Imprimer

< Retour à la page précédente

Fiche métier

maquettiste

Quel délice de se plonger dans son magazine préféré ! Ce plaisir, on le doit au maquettiste, véritable metteur en scène des textes et des titres, des images et des couleurs. Un créatif qui allie qualités artistiques et maîtrise des logiciels de PAO (publication assistée par ordinateur).

  • maquettiste
  • Niveau d'accès : bac + 2
  • Salaire débutant : 1600 €
  • Statut(s) : Indépendant, Statut salarié
  • Synonymes : Graphiste-maquettiste,
    Infographiste-maquettiste,
    Maquettiste numérique,
    Maquettiste PAO,
    Rédacteur/trice graphiste
  • Métiers Associés :

    Directeur/trice artistique

  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Communication - Publicité,
    Presse - Edition - imprimerie

  • Centre(s) d'intérêt :

    Je rêve d'un métier artistique

Le métier

Nature du travail

Définir une ligne graphique

Le maquettiste est un créateur. En fonction des attentes d'un client, il conçoit des modèles de pages (maquettes) précisant toutes les indications techniques nécessaires : choix des polices de caractères et des couleurs utilisées, mise en valeur des titres, répartition des blancs... Ses missions s'apparentent alors à celles du graphiste.

Appliquer la ligne graphique au support

Une fois la maquette réalisée, le maquettiste organise l'ensemble des éléments qui composent la page. Il définit la forme et la place des textes et des images en veillant constamment à leur équilibre à l'intérieur du gabarit, afin d'obtenir des pages harmonieuses. Il positionne et hiérarchise les titres, « chapôs », encadrés, textes, et détermine l'emplacement des illustrations (photos, dessins, graphiques). Son objectif : attirer le regard.

Sur tous types de supports

Les maquettes réalisées par le maquettiste tiennent compte du support de communication qui peut être imprimé (magazine, livre, journal, plaquette, dépliant...) ou multimédia (site Internet, CD, DVD...). La cible entre aussi en ligne de compte : on ne traite pas une revue pour les adolescents comme un guide touristique.

Compétences requises

Créatif et technicien

Une bonne maquette est d'autant plus réussie qu'elle est imperceptible. Connaître les bases du dessin et du graphisme s'impose, mais ce n'est pas suffisant. Le métier de maquettiste exige aussi une parfaite maîtrise de l'informatique. Pratiquer les logiciels graphiques tels InDesign, Illustrator, Quark Xpress et Photoshop est indispensable. Sans oublier de se tenir au courant des évolutions technologiques.

Précis et rigoureux

La chaîne graphique n'a pas de secret pour le maquettiste, de même que la charte graphique qu'il doit respecter. Il ne laisse passer aucune faute de mise en pages, contrôlant inlassablement les moindres détails de son regard aiguisé.

Curieux et vif d'esprit

Le maquettiste doit posséder une certaine culture générale, une ouverture d'esprit et une curiosité à toute épreuve. Expositions, films, presse spécialisée, vitrines... tout est bon pour se tenir au courant et capter l'air du temps. Car, dans ce milieu, les idées circulent vite. Par ailleurs, la rapidité d'exécution et la polyvalence constituent des atouts indéniables, tout comme la concentration et l'organisation, indispensables pour manipuler les logiciels.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

À l'aide de l'informatique

Si les premières idées sont souvent matérialisées par un croquis (le monstre), la maquette est désormais montée directement sur ordinateur. Les logiciels de PAO (publication assistée par ordinateur) permettent de traiter simultanément les textes et les images.

En relative autonomie

Selon les postes, le métier fait plus ou moins place à l'autonomie et au relationnel. Lorsqu'il est associé à la création, le maquettiste assiste à des réunions avec les clients, les rédacteurs ou les illustrateurs, par exemple. Mais il arrive qu'il n'intervienne qu'à l'étape d'exécution (c'est-à-dire après la création) ainsi qu'au moment clé du prépresse (ensemble des étapes avant l'impression). Il passe dans ce cas de longues heures devant son écran.

En respectant les délais

Dans les petites structures, la polyvalence est de mise. La création va de pair avec l'exécution, dans des délais souvent courts. Dans les grandes entreprises, les postes sont plus ciblés. Le maquettiste intègre des équipes comprenant des opérateurs système texte-image, des développeurs, des illustrateurs, des graphistes, un directeur artistique. On lui demande alors d'agir dans le cadre bien défini d'une charte graphique.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

Entre 1600 et 1800 euros brut par mois.

