Imprimer

Fiche secteur

Mécanique : 40 à 50 000 recrutements prévus d'ici 2020

Publication : mai 2014
Premier employeur industriel de France, la mécanique est présente dans de nombreux secteurs de pointe comme l’aéronautique, l’énergie, la mécatronique, la robotique... Les recrutements font la part belle aux jeunes techniciens et aux ingénieurs.

De l’optique à l’aérospatiale : des industries en pôle position

Se classant au 6e rang mondial, les industries mécaniques françaises regroupent 30 700 entreprises de plus de 1 salarié (dont 85 % de PME) et emploient 617 000 salariés.

La transformation (sidérurgie, fonderie, plasturgie) et l’équipement (production de composants, machines, systèmes) se partagent l’essentiel de l’activité.

Sur un créneau plus étroit, l’industrie de précision (optique, instruments de mesures et de navigation, matériel médical…) poursuit son expansion.

Présentes dans des secteurs innovants comme l’énergie, le naval, le ferroviaire, l’aéronautique, l’automobile, la robotique, le médical, l’agroalimentaire, ces industries font preuve de dynamisme.

Recrutements à la clé : à l’horizon 2020, les industries de la métallurgie prévoient de recruter plus de 100 000 emplois par an (dont 40 000 dans la mécanique seule). Et les jeunes sont très attendus puisque 30 à 40 % des embauches s’adressent à eux.

Techniciens et ingénieurs ont la cote

De la conception de pièces ou d’équipements à leur vente par des ingénieurs technico-commerciaux, les industries de la mécanique font appel à de nombreuses compétences.

Dans les bureaux d’études, des ingénieurs, des techniciens et des dessinateurs en construction mécanique, créent et développent des produits ou des procédés industriels.

En production, différents profils sont très recherchés : ingénieurs spécialisés, techniciens d’assemblage, techniciens de maintenance... Sans oublier les opérateurs en traitement des matériaux, les soudeurs et les tuyauteurs.

La tendance est à l’élévation des niveaux de qualification : techniciens et techniciens supérieurs représentent la moitié des recrutements, les ingénieurs 20 %. Quelques fonctions, comme acheteur, chef de projet, coordonnateur d’équipes, font une belle percée.

Témoignages de professionnels


 

Apprentissage : la voie royale

Le niveau bac pro, parfois assorti d’une MC (mention complémentaire), correspond à des emplois d’opérateur/ouvrier spécialisé.

Un bac + 2 (DUT – diplôme universitaire de technologie, ou BTS – brevet de technicien supérieur) conduit à des postes de technicien.

Un bac + 5 (diplôme d’ingénieur, mais aussi master universitaire) ouvre aux fonctions d’ingénieur, acheteur...

Du bac pro au diplôme d’ingénieur, environ 26 000 jeunes sont formés chaque année par la voie de l’apprentissage, grâce au pôle formations industries technologiques et ses 46 centres de formations d'apprentis (CFA) répartis sur l'ensemble du territoire.

Témoignages d'étudiants et d'enseignants

Les publications de l'Onisep

Les métiers de la mécanique, collection Parcours

Parution : Avril 2014

Haut de page

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=2&itemid=437836&categorypath=/2/337929/337948/