher exagérément ni vouloir remplacer leur famille sous peine de souffrances de part et d’autre. L’observation, l’attention et la vigilance sont également des compétences-clés qui permettent d’assurer la sécurité des enfants, de déceler des comportements inhabituels ou inappropriés, révélateurs d’un problème particulier. Face à des situations difficiles (maladie, handicap…) un solide équilibre psychologique est recommandé.

Pédagogie et autorité

Contribuer au développement de l’enfant demande d’être pédagogue. Pour proposer des activités d’éveil et éducatives, l'esprit d'initiative et le dynamisme sont les bienvenus. L'imagination et les compétences à l'animation permettent de susciter l’intérêt des enfants, tout en faisant preuve d’autorité si besoin.

À l'écoute des parents 

S’occuper des enfants, c’est aussi accompagner leurs parents. Afin de favoriser les intérêts et le bien-être des enfants, les auxiliaires de puériculture entretiennent une relation privilégiée d’écoute et de confiance avec les familles, les soutenant par des conseils appropriés dans leurs actions éducatives, notamment.

Où l'exercer ?

Au sein d’une équipepluridisciplinaire

En fonction du type d’établissement dans lequel ils exercent, les auxiliaires de puériculture remplissent des missions professionnelles qui peuvent sensiblement différer. Dans tous les cas, ils travaillent toujours au sein d'une équipe constituée de personnels de santé, de l’éducation et du social. Selon les cas, l'activité professionnelle peut être placée sous la responsabilité de puériculteurs ou de médecins.

Emploi du temps et horaires variables

À l'hôpital ou en clinique, la continuité des soins impose une présence des personnels 24 heures/24. L'auxiliaire suit donc les roulements de travail des équipes et des services, selon un emploi du temps établi à l'avance. En fonction du service (néonatalogie : accueil et soins des bébés prématurés, trop petits ou malades ; urgences pédiatriques : prise en charge des pathologies médicales, traumatologiques et chirurgicales des enfants) dans lequel il ou elle est affecté/e, en l’auxiliaire de puériculture peut travailler de jour, de nuit, les week-ends, les jours fériés, avec des horaires de début et de fin variables, dans la limite de 35 heures par semaine.

Dans les crèches et les haltes-garderies, les heures d'ouverture s'adaptent pour suivre les horaires de travail des parents. Dans les grandes villes, il existe également des garderies et crèches ouvertes tard en soirée, voire toute la nuit.

Les études

Après la 3e

 1 an pour préparer le DE d'auxiliaire de puériculture, obligatoire pour exercer. Accès sur dossier et entretien sans condition de diplôme, à partir de 17 ans au minimum. Certains diplômes professionnels (bac et CAP) donnent lieu à des allègements de formation.

bac ou équivalent

Emploi et secteur

De grands besoins

Les débouchés varient selon les régions. Les auxiliaires de puériculture sont particulièrement attendus au sein des crèches et des haltes-garderies ou des services pédiatriques...D’autres secteurs en développement deviennent porteurs. C’est le cas des soins à domicile, des services de néonatalogie (accueil et soins des bébés prématurés, trop petits ou malades), ou encore des structures médicoéducatives (prise en charge des enfants atteints de troubles de l’autisme).

Mobilité et évolution

La mobilité est courante, d’une structure à une autre, ou d’un service à un autre au sein d’un même établissement. Avec 3 ans d'expérience, les auxiliaires de puériculture peuvent s’inscrire au concours des IFSI (instituts de formation en soins infirmiers), préparer un DE (diplôme d’État) d’aide-soignant, d’accompagnant éducatif et social ou encore d’éducateur de jeunes enfants.

Secteur

Salaire du débutant

 Smic  dans le secteur privé. 1873 euros brut par mois (fonction publique hospitalière). 1836 euros brut par mois (fonction publique territoriale).