Imprimer
Accueil Secteurs Fiches métier mécanicien / mécanicienne et technicien / technicienne moto

< Retour à la page précédente

Fiche métier

mécanicien / mécanicienne et technicien / technicienne moto

Ce mécanicien assure l'entretien courant des motos. Le technicien diagnostique les pannes et effectue les réparations complexes. Ils contribuent l'un et l'autre à la sécurité des motards.

  • Niveau minimum d'accès : CAP ou équivalent
  • Salaire débutant : 1466 €
  • Statut(s) : Statut artisan, Statut salarié
  • Synonymes : Mécanicien/ne en maintenance moto,
    Technicien/ne en maintenance moto
  • Métiers Associés :

    Mécanicien/ne moto de compétition

  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Automobile,
    Commerce - Distribution,
    Maintenance - Entretien

  • Centre(s) d'intérêt :

    Je veux travailler de mes mains,
    Réparer, bricoler, j'adore ça

Le métier

Nature du travail

Le quotidien du mécanicien

Il assure les interventions courantes : changement d'éléments mécaniques, pose d'accessoires (radio, gants chauffants...), réglages et mises au point (injection, suspension...). Pour cela, il doit parfois démonter le matériel défectueux et remplacer les pièces usagées en effectuant des essais et des mises au point.

Des révisions régulières

Il effectue également les révisions systématiques préconisées par le constructeur de la moto : vidange moteur, contrôle des freins, contrôle antipollution. Interlocuteur privilégié du client, il l'accueille, le conseille, lui vend équipements et accessoires.

Diagnostic et réparation

Le technicien réalise le diagnostic des pannes. À partir des informations fournies par le client et d'une série de mesures effectuées à l'aide d'appareils de haute technologie, il procède à l'examen minutieux des divers organes de la moto.

Une fois l'origine de la défaillance identifiée, le technicien procède au remplacement des éléments défectueux. Puis il exécute une série de réglages afin que l'injection ou le freinage, par exemple, soient bien conformes aux normes recommandées.

Compétences requises

Rigoureux et précis

Mécaniciens et techniciens ont des responsabilités importantes. De la qualité de leur travail dépend la sécurité des motards. Rigueur, précision et méthode sont indispensables pour déceler une panne, entretenir ou réparer efficacement une moto. L'habileté manuelle et la rapidité dans le travail représentent des atouts incontestables.

Une bonne santé

Le mécanicien travaille en général dans des positions inconfortables, debout ou à genoux. Avec les graisses, lubrifiants, vapeurs d'essence et autres produits toxiques..., mieux vaut ne pas être allergique et avoir une bonne résistance physique.

À l'écoute des clients

Le mécanicien et le technicien doivent tous deux avoir à l'esprit que le secteur de la réparation moto, face à la concurrence, cherche à fidéliser ses clients : accueil, écoute, facilité à s'exprimer et à argumenter sont les qualités attendues.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Évolution des compétences

La réparation traditionnelle existe toujours, mais l'arrivée des nouvelles technologies a entraîné une évolution des compétences. Ainsi, les pannes d'origine électronique demandent une bonne maîtrise des outils de diagnostic (banc de contrôle ou valise de diagnostic fournie par le constructeur).

Adaptation au marché

Dans ce métier, il faut s'adapter aux nouveaux engins essentiellement de construction étrangère : japonaise, allemande, anglaise. Cette maîtrise s'associe à une bonne connaissance de tous les nouveaux équipements qui arrivent sur le marché afin de pouvoir intervenir sur les différentes marques proposées.

Seul ou en équipe

Le mécanicien travaille généralement seul, ou en petite équipe, dans un atelier de réparation attenant à un magasin de vente. Il suit les instructions d'un chef d'équipe ou d'un chef d'atelier. Le technicien effectue en toute autonomie le diagnostic, la réparation et les réglages.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

A partir du Smic . 

Intégrer le marché du travail

Une majorité de petites entreprises

Un débutant peut décrocher un emploi chez un concessionnaire représentant une marque pour une zone géographique donnée, une succursale (garage appartenant à une marque), ou chez un artisan réparateur indépendant. Le secteur est essentiellement composé de petites entreprises. Les entreprises familiales sont cependant en concurrence avec quelques chaînes d'entretien et de réparation minute.

Promotion possible

Avec de l'expérience et une formation, le mécanicien peut devenir technicien de maintenance. Pour sa part, le technicien peut évoluer vers un poste de chef d'atelier. Et, dans les garages importants, vers des responsabilités de réceptionnaire ou de conseiller technique. Il suit alors les innovations proposées par les constructeurs et assure la mise à jour des connaissances des techniciens et des mécaniciens.

Accès au métier

Accès au métier

Les études, diplômes spécialisés nécessaires

À ces métiers très spécialisés correspondent un CAP et, au-delà, un bac pro et même un BTS.

Le mécanicien est le plus souvent titulaire d'un CAP maintenance des véhicules automobiles option motocycles.

Pour le technicien , le diplôme le mieux adapté est le bac pro maintenance de véhicules option C motocycles. Au-delà, le BTS Après-vente automobile option motocycles permet de former des professionnels capables de conseiller les clients.

La profession a par ailleurs mis en place un certificat de qualification professionnelle (CQP) de réparateur spécialiste motocycle en 2 ans d'études sous contrat de professionnalisation. La formation est ouverte aux titulaires d'un CAP âgés de moins de 26 ans.

La gendarmerie recrute des titulaires du CAP, BAC ou BTS pour sa spécialité Auto-engins blindés. Plus de renseignements sur www.lagendarmerierecrute.fr ; n° indigo 0 820 220 221 ou s'adresser au centre d'information et de recrutement de la gendarmerie de votre région.

En savoir plus

Témoignages

Alain, mécanicien dans une entreprise de réparation

Créer sa petite entreprise

"J'ai d'abord travaillé dans une entreprise de réparation. Puis j'ai décidé de me mettre à mon compte. Pour un jeune qui voudrait s'installer, je lui conseillerais d'abord de ne pas compter ses heures de travail ! D'être passionné par la moto et conscient qu'il lui faudra toucher à tout : mécanique bien sûr mais aussi comptabilité, droit, commerce... J'aimerais évoluer vers la réalisation de "tuning". Le client pourra alors me demander des transformations. Il aura du sur-mesure."

(25/04/2007)

Ressources utiles

www.metiersdelauto.com

Fiche métier pour conseiller technique et commercial cycle

www.anfa-auto.fr

Association nationale pour la formation automobile et Groupement national pour la formation automobile

www.garac.com

École nationale des professions de l'automobile

Vient de paraître

Pour
les professionnels