Les écoles de cinéma d'animation

Publication : 20 décembre 2023

De nombreuses écoles forment aux métiers de l'animation en 3 à 5 ans après le bac. La plupart sont privées et couteuses. Partout, l'accès est sélectif.

Image d'illustration, crédit photo ci-après

Une majorité d'écoles privées

Une trentaine d'écoles privées forment au cinéma d'animation. La moitié sont membres du RECA (Réseau des écoles de cinéma d'animation), qui regroupe les établissements faisant l'objet d'une reconnaissance par la profession, en France comme à l'étranger. Parmi elles : Gobelins à Paris, Rubika à Valenciennes ou encore ESMA à Montpellier et Toulouse.

La majorité accueille les bacheliers pour 3 ans, et jusqu'à 5 ans. Elles délivrent des certificats d'écoles, pour certains enregistrés au RNCP, ce qui indique le niveau de qualification atteint. Elles sélectionnent les candidats sur dossier (scolaire et artistique) puis entretien.

Une poignée d'écoles publiques

Relevant du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, l'Esaat à Roubaix et l'école Estienne à Paris délivrent le DN MADE mention animation spécialité cinéma d'animation, en 3 ans après le bac. Avec une quinzaine de places chacune, la sélection est importante. Dépendant du ministère de la culture, l'ENSAD, à Paris, propose une spécialisation cinéma d'animation. Elle délivre un diplôme d'école conférant le grade de master (bac + 5). Au sein de l'Esad Amiens, Waide Somme prépare au DNSEP mention images numériques animées, en 5 ans après le bac. Ces deux écoles recrutent sur concours. Elles font partie du RECA.

 

De l'animation aux images de synthèse

Ces écoles développent les compétences de leurs étudiants pour toute la chaîne du film d'animation : design graphique, storyboard (mise en images du scénario), layout (mise en place d'un plan), animation traditionnelle (dessin animé, volume animé, stop motion), animation 3D (modélisation, texture, rendu), postproduction (montage image/son, intégration).

Chaque école a son identité propre : l'animation et la réalisation sont le fer de lance des Gobelins, les images de synthèse celui de Rubika et de Méliès, le character design pour Emile Cohl. Outre l'animation 3D, ArtFX permet de se spécialiser dans les effets visuels.

Des frais de scolarité élevés

Dans les écoles privées, les frais de scolarité sont souvent élevés : de 3 000 à 10 000 € l'année. Les formations dipensées par Emile Cohl, Gobelins, Lisaa et Rubika étant reconnues par l’État, elles peuvent accueillir des élèves boursiers. Dans le public, la scolarité est gratuite dans le cadre de la préparation au DN MADE ou peu chère : 920 € l'année à Waide Somme et 438 € par an à l'Ensad. Les boursiers sont pour leur part exonérés des droits d'inscription.

Les écoles appartenant au RECA bénéficient d'un réseau d'entreprises favorisant l'accueil des stagiaires et l'accès à l'emploi des diplômés.


À lire aussi

Boutique