Imprimer
Accueil > Secteurs > Fiches métier > mécanicien(ne) d'entretien d'avion

< Retour à la page précédente

Fiche métier

mécanicien(ne) d'entretien d'avion

L'entretien d'un avion, de la réparation du train d'atterrissage au contrôle technique, n'a pas de secret pour ce mécanicien. De sa compétence dépend la vie de milliers de passagers.

Le métier

Nature du travail

Objectif : zéro panne

Garant de la sécurité des passagers, le mécanicien joue un triple rôle : contrôler, diagnostiquer et réparer pour atteindre le degré zéro panne.Pour cela, il possède des compétences diversifiées avec des spécialisations : en cellule, moteur, électricité, sur les turbopropulseurs et les équipements électriques, sur les instruments de bord, sur la structure (enveloppe extérieure de l'avion)...

Sur les avions légers

Le plus souvent en aéroclub, il conduit les visites d'inspection régulières, et assure la révision complète des 2 000 heures de vol. Polyvalent, il intervient sur l'ensemble des structures, depuis les circuits électriques et hydrauliques jusqu'au groupe autopropulseur.

Sur les avions de transport

Il assure la maintenance qui s'effectue à des échéances régulières, strictement réglementées. Cette maintenance s'étend des essais fonctionnels aux révisions générales. Au quotidien, lors des escales, il examine les parties fondamentales de l'appareil, assure le petit entretien, inspecte, mesure les performances...

Compétences requises

Sang-froid et maîtrise technique

La rigueur et le sens des responsabilités constituent des qualités indispensables dans l'exercice de ce métier. Un bon mécanicien doit être concentré sur sa mission, soigneux et méticuleux. Si le bouton rouge, signal indiquant un dysfonctionnement, s'allume dans la cabine d'un avion prêt à décoller, il doit réagir rapidement et avec sang-froid.

En formation permanente

Les montages mécaniques cèdent la place aux systèmes électroniques et électriques, et l'apparition des pièces en matériaux composites requiert de nouveaux spécialistes. Le mécanicien doit donc s'adapter à l'évolution des technologies et mettre ses connaissances à jour en permanence.

Qualités multiples

Par ailleurs, le mécanicien doit nécessairement maîtriser l'anglais pour comprendre la documentation technique mais aussi pouvoir envisager de travailler sur des sites à l'étranger. Il doit également avoir une bonne condition physique pour résister au bruit, aux intempéries sur les pistes...

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

De l'atelier à la piste

En atelier ou dans un hangar de maintenance, chaque mécanicien se concentre sur une opération ou une réparation dont il a personnellement la charge. S'il intervient sur un avion en piste, il apporte à bord les appareils de mesure, et interroge le personnel navigant pour dresser un état des dysfonctionnements observés.

Au sein d'une équipe

Il travaille entouré d'autres spécialistes. L'agent de programme, du niveau d'un technicien supérieur, découpe l'avion en zones (queue, ailes, soute, cabine) et établit un roulement des différentes équipes pour l'entretien dans chacune des zones. Les chefs d'équipe et les contrôleurs vérifient les travaux effectués et les points sensibles de l'appareil.

Conditions selon les lieux

Les horaires en atelier sont généralement réguliers et de jour, mais comportent des astreintes (travail les jours fériés, la nuit et le week-end) et parfois des rythmes de travail contraignants (densité des contrôles techniques). Le mécanicien va parfois sur les pistes où il est alors exposé aux variations climatiques. Il peut également être appelé à se déplacer à l'étranger.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

A partir du Smic, avec un CAP.

Intégrer le marché du travail

Concentrés dans deux régions

Constructeurs, sociétés de maintenance, aéroclubs, compagnies aériennes ou armée : les mécaniciens du ciel ont l'embarras du choix mais, un emploi sur deux se situe en région parisienne, un sur quatre en Midi-Pyrénées (Toulouse) et en Aquitaine.

Construction et maintenance

Chez les constructeurs, les mécaniciens assemblent les pièces qui constituent les avions. Dans les sociétés de maintenance, ils démontent et contrôlent ces mêmes pièces. Les plus gros utilisateurs de main-d'oeuvre qualifiée sont les compagnies aériennes. Air France recrute ainsi des ouvriers formés dans son propre centre de formation d'apprentis.

Promotion possible

Si le débutant effectue les montages et démontages simples, après deux ans de pratique, il peut se charger d'opérations plus complexes en assistant le metteur au point. Lorsque son expérience est solide, il devient à son tour metteur au point et intervient seul dans les dépannages. Il peut ensuite être promu chef d'équipe, puis contremaître.

Accès au métier

Accès au métier

Les études, du CAP à bac + 2

Le mécanicien d'entretien d'avion a au moins un CAP en poche, mais le plus souvent un bac pro. Il peut avoir suivi une formation avec Air France ou dans l'armée. La tendance est à l'élévation du niveau de qualification.

  • Trois CAP : maintenance sur systèmes d'aéronefs ; électricien systèmes d'aéronefs ; mécanicien cellules d'aéronefs
  • Deux bacs pro : aéronautique option mécanicien systèmes cellule ou option mécanicien systèmes avionique qui se prépare en lycée ou en CFA, en deux ans, surtout après un BEP maintenance des systèmes mécaniques automatisés, métiers de l'électronique ou métiers de l'électrotechnique ; bac pro technicien aérostructures, après un CAP du secteur aéronautique, un BEP chaudronnerie, productique, plasturgie ou structures métalliques.
  • Une MC (mention complémentaire) : aéronautique option avionique ; avion ;...
  • Un BTS : aéronautique après un bac STI2D, voire un bac S.
  • Un DEUST (diplôme d'études universitaires scientifiques et techniques) : maintenance aéronautique en deux ans à l'université d'Évry (Essonne) après un bac pro aéronautique, un bac S ou STI2D.
  • Un DTS (diplôme de technicien supérieur) : maintenance aéronautique, homologué au niveau bac + 2, huit mois de formation à l'Institut aéronautique Amaury de La Grange (Nord) après un BTS électronique ou maintenance, un DUT génie mécanique ou génie électrique...

En savoir plus

Témoignages

Virginie, mécanicienne avion

Se faire une place

"Il n'est pas facile de travailler dans un monde d'hommes. Nous ne sommes pas nombreuses à occuper ce poste. Il a fallu que je me fasse une place. S'il est vrai qu'au début, j'étais impressionnée à la fois par le travail à réaliser et par l'ambiance, aujourd'hui je n'ai plus de problème. En effet, une fois dans le bain, j'ai pu me spécialiser dans la recherche de pannes sur les instruments de bord."

(25/04/2007)

Ressources utiles

Airemploi, Espace orientation
http://www.airemploi.org

GIFAS - Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales
http://www.gifas.asso.fr

UIMM - Union des industries et métiers de la métallurgie Midi Pyrénées
http://www.uimm-mp.com

Fiche métier pour mécanicien(ne) de piste.

www.aeroemploiformation.com

Site référence de l'emploi et de la formation du secteur aéronautique et spatial. Partenariat entre le GIFAS et l'Éducation nationale.

Publications

Publications Onisep

Les métiers de la mécanique
collection Parcours, Onisep
parution 2014

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items

Vient de paraître