médecin humanitaire

Généraliste ou spécialiste, le médecin humanitaire a une triple mission : soigner des populations dans un contexte de crise, mettre en place des programmes de prévention et de développement des soins, former des équipes médicales sur place.

Témoignage

Lire la transcription

Ce métier me correspond-il ?

J'ai le sens du contact

Mes passions : mes amis, organiser des fêtes, partager mes passions, les sports collectifs, les réseaux sociaux

Mes qualités : à l'aise avec les autres, compassion, confiance en soi, écoute, solidarité, partage

Publicité

En quoi consiste ce métier ?

Pour devenir médecin humanitaire, il faut avoir plus que de la bonne volonté. Sur les terrains de crise (guerre, catastrophe naturelle, épidémie...), le médecin est confronté au manque de moyens et à l'afflux de personnes. En lien avec l'équipe de santé locale, il établit des priorités, soigne les patients, tout en gardant son sang-froid. Les conditions de travail peuvent être très difficiles, avec des périodes où l'on travaille sans relâche. Lors de ces missions qui peuvent durer de quelques semaines à 1 an, l'autre tâche du médecin humanitaire consiste à encadrer et à former les professionnels locaux, en partageant son savoir sur le VIH ou la malnutrition, par exemple. Avec de l'expérience, le médecin peut devenir coordinateur de mission. Il se consacre alors au management de l'équipe, au suivi du programme et aux relations avec les interlocuteurs locaux.

* Prix hors frais de port

Les formations et les diplômes

Après le bac

9 à 12 ans d'études médicales à l'université pour préparer le DE (diplôme d'État) de docteur en médecine. Certaines spécialités (médecine d'urgence, nutrition, etc.) apportent un plus. Maîtrise de l'anglais indispensable.

* Prix hors frais de port