Accueil > Secteurs > Fiches métier > formulateur(trice)

< Retour à la page précédente

Fiche métier

formulateur(trice)

Un shampooing qui coule comme du miel, un fond de teint « 2 en 1 », avec un effet hydratant renforcé... toutes ces créations sont l'oeuvre du formulateur. En trois mots, la formulation, c'est l'art des mélanges.

  • formulateur-trice

Le métier

Nature du travail

L'art des mélanges

Dans les cosmétiques, il n'est pas question de jouer à l'apprenti sorcier avec les matières premières. Le formulation n'est pas une création débridée. Dès prise de connaissance du cahier des charges établi par le service marketing, qui précise les attentes des consommateurs en terme d'aspect, de parfum, de couleur, de style..., le formulateur étudie la liste des ingrédients à ne pas utiliser dans sa composition. Des éléments interdits par la réglementation internationale, parce que dangereux pour la santé, par exemple, ou qui ne correspondent pas à la «ligne de la maison».

Jongler avec les ingrédients

L'aspect, la texture, le parfum..., tous ces éléments clé du produit sont scrutés un à un, et validés. Avec quelques milliers de matières premières à disposition, une formule en comprend une vingtaine au moins. La cohabitation est parfois difficile. Il faut bien deux à trois mois pour s'assurer de la stabilité de l'émulsion. Et c'est sans compter le soin apporté à la compatibilité entre le contenant : le pot ou le flacon, et le contenu : la crème, le gel douche. Une vraie cuisine !

Compétences requises

Curieux de tout

On réussit rarement une émulsion du premier coup. D'où des allers-retours nombreux avec le service marketing et un jeu de questions-réponses nourri.

La capacité d'écoute est donc essentielle dans la profession tout comme la patience. Et ce n'est là qu'un faible échantillon des qualités indispensables. Rigueur, minutie et curiosité pour la cosmétique en général, complètent le profil du bon formulateur.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Salarié ou indépendant

Quand on aborde les conditions de travail de ces professionnels, force est de constater que la diversité est de mise.

Les grandes maisons cosmétiques disposent le plus souvent de leurs propres formulateurs, qui exercent dans le laboratoire interne à l'entreprise. Là, il s'agit d'un travail en équipe, et en direct, avec des allers-retours nombreux entre le laboratoire et le service marketing.

Deux autres modalités d'exercice sont possibles : les formulateurs externalisés, employés par des agences spécialisées, et les formulateurs installés à leur compte, les indépendants. Des statuts récents pour la profession, accesibles après une dizaine d'années d'expérience salariée : le temps d'avoir un carnet d'adresses riche...

Carrière et salaire

Salaire du débutant

Il varie selon l'employeur et le statut.

Intégrer le marché du travail

Une niche d'emplois

Formulateur, comme aromaticien ou créateur de parfums, un métier qui se situe sur des niches d'emplois. Les formulateurs vivent majoritairement de l'industrie du luxe, où les postes sont rares, et où les recrutements se font au compte-gouttes.

Toutefois, les produits développés par les enseignes de supermarché pour leurs rayons droguerie-parfumerie-hygiène (de DPH), ou ceux fabriqués par l'industrie agroalimentaire constituent d'autres débouchés possibles, souvent chez des sous-traitants ou des agences spécialisées.

Accès au métier

Accès au métier

Les licences pro se multiplient

Le recrutement se situe au niveau bac + 2 ou, de plus en plus, à bac + 3.

Les diplômes demandés sont :

  • le DUT chimie
  • le BTS bioanalyses et contrôles
  • la licence professionnelle
  • Plusieurs universités ont investi le créneau : celle de Cergy avec la licence pro formulation, l'université Montpellier 2 avec la licence pro parfums, arômes, cosmétiques ou l'université havraise avec la licence pro industries chimiques et pharmaceutiques, spécialité formulation cosmétique.
  • Citons également l'ISIPCA, avec la licence pro mention industries chimiques et pharmaceutiques, spécialité parfums-cosmétiques-arômes.

En savoir plus

Témoignages

Daniel, formulateur indépendant

Le respect de la réglementation

"Dès la prise de connaissance du""brief""(le cahier des charges) établi par le marketing, dans lequel on peut retrouver des termes comme évanescent, léger, qui ne colle pas..., j'ai des équations qui dansent dans la tête. Mais, le premier réflexe est d'étudier la black""list""(la liste noire, pour les non-anglophones). Ce sont les éléments interdits par la réglementation internationale, et ceux qui ne correspondent pas à la philosophie de la maison."

(27/11/2006)

Ressources utiles

Syndicat national des fabricants de produits aromatiques
http://www.prodarom.fr

UIC - Union des industries chimiques
14 rue de la République, le Diamant A
92909 Paris la Défense 
01 46 53 11 80

Association parfums et cosmétiques,
http://www.cosmetic-valley.com

Fédération des industries de la parfumerie
33 rue des Champs Élysées
75008 Paris 
01 56 69 67 89

SFC - Société française de chimie
http://www.sfc.fr

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items
Recherche géolocalisée

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=1&itemid=81358&categorypath=/2/64/60837/80566/