Fiche secteur

Enseignement : des places à prendre

Publication : juillet 2015
De la maternelle à l’université, dans l’enseignement public ou privé, sans oublier les organismes de formation, plus de 1 million de personnes enseignent en France. Principal recruteur, l’Éducation nationale a ouvert 30 000 postes d’enseignants aux concours 2015, pour le primaire et le secondaire. De plus, le ministère de l’Éducation nationale et de l’enseignement supérieur souhaite recruter 60 000 nouveaux enseignants d’ici 2017. Plus que jamais, les vocations sont les bienvenues.

Secteur de l'enseignement

L'Éducation nationale, principal employeur

Près de 840 000 enseignants travaillent au sein de l’Éducation nationale : 380 000 professeurs de collège et lycée, 323 000 professeurs des écoles.

On compte environ 91 300 enseignants en fonction dans les établissements de l’enseignement supérieur.

La majorité (703 600) occupe un emploi dans les établissements publics. Les établissements privés sous contrat emploient 176 700 enseignants.

D’autres enseignants exercent en lycée agricole, en CFA (centre de formation d’apprentis), en établissement spécialisé, en conservatoire, dans les services des sports des collectivités, etc.

L’Éducation nationale est le plus gros pourvoyeur d’emplois, avec de nombreux postes ouverts aux concours chaque année : professeurs des écoles, enseignants de collège et lycée, mais aussi CPE (conseillers principaux d’éducation) et, dans une moindre mesure, COP (conseillers d’orientation-psychologues).

Enseignement : des places à prendre

Pas de doute : il y a des postes à saisir dans l’enseignement, qui connaît une vague de recrutements en forte hausse.

Au total, pour les concours de recrutement 2015, l’Éducation nationale prévoit 30 170 recrutements dans les établissements publics (1er et 2nd degré). Objectif : compenser l’ensemble des départs à la retraite.

Cette tendance devrait se maintenir, sachant que certaines disciplines manquent de candidats (sciences dures, anglais, lettres…).

Du côté de la formation, près de 400 organismes privés emploient environ 20 000 salariés. Les besoins sont réels, que ce soit pour l’informatique ou les langues, mais également pour des formations pré-professionnelles ou d’insertion.

 

Enseigner, une vocation avant tout

Généraliste, le professeur des écoles enseigne en maternelle ou en élémentaire. Il doit avoir réussi le CRPE (concours de recrutement des professeurs des écoles).

Spécialistes d’une ou deux disciplines, les professeurs certifiés ou agrégés exercent en collège et/ou en lycée général et technologique ou professionnel selon le concours passé (agrégation, CAPES – certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement secondaire, CAPET – certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement technique, CAPLP – certificat d'aptitude au professorat de lycée professionnel).

Les concours de l’enseignement, plus ou moins sélectifs selon la discipline, comprennent des épreuves théoriques et pratiques (préparation de cours) et un entretien de motivation. Mieux vaut avoir la vocation pour se lancer.

Quand il débute dans le public, le professeur ne choisit pas son poste.

Le lauréat du CAFEP (certificat d'aptitude aux fonctions d'enseignement dans l'enseignement privé), lui, démarre dans l’établissement où il s’est porté candidat au préalable.

Professeur : un master sinon rien

Primaire, secondaire, supérieur… Désormais, tous les professeurs doivent être titulaires d’un master (bac + 5).

Voie royale : le master MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation), qui se prépare depuis la rentrée 2013, dans les ESPE (Écoles supérieures du professorat et de l’éducation), composantes des universités.

Trois mentions permettent de se préparer plus spécifiquement aux concours visés : mention 1er degré (pour devenir professeur des écoles), mention 2e degré (pour les futurs professeurs de collège et lycée) et la mention en encadrement éducatif (pour les futurs conseillers principaux d’éducation).

Les candidats passent les concours en fin de M1 (CRPE, CAPES, CAPLP, etc.).

En M2, les lauréats effectuent un stage en responsabilité à mi-temps en école ou en établissement scolaire (rémunéré temps plein), en tant que fonctionnaire stagiaire. Tout en poursuivant leur formation en ESPE.

Les enseignants-chercheurs (maître de conférences, professeur) doivent, eux, obtenir un doctorat (bac + 8) avant de postuler.

L’accès au métier de formateur se fait souvent dans le cadre d’une reconversion professionnelle après une première expérience dans le domaine de compétence enseigné.

Il est également possible d’intégrer un master MEEF mention "pratiques et ingénierie de la formation", qui prépare notamment au métier de formateur.

 

Rencontre avec 3 professeur(e)s et une conseillère d'orientation psychologue.

Imprimer

Les publications de l'onisep

  • métiers

métiers

Enseignement, éducation et formation, collection Parcours
Enseignement, éducation et formation
Enseignement, éducation et formation
collection Parcours
parution en novembre 2013
Réforme des formations, nouveaux concours, focus sur les métiers...
Les métiers auprès des enfants, collection Parcours
Les métiers auprès des enfants
Les métiers auprès des enfants
collection Parcours
parution en avril 2015
32 métiers emblématiques sont regroupés en quatre grandes familles. Toutes les voies de formation sont décryptées.
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels