De l'arrêt d'une centrale au processus d'assainissement (nettoyage) et d'évacuation des déchets nucléaires, en passant par le démontage du bâtiment réacteur et la destruction de toutes les charges explosives du site, le chef de projet démantèlement nucléaire organise la déconstruction intégrale d'une installation. Une responsabilité d'expert.

  • Salaire débutant
    2500€ brut

Publicité

En quoi consiste ce métier ?

Un chef de projet démantèlement nucléaire s'occupe d'arrêter une installation nucléaire de A à Z, en passant par C, comme centrale nucléaire, productrice d'électricité. Ces structures émettent des rayonnements dits radioactifs, dangereux pour l'homme, les êtres vivants et l'environnement. C'est pourquoi, quand le chef de projet travaille à l'arrêt d'une centrale, il doit faire nettoyer les lieux, évacuer les déchets nucléaires et détruire toutes les charges explosives !

Le chef de projet met au point un plan de travail pour son équipe d'ingénieurs et de techniciens, appelés opérateurs. Ce chef contrôle toutes les étapes du démantèlement et veille au respect des normes de sécurité : port obligatoire de gants pour manipuler des produits chimiques et thermiques, de vêtements spéciaux, de scaphandres ventilés, de masques et d'autres protections contre les radiations. Si la radioactivité d'une zone est trop élevée, c'est un robot télécommandé qui travaille à la place d'un opérateur.

Les formations et les diplômes

Après le bac

Licence pro métiers de la radioprotection et de la sécurité nucléaire ; master ingénierie nucléaire ; diplôme d'ingénieur en énergie ou en génie chimique ; diplome d'ingénieur en génie atomique à l'Institut national des sciences et techniques nucléaires.

bac + 3
bac + 5