masseur/euse-kinésithérapeute

Une bronchiolite, une hospitalisation, une chute de vélo... Autant de situations où le masseur-kinésithérapeute intervient. Ce spécialiste de la rééducation utilise les massages et la gymnastique médicale pour aider ses patients à recouvrer leurs capacités.

  • Salaire débutant
    1480€ brut

Témoignage

Lire la transcription

Ce métier me correspond-il ?

J'ai le sens du contact

Mes passions : mes amis, organiser des fêtes, partager mes passions, les sports collectifs, les réseaux sociaux

Mes qualités : à l'aise avec les autres, compassion, confiance en soi, écoute, solidarité, partage

Publicité

En quoi consiste ce métier ?

Une entorse, une scoliose, un ligament luxé, des rhumatismes, une paralysie partielle : autant de situations où des séances chez le masseur-kinésithérapeute s'imposent. Spécialiste de la rééducation motrice, il met sa compétence au service de la douleur et du handicap, et adapte ses techniques aux patients. Par des massages répétés, le kiné peut venir à bout d'un torticolis, soulager un dos ou aider un bébé enrhumé à mieux respirer. Un muscle atrophié par un séjour dans le plâtre réclamera, lui, des exercices de gymnastique. Poids et poulies à l'appui. L'eau, la chaleur (via les infrarouges) et les ultrasons peuvent accélérer le rétablissement.

Le kiné doit tenir compte des capacités physiques et des impératifs de chacun. Une personne âgée mettra plus de temps qu'un jeune à récupérer. Un sportif de haut niveau devra se rétablir pour la prochaine compétition. Comme l'ergothérapeute, le kiné donne des conseils pratiques sur la manière de s'asseoir, de porter des charges ou de se déplacer.

Exerçant le plus souvent en libéral, le kiné peut être salarié d'un hôpital, d'un établissement thermal ou d'un centre de rééducation fonctionnelle. Il peut également exercer au sein des services de santé de l'armée, ou dans un hôpital militaire.

* Prix hors frais de port

Les formations et les diplômes

Après le bac

5 ans pour préparer le DE de masseur-kinésithérapeute, obligatoire pour exercer. Accès après une PACES (première année commune aux études de santé), une 1ère année de licence STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) ou SV (sciences de la vie).

* Prix hors frais de port