Préposé au tir

Le préposé ou la préposée au tir est en charge des opérations d'amorçage, de raccordement et de tir de mines pour creuser des galeries techniques, démolir des bâtiments, effectuer des opérations de déroctage (travaux sous-marins, voies navigables).Sur les chantiers de travaux public, il ou elle démolit des roches, creuse des tunnels, des galeries pour les réseaux, etc. Une activité explosive !
Niveau minimum d'accès :  CAP ou équivalent
Salaire débutant :  1767 €
Statut :  Statut salarié

Synonymes : Boutefeu-mineur/euse, Démineur/euse, Machiniste d'extraction, Ouvrier/ère de l'extraction solide (minerais, minéraux...), Spécialiste mines et explosifs

Secteur professionnel : Bâtiment et travaux publics (btp)

Centre d'intérêt : J'aime les sensations fortes

Le métier

Préparer le terrain

Lors de la construction d'une autoroute, il peut s'avérer nécessaire de dégager un passage dans la roche : le préposé ou la préposée au tir entre alors en action. Il ou elle doit d'abord délimiter sa zone d'intervention puis réaliser ou laisser réaliser par des foreurs le percement de trous dans la paroi pour y placer les explosifs. Cet ouvrier ou cette ouvrière du BTP (bâtiment et travaux publics) ou des mines est également en charge de la réception, du stockage et du déplacement de la quantité d'explosifs nécessaire pour la journée de travail.

Opérer les tirs

Le préposé ou la préposée au tir doit positionner les détonateurs et les explosifs, en suivant un plan de tir préétabli. Il faut réaliser les connexions et le placement des charges, en introduisant directement le produit explosif (cartouche, vrac, poudre noire comprimée) dans le trou de mine ou après pré-conditionnement des charges dans des fourreaux plastiques. Après s'être assuré/e de l'évacuation de la zone, il ou elle déclenche la mise à feu sur sa console de tir, vérifie les résultats et signale la fin du tir.

Pour excaver

Il ou elle creuse des galeries de différentes tailles, des canalisations d'eau, des tunnels autoroutiers ou ferroviaires... et effectue des opérations de démolition de bâtiments et de déroctage (travaux sous-marins dans les ports, voies navigables)...

Compétences requises

Connaissances techniques

Les différents types d'explosifs et leurs usages doivent être connus, de même que les matériels, les accessoires de tir, les méthodes d'amorçage et les différents types de tir.

Précision du geste et réactivité

Le travail avec des explosifs nécessite de la minutie, de l'attention et beaucoup de rigueur : la sécurité du préposé ou de la préposée au tir et celle des autres co-équipiers en dépend. Face à une situation imprévue, il faut aussi savoir réagir avec rapidité, se prémunir et écarter les autres d'un danger imminent et prévenir sa hiérarchie. Une bonne vue est aussi indiquée.

Dans le souci des règles

Connaître et suivre toutes les règles et consignes de sécurité est un impératif. Il faut aussi comprendre et suivre les règles organisationnelles propres à un chantier.

Dans le dialogue

Être capable de communiquer pour exprimer d'éventuelles incompréhensions, savoir accueillir les nouveaux arrivants sur un chantier et les accompagner dans leur progression fait partie du métier.

Où l'exercer ?

La sécurité avant tout

Au vu des risques encourus, rien ne doit être laissé au hasard. Avant d'actionner la mise à feu, le préposé ou la préposée au tir procède au contrôle de chaque forage à l'aide de sondes, vérifie la continuité du circuit de tir, en mesurant la résistance électrique avec un ohm-mètres. Lorsque tout est conforme, il ou elle annonce le tir par un signal sonore puis procède au tir de mines sur zone évacuée et sécurisée. Le port d'équipements de protection individuelle (chaussures de sécurité, bouchons anti-bruit, casque de chantier, gilet à haute visibilité...) est évidemment requis.

Sur des chantiers variés

Le travail s'effectue en équipe, en coordination et sous l'autorité d'un chef ou d'une cheffe de chantier. Il peut avoir lieu en hauteur, en sous-sol, en plein air ou au contraire en environnement confiné comme en tunnel. Si le tunnelier creuse les roches dures, l'avancée à l'explosif est utile pour les roches tendres. Dans ce cas, les gaz et les poussières produits par l'explosion sont évacués par un système de ventilation déclenché par les préposés aux tirs.

Horaires décalés possibles

L'activité peut impliquer un éloignement du domicile de plusieurs jours ou mois. Elle peut s'exercer par roulement d'équipes, avec des astreintes, lors de grands travaux d'infrastructure.

Les études

Après la 3e

CQP (certificat de qualification professionnelle) boutefeu, foreur, maître-boutefeu, préparateur en démolition. Dans tous les cas, le CPT (certificat de préposé au tir) est obligatoire pour exercer.

Emploi et secteur

Différents types d'entreprises

La profession est réglementée par l'obtention d'un certificat, exigé pour toute opération de mise en oeuvre de produits explosifs. Les emplois se trouvent dans les entreprises de démolition et de déconstruction, les entreprises spécialisées dans le forage et le minage en carrières et les entreprises de travaux publics comme Eiffage Génie Civil, Vinci Construction, Colas, Spie Batignolles, etc.

Mobilité interne encouragée

La mobilité interne est importante dans le secteur des travaux publics. Avec le temps, le préposé ou la préposée au tir peut devenir maître- artificier ou maîtresse-artificière, maître-boutefeu ou maîtresse-boutefeu. Il ou elle est alors en charge du calcul précis des charges à utiliser. Grâce à l'expérience acquise sur le terrain, il ou elle évolue vers un rôle de chef ou cheffe d'équipe pour diriger et encadrer un groupe d'ouvriers et, par la suite, il ou elle pourra éventuellement progresser vers un poste de chef ou cheffe de chantier ou de carrière.

Secteur

Salaire du débutant

À partir du Smic, évoluant avec l'expérience.