Accueil > Secteurs > Fiches métier > soigneur(euse) animalier(ière)

< Retour à la page précédente

Fiche métier

soigneur(euse) animalier(ière)

S'occuper des lions, des éléphants, des dauphins : le rêve de nombreux enfants, mais le métier d'une petite poignée d'adultes. Au quotidien, le soigneur est au service d'animaux exotiques ou familiers, sauvages ou apprivoisés.

  • soigneur-euse-animalier-iere

Le métier

Nature du travail

Nourrir et entretenir

La principale mission du soigneur animalier : nourrir les animaux et assurer la propreté de leur lieu de vie, en respectant les normes d'hygiène et de sécurité. Plusieurs fois par jour, à heures fixes, il prépare et distribue des rations alimentaires adaptées à chaque animal. À lui aussi d'enlever le fumier, de nettoyer les cages, les enclos ou encore les bassins. L'entretien des locaux est une mission importante, car elle permet d'éloigner les risques d'épizootie (épidémie propre à une espèce animale).

Assister le vétérinaire

Son rôle consiste également à assister le vétérinaire dans son travail. C'est lui qui brosse les pelages et qui taille les griffes des lions, par exemple. Il se charge des soins mineurs : pesée, suivi de la santé, vaccination, détection des anomalies...

Assurer un suivi au long cours

Au quotidien, le soigneur animalier consigne ses observations sur l'animal et l'état de sa cage. Il tient à jour l'inventaire des reproductions, des naissances et des décès, afin d'établir une « carte d'identité » de chaque animal. Il assure enfin la gestion des stocks et des commandes de médicaments, de matériels et d'aliments.

Compétences requises

Passion et résistance

Ce passionné d'animaux fait preuve d'une bonne résistance physique et mentale. Connaissant parfaitement les règles d'hygiène et de sécurité, il ne se laisse pas rebuter par les tâches de nettoyage. Par ailleurs, il sait utiliser les outils agricoles et le matériel de soins et de capture. Sa capacité à travailler en équipe contribue à un meilleur suivi des animaux.

Sang-froid et concentration

Il faut beaucoup de temps pour établir une relation de confiance avec les animaux : la patience est donc une qualité indispensable pour le soigneur animalier. Et les rythmes de travail exigent de la disponibilité. Enfin, une bonne dose de sang-froid et de concentration est essentielle pour s'occuper d'animaux sauvages qui, même en captivité, peuvent se montrer dangereux et agressifs.

Attention et perspicacité

Le soigneur animalier observe en permanence et attentivement le comportement des animaux, y compris des plus petits, pour déceler la moindre anomalie et réagir en conséquence. Dans un parc zoologique, il doit, en effet, assurer la sécurité aussi bien des animaux que des visiteurs.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Dans une animalerie, un zoo...

Le métier de soigneur animalier peut s'exercer dans un zoo, public ou privé, un refuge, une animalerie, un parc naturel, une réserve de chasse ou encore une clinique vétérinaire. Les contraintes sont différentes d'un milieu professionnel à l'autre.

À différents postes

Dans un zoo, le soigneur débutant fait d'abord ses preuves dans différents services avant d'être affecté à un poste stable. Lorsqu'il assure l'accueil du public, ce professionnel doit savoir organiser des visites guidées et créer des animations en lien avec les animaux.

Un métier physique et manuel

Le soigneur porte parfois de lourdes charges. Son activité peut devenir manuelle, lorsqu'il faut construire ou réaménager des enclos, par exemple.

Il travaille souvent en extérieur, par tous les temps. Ses congés sont décalés : il assure alors des permanences pendant les vacances, les week-ends et les jours fériés.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

Smic.

Intégrer le marché du travail

Beaucoup d'appelés, peu d'élus

Attention, si la perspective de côtoyer des animaux du monde entier est séduisante, elle n'est réservée qu'à un tout petit nombre : seules 5 à 6 personnes par an sont recrutées. Dans les zoos d'État, rattachés au Muséum national d'histoire naturelle, le recrutement se fait sur concours, à partir du CAP. Le nombre de postes à pourvoir étant très limité (1 tous les 2 ans environ), mieux vaut se montrer patient, déterminé et posséder une certaine expérience dans le domaine.

Avec statut... ou pas

Les soigneurs des zoos gérés par les communes ont le statut d'employés municipaux. En revanche, ceux exerçant dans des zoos privés ne bénéficient d'aucun statut officiel.

Évolutions à la carte

Un soigneur animalier débute au Smic, et son salaire augmente avec l'expérience. Selon le lieu où il exerce, son parcours professionnel et les formations complémentaires qu'il a suivies, il peut devenir chef animalier, responsable de parc animalier privé, auxiliaire spécialisé vétérinaire, technicien-conseil vente en animalerie...

Accès au métier

Accès au métier

Théoriquement, il n'y a pas de niveau requis pour exercer mais les places étant rares, posséder un CAP agricole ou un bac pro en rapport avec les animaux constitue un atout pour suivre une formation qualifiante de soigneur animalier. Seuls 3 établissements y préparent : la maison familiale rurale La Charmelière à Carquefou (44), le CFAA (centre de formation par apprentissage agricole) à Gramat (46) et le CFPPA (centre de formation professionnelle et de promotion agricole) à Vendôme (41).

Après la 3e

  • Formation de soigneur animateur d'établissements zoologiques (CFAA Gramat).
  • Animalier en parc zoologique (maison familiale rurale Carquefou)

Après le bac

  • Spécialisation de soigneur animalier (CFPPA Vendôme)

En savoir plus

Témoignages

Fanny, soigneuse animalièreau zoo de Thoiry (78)

Pour la préservation des espèces

"Observer des animaux venus de très loin et leur assurer un maximum de bien-être, c'est très gratifiant. Quand je m'occupe du vivarium, par exemple, je veille à ce que la température corresponde au mieux à celle du milieu naturel. Et pourtant, il est impossible d'avoir de vrais contacts avec les animaux. Je les nourris, je nettoie leurs box, je vérifie leur état de santé, sans attendre de retour de leur part. Le sentiment de participer à la préservation d'espèces menacées suffit. Mais je ne pourrai pas exercer ce métier toute ma vie en raison des contraintes physiques. Je porte parfois des charges très lourdes comme les bottes de foin. Par ailleurs, je travaille certains week-ends, à Noël... C'est difficilement compatible avec une vie de famille."

(21/04/2012)

Ressources utiles

CFPPA du Loir-et-Cher
http://www.cfppa41.fr

Maison familiale rurale La Charmelière
http://www.mfr-carquefou.com

CFAA du Lot
http://www.formation-lot.fr

Publications

Publications Onisep

Les métiers auprès des animaux
collection Parcours, Onisep
parution 2011

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items
Recherche géolocalisée

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=1&itemid=81334&categorypath=/2/64/60837/80566/