Imprimer
Accueil Secteurs Fiches métier marchandiseur / marchandiseuse

< Retour à la page précédente

Fiche métier

marchandiseur / marchandiseuse

Les bonbons près des caisses de supermarchés, c'est lui. Les vins du mois en tête de rayon, c'est encore lui. Les présentoirs pour les promos, les vitrines des boutiques de mode, c'est toujours lui. Le marchandiseur met en scène les produits pour qu'ils soient remarqués... et achetés !

  • Niveau minimum d'accès : bac + 2
  • Salaire débutant : 1466 €
  • Statut(s) : Statut salarié
  • Synonymes : Merchandiser,
    Responsable marchandisage
  • Métiers Associés :

    Merchandiser visuel

  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Commerce - Distribution

  • Centre(s) d'intérêt :

    J'ai la bosse du commerce,
    J'ai le sens du contact

Le métier

Nature du travail

Repérer les ventes trop faibles

Le marchandiseur passe au crible les relevés de vente et lit les études de marché permettant de comprendre le comportement des consommateurs. Il identifie les produits qui ont du mal à s'écouler et cerne les causes : prix trop élevé, emballage peu pratique, visibilité en rayon nulle...

Déclencher l'acte d'achat

Maîtrisant l'ensemble des techniques de présentation des articles, il cherche le décor ou l'emplacement idéal... qui déclencheront chez le client l'envie spontanée d'acheter. Lorsqu'il travaille pour une enseigne de mode ou une grande marque, à lui de concevoir des vitrines qui attirent le regard, en fonction de la saison, des tendances du moment, de l'image de la marque... Pour être efficace, il tient compte de la fréquentation des rayons et veille à optimiser la lisibilité des produits. Il peut aussi organiser des opérations de promotion ou impulser une nouvelle stratégie publicitaire.

Convaincre et mettre en place

Pour que sa stratégie réussisse, le marchandiseur doit y faire adhérer le maximum de personnes (directeur de magasin, chefs de rayon, vendeurs, etc.). Pour les convaincre du bien fondé de ses choix, il expose le contenu et les objectifs de son plan d'action. Une fois le projet validé, il participe à sa mise en place. En fonction des résultats, il peut être amené à y apporter des modifications.

Compétences requises

Le sens de l'analyse

Les capacités d'analyse du marchandiseur lui permettent d'exploiter au mieux les nombreuses informations transmises : études de marché, panels de consommateurs... Il sait également rédiger des synthèses de toutes ces données et prendre les décisions qui s'imposent.

Organisé et créatif

Devant la multiplication des produits et l'agencement qui diffère selon les magasins, le marchandiseur doit savoir s'adapter afin de répondre au mieux à la demande de ses clients. Bien sûr, en matière de présentation, il y a des recettes qui portent toujours leurs fruits. Mais il lui faut, à chaque fois, être capable de faire preuve d'imagination. C'est son point fort.

Anticiper les besoins

Pour que ses préconisations aient une chance d'être suivies, le marchandiseur cherche à connaître les habitudes et les attendes des consommateurs, qu'il s'agisse de la clientèle d'une enseigne de la grande distribution ou de celle d'une grande marque de luxe. En fonction de la période de l'année, des tendances du marché à un moment donné, il anticipe les besoins, et peut même les créer !

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Sur le terrain

Très mobile, le marchandiseur passe la plupart de son temps chez les distributeurs. Ses journées commencent parfois très tôt. Refaire les rayons pour mettre les produits en valeur nécessite une présence en dehors des heures d'ouverture au public, afin que les articles soient en place lorsque les premiers clients arrivent.

Derrière un écran

Quand il n'est pas chez les distributeurs, le marchandiseur travaille à son bureau afin de préparer et organiser ses visites. Il consulte les résultats commerciaux d'un magasin ou visualise un nouvel aménagement de l'espace de vente.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

 Smic.

Intégrer le marché du travail

Une fonction incontournable

La concurrence acharnée entre les marques a permis au métier de se développer. Aujourd'hui, toute entreprise soucieuse de voir ses ventes progresser a recours à un marchandiseur. Il exerce en grandes surfaces, commerces spécialisés, entreprises industrielles, pour les grandes enseignes du secteur de la mode et du luxe... On le trouve dans le secteur alimentaire, la parapharmacie, la cosmétique, le bricolage, les jouets, etc.

