infirmier/ère humanitaire

Organiser les soins, mener une campagne de vaccinations, gérer un centre de nutrition ou former des soignants locaux... l'infirmier humanitaire assume différentes fonctions selon le programme auquel il participe.

Ce métier me correspond-il ?

J'ai le sens du contact

Mes passions : mes amis, organiser des fêtes, partager mes passions, les sports collectifs, les réseaux sociaux

Mes qualités : à l'aise avec les autres, compassion, confiance en soi, écoute, solidarité, partage

Publicité

En quoi consiste ce métier ?

L'infirmier humanitaire a plusieurs cordes à son arc mais, avant toute chose, il doit posséder une résistance à toute épreuve. Pays, types d'intervention... aucune mission ne ressemble à une autre. Qu'il exerce dans un camp de réfugiés, un centre de nutrition ou un hôpital local, l'infirmier humanitaire doit faire preuve d'une grande adaptabilité. D'autant qu'il travaille dans des situations compliquées : guerre, famine ou catastrophe naturelle. Organisé, il sait planifier une campagne de vaccinations ou gérer un stock de médicaments. Il joue aussi un rôle important de superviseur et de formateur. Lorsqu'il est en mission, ce n'est donc pas forcément sa tâche première d'être auprès des patients, et son quotidien est très différent de ce que fait un infirmier dans un contexte ordinaire. Les soins sont alors assurés par le personnel soignant local. Son but : qu'il soit autonome au moment où l'équipe repartira. Les ONG (organisations non gouvernementales) sont friandes des compétences paramédicales des infirmiers. Elles recrutent des professionnels ayant au moins 2 ans d'expérience.

Les formations et les diplômes

Après le bac

Bac + 3 : DE (diplôme d'État) infirmier.

* Prix hors frais de port