Fiche secteur

Droit et justice : des emplois nombreux et variés

publication : 15 octobre 2015
Avocats, juristes, magistrats, notaires... Ils exercent des métiers très différents, dans des lieux divers (tribunal, étude, cabinet ou entreprise) et sous tous les statuts (fonctionnaire, libéral ou salarié). Leur point commun : de longues études de droit.

secteur-droit-justice-article

Au tribunal, en cabinet ou en entreprise

La justice, composée de différentes juridictions (tribunaux d'instance, de grande instance, cours d'appel...), règle les litiges entre les personnes ou les entreprises, sanctionne les délits et crimes... Les services judiciaires emploient près de 30 000 personnes, dont 8 000 magistrats et 9 400 greffiers. De son coté, l'administration pénitentiaire emploie des chefs de services pénitentiaires (directeurs de prisons), des lieutenants pénitentiaires (gardiens de prison) et des conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation. Son rôle : exécuter les décisions des magistrats en matière pénale.

En cabinet ou en étude, de nombreux acteurs (avocats, huissiers...) veillent au bon fonctionnement de la justice, chaque profession ayant ses missions propres. Au nombre de 60 000, les avocats sont regroupés dans 161 barreaux.

Les entreprises emploient des juristes qui veillent au respect des lois régissant la vie économique de la société.

Juriste, avocat, juge : des statuts différents

Les magistrats, secondés par les greffiers, rendent la justice au sein d'une juridiction : tribunal d'instance, cour d'assises... Ce sont des agents de l'État, au même titre que les directeurs de prison, les conseillers d'insertion et de probation... Ils ont un emploi assuré à la fin de leur formation professionnelle (École nationale de la magistrature, École nationale des greffes, École nationale d'administration pénitentiaire...).

Les avocats, les notaires et les huissiers sont des auxiliaires de la justice. Leur profession est réglementée. Mais ils exercent leur activité en libéral et sont rémunérés par leurs clients. Les débuts peuvent donc parfois être difficiles, avec une activité et des revenus fluctuants.

Les juristes d'entreprise, salariés, rédigent les contrats (commerciaux...). Ils suivent la législation en droit des affaires, droit fiscal... et conseillent les dirigeants de leur société. Ce secteur reste attractif, car les entreprises affichent de forts besoins en spécialistes.

Administrateurs de biens, gestionnaires de contrats d'assurance... Bien d'autres professions sont ouvertes aux diplômés en droit.

Juges, substitut du procureur, greffier, des professionnels/les racontent leur quotidien

Droit : longues études à prévoir

Mis à part les postes d'assistants qui sont accessibles au niveau bac+2 ( DUT carrières juridiques pour les secrétaires juridiques, BTS notariat pour les collaborateurs de notaire), les métiers du droit impliquent une formation longue en droit à l'université. De la licence (bac+3) jusqu'au master (bac+5), il faut construire un parcours d'études cohérent afin d'accéder aux formations professionnelles de notaires, d'avocats, de magistrats, de greffiers, d'huissiers, d'officiers de police judiciaire... qui durent de 18 mois à 3 ans, avec une large place accordé aux stages sur le terrain.

Ceux qui visent un poste de juriste d'entreprise peuvent préparer le DJCE ( diplôme de juriste conseil d'entreprise), très apprécié des recruteurs, en parallèle d'un master droit des affaires. Ceux qui visent la profession de commissaire-priseur judiciaire devront préparer une licence de droit et un diplôme de niveau équivalent en histoire de l'art ( licence, diplôme de l'École du Louvre), avant de passer l'examen d'accès au stage professionnel. Autre possibilité : suivre un double cursus universitaire droit-histoire de l'art afin de réduire la durée des études.

Face à un marché de l'emploi compétitif, il faut aussi soigner son profil. Les cabinets d'avocats internationaux et les grandes entreprises sont friands de doubles formations : droit et économie ou diplôme de grande école de commerce ou IEP (institut d'études politiques), LLM (Master of laws)...

Quiz - Défis métiers

Vous êtes désormais incollable sur le secteur du droit et de la justice ?

Testez vos connaissances en jouant au Qui fait quoi :

 

Revivez le tchat sur le métier de directrice de centre pénitentiaire

Dialoguez en direct avec une directrice de centre pénitentiaire

Garant/e de la sécurité et de l'application des peines prononcées à l'encontre des détenus, le ou la directeur/trice de centre pénitentiaire est à la fois un ou une gestionnaire en charge d'un établissement et un ou une manager sachant encadrer le personnel pénitentiaire. Ce métier vous attire ? Êtes-vous fait(e) pour ? Quelles études faut-il envisager ? Karine Vernière, directrice du centre pénitentiaire de Caen (Calvados), a répondu en direct à toutes vos questions mercredi 3 février de 15h à 16h.  Revivez l'intégralité des échanges.

Imprimer

Les publications de l'onisep

  • métiers
  • Les métiers de la justice, collection Parcours
    Les métiers de la justice
    Les métiers de la justice
    collection Parcours
    parution en octobre 2015
    Dans ce numéro : de nombreuses formations s'appuyant le plus souvent sur un cursus initial en droit. Des métiers répertoriés en quatre grandes familles
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels