Poseur de voies ferrées

Sans son intervention, pas de circulation de train, de métro ou de tramway... Le poseur ou la poseuse de voies ferrées participe aux travaux de construction et de maintenance des voies ferrées, en toute sécurité.
Niveau minimum d'accès :  CAP ou équivalent
Salaire débutant :  1770 €
Statut :  Statut salarié

Synonymes : Constructeur/rice de voies ferrées, Technicien/ne de la voie ferrée

Secteur professionnel : Construction aéronautique, ferroviaire et navale

Centres d'intérêt : J'aime bouger, J'aimerais travailler dehors, Réparer, bricoler, j'adore ça

Le métier

Préparer et sécuriser l'intervention

Avant la mise en place des voies ferrées, il faut préparer et sécuriser l'intervention : délimitation des zones de travail en identifiant celles comportant des risques. Puis le poseur ou la poseuse de voies ferrées organise son environnement de travail et participe à l'approvisionnement en matériels et matériaux : rails métalliques, traverses en bois ou en bétons, vis et boulons, ballast (pierres concassées ou béton sur lesquels la voie est posée) mais aussi en outillages : pelles, engins de levage comme les lève-rails...

Poser les rails

Le poseur ou la poseuse de voies ferrées construit de nouvelles voies à l'aide de systèmes mécaniques ou manuels (portique ou bi-grues). Il ou elle dépose le matériel sur les voies, met en place et assemble les rails et les traverses, soude des éléments métalliques, serre des boulons... Il ou elle utilise des grues pour soulever des charges lourdes, des tronçonneuses à disques pour découper des tronçons de rails, des tirefonneuses (machines pour visser et dévisser).

Entretenir les voies

Il ou elle remplace aussi des éléments de voies usagés et assure l'entretien courant en changeant rails, pièces d'aiguillage, tirefonds (vis) ou encore ballast qu'il lui faut "régaler" c'est-à-dire niveler.

Compétences requises

Avec rigueur et responsabilité...

Le métier exige d'être toujours soucieux de la sécurité et très rigoureux dans l'application des consignes. Certains travaux ont lieu alors que la circulation ferroviaire n'est pas complètement coupée : il faut alors dégager la voie pour éviter tout accident.

... et minutie

Si certains travaux s'apparentent à du gros oeuvre, d'autres exigent technicité et souci du détail. Les éléments à ajuster doivent être parfaitement posés et certaines parties des voies, comme les pièces d'aiguillage (appelées aiguilles de voies) doivent être positionnées au millimètre. Il faut aussi savoir lire des plans et faire preuve d'habileté manuelle pour respecter les écartements et l'équilibrage des éléments.

Sens du collectif

Le travail en plein air et en horaires décalés demande un bon esprit d'équipe. Si chaque poseur ou poseuse dispose d'une certaine autonomie, il ou elle doit être ouvert/e et posséder le goût d'apprendre pour progresser aux côtés des autres équipiers.

Où l'exercer ?

En tenue et en équipe

Le poseur ou la poseuse de voies ferrées porte une "tenue haute visibilité" (vêtements de chantier oranges avec bandes réfléchissantes, chaussures de sécurité, casques, gants, lunettes et protection des oreilles). Un poseur ou une poseuse ne suffit pas pour construire une voie ! Il ou elle coordonne ses actions avec les autres membres de l'équipe pour faire avancer le chantier en suivant les instructions du chef ou de la cheffe d'équipe.

En plein air

En gare, sur les voies de chemin de fer, dans les tunnels, sur les ponts... le poseur ou la poseuse se déplace au gré des chantiers, d'un lieu à l'autre, en France ou à l'étranger. L'activité s'effectue à l'extérieur, principalement la nuit, pour ne pas perturber la circulation des trains de passagers ou de marchandises en journée.

Horaires flexibles

Le poseur ou la poseuse de voies doit intégrer des contraintes nécessitant de la flexibilité et une mobilité géographique : le travail a lieu en temps limité dans le respect des délais. Un chantier important comme la construction d'une nouvelle ligne de TGV nécessite un déplacement de plusieurs mois.

Les études

Après la 3e

2 ans pour préparer un CAP ou 3 ans pour préparer un bac professionnel du domaine des travaux publics. Il existe aussi un CQP (certificat de qualification professionnelle) poseur de voies ferrées.

CAP ou équivalent

Emploi et secteur

En entreprise spécialisée

Une soixantaine d'entreprises de la construction ferroviaire emploient plus de 10 700 salariés en France, dont plus de la moitié sont des ouvriers et un tiers des techniciens et agents de maîtrise. Ils sont amenés à entretenir plus de 27 000 km de réseau ferré pour assurer la mobilité des personnes et le transport des marchandises. Il existe des entreprises de taille importante comme Eiffage Rail, Colas Rail, TSO, ETF... et des sociétés plus petites ou régionales. Des postes d'opérateurs affectés exclusivement à la maintenance des voies existent au sein des gestionnaires d'infrastructures, de la SNCF ou de la RATP.

Vers plus de responsabilités

La mobilité interne est importante dans le secteur des travaux publics. Avec de l'expérience acquise sur le terrain, le poseur ou la poseuse de voies ferrées peut évoluer vers un rôle de chef ou cheffe d'équipe, pour diriger et encadrer une équipe d'ouvriers et, par la suite, il ou elle pourra éventuellement progresser vers un poste de chef ou cheffe de chantier, voire vers la conduite de travaux. Le poseur ou la poseuse peut aussi choisir de se tourner vers d'autres métiers de la voie ferrée comme soudeur ou soudeuse aluminothermique, chef ou cheffe de machine, conducteur ou conductrice d'engins, topographe etc.

Salaire du débutant

1770 euros brut par mois.