Intégrer le marché du travail

Salarié ou indépendant

Le maquettiste est le plus souvent salarié. Indispensable dans un journal, il est aussi très présent chez les éditeurs, dans les agences de publicité, les studios de création, les industries graphiques ou les services communication des grandes sociétés. Quand il est indépendant (free-lance), il démarche lui-même les entreprises pour proposer ses services, et doit souvent faire face à de nombreuses commandes.

Une insertion difficile

D'après l'Insee et le ministère de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi, les industries graphiques comptent 5050 entreprises. Mais le prépresse ne représente que 17 % de l'effectif total. Pas facile donc pour les nombreux jeunes formés à la PAO de s'insérer sur le marché du travail. D'autant que la majorité des emplois est concentrée en région parisienne (21,5 %) suivie du Nord, du Centre, des Pays de la Loire et enfin de la région Rhône-Alpes.

Vers le poste de directeur artistique

Après plusieurs années d'expérience, un maquettiste peut évoluer vers la fonction de graphiste ou de DA (directeur artistique) s'il a le talent nécessaire. Il peut également s'installer à son compte et devenir free-lance.

Accès au métier

Accès au métier

La formation technique et artistique des maquettistes se fait principalement par le biais de BTS et de diplômes d'écoles d'art : diplômes des écoles nationales supérieures des beaux-arts (DNA et DNSEP), diplômes des écoles nationales supérieures d'arts appliqués (DMA, DSAA), diplômes d'écoles d'art privées (ECV, Esag, Gobelins...).

Niveau bac + 2

  • BTS design graphique ; BTS communication et industries graphiques ; DMA (diplôme des métiers d'art) arts graphiques

Niveau bac + 3

  • DNA (diplôme national d'art) option communication ou option design

Niveau bac + 4

  • DSAA (diplôme supérieur d'arts appliqués) Design mention graphisme

Niveau bac + 5

  • DNSEP (diplôme national supérieur d'expression plastique) option communication ou option design
  • Diplôme national supérieur des arts décoratifs (ENSAD)
  • Directeur artistique en art graphique et design numérique (Esag Penninghen)
  • Directeur artistique en communication visuelle et multimédia (ECV)

En savoir plus

Témoignages

Pascal, maquettiste

J'ai la liberté de créer

"J'interviens dans un cadre donné : je dois respecter la charte graphique ainsi que les indications du directeur artistique. Mais, à l'intérieur, j'ai la liberté de créer, de faire bouger les choses. J'assiste aux réunions de rédaction, ce qui me permet d'avoir une vision du travail en amont et de dialoguer avec les journalistes. Je reçois également les illustrateurs : même si la décision de publier ses dessins appartient au directeur artistique, on tient compte de mon avis."

(21/04/2012)
Yann, maquettisteà Liberté Dimanche à Rouen (76)

Le samedi, c'est « chaud »

"En début de semaine, on prépare toutes les pages en y disposant les fonds et les formes. Les formes sont figées : il arrive que je doive en modifier certaines, mais c'est très ponctuel. La plupart du temps, il faut aller chercher les blocs, un par un, comme une espèce de puzzle qu'il faudrait reconstituer. Mes collègues journalistes ouvrent ensuite leur page, tapent directement leurs articles et insèrent leurs photos dans les blocs correspondants. Une fois qu'ils ont terminé, je recale la page, je relis, j'ajuste les textes et les photos et corrige les fautes éventuelles... Dès qu'une page est validée par le rédacteur en chef, je peux l'envoyer à l'impression. Les vendredis et samedis sont intenses : on a près de 60 pages à réaliser pour le dimanche. Le samedi soir, surtout, demande beaucoup de concentration. C'est à ce moment que les dernières pages et les résultats sportifs tombent : il faut donc aller très vite !"

(21/04/2012)

Ressources utiles

www.alliance-francaise-des-designers.org

Site de l'AFD - Alliance française des designers

www.graphic-jobs.com

Site emploi des arts graphiques

www.aacc.fr

Association des agences-conseils en communication

Publications

Publications Onisep

Les Métiers du graphisme et du design
collection Parcours, Onisep
parution 2013

Vient de paraître

Pour
les professionnels