Imprimer

Fiche secteur

Hôtellerie, restauration : des métiers pour tous les goûts

Publication : décembre 2014
L’hôtellerie-restauration cherche à attirer de nouvelles compétences en cuisine, en service et en hébergement. Malgré une image parfois peu valorisée, de nombreux métiers offrent de belles perspectives de carrière.

secteur de l'hotellerie et de la restauration

L’hôtellerie s’ouvre de plus en plus à la clientèle d’affaires et aux touristes étrangers.

À lire aussi

Clientèle d’affaires, touristes étrangers, une aubaine...

Avec plus de 905 000 emplois (dont 78% de salariés permanents), l’hôtellerie-restauration ne semble guère affectée par la crise puisqu’elle devrait créer 56 000 emplois en 2016.

C’est la restauration qui constitue la part la plus importante du secteur, depuis les établissements gastronomiques jusqu’aux cafétérias. Sans oublier la restauration collective dominée par quelques grandes enseignes.

Très diversifiée elle aussi, l’hôtellerie se concentre plus particulièrement dans les zones les plus touristiques comme l’Ile-de-France et le Sud. Elle s’ouvre de plus en plus à la clientèle d’affaires et aux touristes étrangers. L'offre s'adapte étant donné la durée des séjours qui se réduit et les indépendants sont tentés de rejoindre les grands groupes.

Quant aux cafés et bars (de la branche d’activité "débit de boissons"), ils ne représentent que 15% des entreprises et ne représentent plus que 8 % du chiffre d’affaires du secteur. Ils ont dû s’adapter aux nouveaux modes de consommation, proposant, par exemple, une petite restauration., des cafés à thème… Ils revoient également le design et la décoration des lieux pour attirer une clientèle jeune et urbaine.

Des opportunités de carrière dans la cuisine, le service et l’hébergement

Les métiers les plus recherchés sont ceux de la cuisine, depuis les commis jusqu’au chef de cuisine, suivis des serveurs de café et de restaurant. Dans les brigades des grands restaurants sont employés également des chefs de partie, des chefs pâtissiers… Côté service, ces établissements font appel à des serveurs, des maîtres d’hôtel, des chefs de rang… Les cafés, eux, ont recours à des barmen et des garçons de café. Citons aussi les employés de restauration collective ainsi que les traiteurs.

Les métiers de l’hébergement proposent des offres d’emploi dans les métiers de réceptionnistes ou d’employés d’étage… Les grands structures hôtelières présentes partout dans le monde ouvre des possibilités d’emplois à l’international.

Enfin, tous ces établissements sont gérés par des cadres tels que des directeurs d’hôtel ou de restaurant, ou encore des gérants de restauration collective, le plus souvent issus des fonctions opérationnelles.

Témoignages : Fabrice, cuisinier, Franceza, réceptionniste et Sébastien, night auditor




Du CAP au BTS, des diplômes bien ciblés

Du CAP (certificat d’aptitude professionnelle) au bac (pro ou techno), en passant par une MC (mention complémentaire) ou un BP (brevet professionnel), il existe près de 20 diplômes dans le secteur de l’hôtellerie-restauration : CAP cuisine, CAP restaurant, CAP services hôteliers… ; MC employé barman, MC sommellerie, MC organisateur de réception… ; BP barman, BP gouvernante, BP restaurant… ; bac pro cuisine, bac pro commercialisation et services en restauration ; bac techno hôtellerie...

Ces formations sont proposées à temps plein (en lycée professionnel) ou en alternance / apprentissage (en lycée professionnel ou en centre de formation d’apprentis – CFA). Un bon tiers de jeunes choisissent une formation en apprentissage.

Ces diplômes conduisent à des postes opérationnels et représentent 60 % des effectifs.

Après le bac, deux BTS (brevets de technicien supérieur), préparés en lycée public ou en école, mènent à des fonctions bien ciblées : le BTS responsable d’hébergement et le BTS hôtellerie-restauration, options art culinaire, art de la table et du service ; ou mercatique et gestion hôtelière.

Au-delà du bac + 2, les licences professionnelles hôtellerie et tourisme, délivrées par les universités, constituent un accélérateur de carrière, sans dispenser les diplômés de faire leurs preuves à des postes opérationnels. Il existe une soixantaine de licences pro du secteur.

Enfin, quelques opportunités s’offrent aux titulaires d’un bac + 5, diplômés d’un master. Il en existe moins d’une dizaine spécialisé en hôtellerie –restauration.

Autres formations : 26 CQP (certificats de qualification professionnel) du secteur attestent d'une qualification reconnue par la profession pour être immédiatement opérationnel sur le terrain. Citons par exemple le CQP agent de restauration, le CQP assistant d’exploitation en restauration, le CQP commis de cuisine, le CQP employé d’étages…

 

 

Témoignages de professionnels et d'étudiants

Les publications de l'Onisep

Les métiers de l'hôtellerie et de la restauration, collection Parcours

Parution : octobre 2014

 

Haut de page

Vient de paraître