Tous types de produits

Le marchandiseur est particulièrement recherché pour mettre en valeur les produits alimentaires, d'hygiène et de beauté. Mais sa capacité à faire décoller les ventes et à affirmer l'identité visuelle d'une marque est également très appréciée dans les secteurs du sport, du bricolage, de la mode et du luxe...

Vers un poste de responsable

Après quelques années d'expérience, un marchandiseur peut évoluer et devenir category manager, trade marketeur, ou s'orienter vers des postes à responsabilités : chef de rayon, chef des ventes régional, directeur des ventes...

Accès au métier

Accès au métier

Il existe peu de diplômes spécifiques au marchandisage, mis à part en marchandisage visuel. En revanche, la plupart des formations proposées dans le domaine du commerce et de la distribution abordent cette thématique.

Niveau bac

  • Bac pro artisanat et métiers d'art, option marchandisage visuel

Niveau bac + 2

  • BTS management des unités commerciales (MUC)
  • DUT techniques de commercialisation
  • Diplôme de décorateur merchandiser (La Fabrique)

Niveau bac +3

  • Licence pro commerce, spécialités commerce et distribution ; distribution management et gestion de rayon...
  • Diplôme d'école de commerce : réseau EGC, école supérieure de commerce avec une spécialisation en techniques de commercialisation, distribution-marketing...
  • Diplôme de responsable visuel merchandiser (La Fabrique)

Niveau bac +5

  • Master marketing, spécialité vente et distribution (IAE de Grenoble), mais aussi tout master des secteurs du commerce, de la vente, du marketing
  • Diplôme d'école supérieure de commerce avec une spécialisation commerce-vente, distribution, marketing

En savoir plus

Témoignages

Julien, chef de secteur marchandiseur chez Heineken

Miser sur le changement

"J'ai débuté comme chef de secteur stagiaire, puis je suis devenu assistant merchandising, coordinateur merchandising et maintenant je suis chef de secteur. Je vais chez les distributeurs en tant que spécialiste de la bière pour promouvoir les produits. Actuellement, j'effectue 5 visites par jour. La place de nos produits en rayon est très importante. 80 % du chiffre d'affaires se fait dans le rayon et 20 % en promotion. J'organise mes journées en fonction de certains critères tels que le référencement, la part de linéaire, les promotions... mais aussi des priorités de l'entreprise et de mes objectifs."

"Certains jours, je commence avant l'ouverture du magasin pour optimiser l'emplacement des produits (recadrage) ou réorganiser tout le rayon. Je change la démarche du client en créant, par exemple, une entrée de rayon différente, des segmentations claires. Je peux aussi monter des opérations promotionnelles attrayantes (habillages en carton). Pour faire ce métier, il faut une bonne organisation, un tempérament de conquérant mais également de la ténacité et du caractère face à des clients souvent exigeants. "

(27/10/2014)
Olivia Sousavanh, merchandiseuse visuelle chez Lacoste France

Créative et commerciale à la fois

"Ce qui me passionne dans ce métier, c'est la double casquette créative et commerciale. Mon objectif est d'abord de vendre des produits en concevant une mise en place efficace. Pour cette partie commerciale, je tiens compte de l'écoulement des articles, du chiffre d'affaires réalisé par les boutiques, sans oublier l'identité visuelle de la marque, que je dois respecter. Il y a aussi un vrai travail de communication pour expliciter la démarche de merchandising aux commerciaux, qui relayent et appliquent nos consignes en boutique. En ce moment, par exemple, je crée un catalogue interne afin d'expliquer à nos équipes commerciales comment mettre en valeur la nouvelle collection. Mais l'aspect créatif est tout aussi important. Je dois me montrer inventive pour réaliser des mises en place séduisantes. Aujourd'hui, le merchandiser visuel est une sorte de "magicien" chargé d'optimiser les ventes grâce à sa créativité."

(27/10/2014)

Ressources utiles

www.metiersducommerce.fr

Site présentant les métiers du commerce de proximité, les formations. À consulter : des offres d'emploi, des conseils pratiques...

www.ifm.asso.fr

Institut français du merchandising

Publications

Publications Onisep

Les métiers du marketing et de la vente
collection Parcours, Onisep
parution 2016

Les métiers de la mode et du luxe
collection Parcours, Onisep
parution 2014

Vient de paraître

Pour
les professionnels