Directeur / directrice des services
pénitentiaires

Garant de la sécurité et de l'application des peines prononcées à l'encontre des détenus, le directeur des services pénitentiaires est à la fois un gestionnaire en charge d'un établissement et un manager sachant encadrer le personnel pénitentiaire.
Niveau minimum d'accès :  Bac + 3
Salaire débutant :  2900 €
Statut :  Statut fonctionnaire

Synonymes : Chef/fe d'établissement pénitentiaire

Secteur professionnel : Fonction publique

Centres d'intérêt : J'aime être aux commandes, J'aime organiser, gérer

Le métier

Maintenir l'ordre et la sécurité

Chargé d'une mission de sécurité et d'ordre public, le directeur des services pénitentiaires coordonne la prise en charge des personnes faisant l'objet d'une mesure restrictive ou privative de liberté. Il organise la vie quotidienne au sein de la prison et garantit le maintien de l'ordre. Pour cela, il établit des protocoles de sécurité dans un cadre défini par sa hiérarchie.

Manager les équipes

En interne, il anime les équipes de personnels (adjoints, surveillants, lieutenants, etc.), gère les ressources humaines et le dialogue social. Véritable manager, il doit être à l'écoute pour apporter des solutions. Parallèlement, il intervient pour régler des problèmes avec les détenus... tout en gérant les aspects financiers et budgétaires. Pour limiter la récidive à la sortie, il favorise et accompagne la mise en place de dispositifs favorisant la réinsertion sociale des détenus : activités culturelles, formations qualifiantes, ateliers de travail, etc.

Gérer les partenaires extérieurs

Interlocuteur privilégié du monde extérieur à la prison, le directeur des services pénitentiaires entretient, au quotidien, des relations avec les associations (culturelles, d'insertion), les magistrats, les services pénitentiaires d'insertion et de probation, les médias...

Compétences requises

Avoir le sens des responsabilités

Plusieurs compétences s'imposent pour être directeur des services pénitentiaires, à commencer par le sens responsabilités. Dans les moments de crise comme au quotidien, ce métier implique de savoir prendre de nombreuses décisions et de les assumer.

Diplomate et ferme, mais à l'écoute

Gérer un établissement pénitentiaire, c'est maintenir l'équilibre entre les décisions liées au maintien de l'ordre, qui reste une priorité, et un volet relationnel, humain, tout aussi essentiel. Le directeur des services pénitentiaires doit être à l'écoute pour répondre aux demandes des personnels, entendre les revendications des détenus et satisfaire l'autorité de la direction régionale. Habile négociateur, il sait se montrer ferme pour faire appliquer les règles, et diplomate pour apaiser les tensions. Son autorité naturelle et son sens du contact lui permettent de dialoguer, de négocier et de motiver ses équipes. Son style de management donne le ton du centre pénitentiaire.

Rigueur et réactivité

Le sens de la mesure et le goût pour l'action sont des qualités nécessaires au directeur des services pénitentiaires. Dynamique, réactif, il s'applique à mettre en oeuvre la politique de prise en charge des détenus dans les meilleures conditions possibles.

Où l'exercer ?

Être mobile

Le directeur des services pénitentiaires est un cadre fonctionnaire de catégorie A. La mobilité caractérise le déroulement de sa carrière : en effet il doit régulièrement changer de poste. Il peut alterner poste opérationnel (en prison) et service fonctionnel (dans l'administration).

Vivre au rythme de la prison

L'action, l'imprévu, la gestion de crises, des équipes... remplissent son quotidien, même s'il existe de grandes différences entre les établissements. Le directeur des services pénitentiaires partage son temps entre son bureau (où il gère les questions administratives et financières) et le terrain (où il rencontre les personnels, les détenus, les responsables d'associations, les professionnels de la réinsertion...).

En équipe avant tout

Sans ses équipes et sans leur adhésion, ce professionnel ne pourrait pas exercer son métier. Au quotidien, il s'appuie, jour et nuit, sur les personnels pénitentiaires présents sur place pour assurer la sécurité et le bon fonctionnement de l'établissement. Il doit également respecter les décisions de sa hiérarchie et l'informer de ses initiatives.

Les études

Après le bac

3 ans pour préparer une licence de droit, puis 2 ans à l'Enap (École nationale d'administration pénitentiaire), après réussite au concours de recrutement.

Emploi et secteur

Beaucoup de candidats, peu de places

L'accès à la formation et au métier est conditionné par la réussite d'un concours. C'est le ministère de la Justice qui décide du nombre de places mises au concours de directeur des services pénitentiaires. En 2019, 42 postes ont été ouverts, dont 25 pour le concours externe.

Les femmes majoritaires

Depuis quelques années, les femmes se sont imposées dans cet univers réputé masculin et elles sont désormais majoritaires dans les promotions de directeurs des services pénitentiaires.

Des évolutions possibles

Le directeur des services pénitentiaires a plusieurs possibilités en terme d'évolution de carrière. S'il débute généralement dans l'équipe de direction d'un établissement, son parcours se diversifie ensuite : chef d'un établissement pénitentiaire, chef d'un service pénitentiaire d'insertion et de probation, cadre en direction interrégionale, à l'Enap ou à la direction centrale de l'administration pénitentiaire. Il peut aussi accéder aux statuts de direction interrégional et de directeur fonctionnel des services pénitentiaires.

Salaire du débutant

2900 euros bruts par mois.