technicien/ne d'essais

Performance, sécurité, résistance à l'usure, bruit d'un moteur... rien n'échappe à la vigilance du technicien d'essais. Sur un banc d'essais, une piste ou en laboratoire, il occupe un poste clé entre le bureau d'études et la fabrication en série.

  • Salaire débutant
    1891€ brut

Ce métier me correspond-il ?

Je suis branché high tech

Mes passions : créer un site web, m'initier à la programmation, la culture geek (jeux vidéos, BD et mangas, web-séries…), les communautés virtuelles, booster les performances de mon PC, la technologie

Mes qualités : capacité d'analyse, esprit de synthèse, réactivité, inventivité, goût pour les énigmes à résoudre, rigueur, travail en équipe, technophile

Publicité

En quoi consiste ce métier ?

À partir d'un plan d'essais ou d'un cahier des charges, élaboré par un ingénieur, le technicien d'essais teste les prototypes de moteurs ou d'équipements énergétiques. Il contrôle tout minutieusement en effectuant différents essais (thermiques, statiques, de résistance) et procède à des simulations de fonctionnement des appareils. Spécialiste des mesures et des mises au point, il est chargé d'exploiter les résultats des tests. Le relevé des paramètres et l'enregistrement des mesures lui permettent d'obtenir une première évaluation et de détecter la moindre anomalie. Il observe, par exemple, les niveaux d'accélération enregistrés par les capteurs pour les comparer aux résultats attendus. Il rédige ensuite un compte-rendu pour le communiquer aux différents fournisseurs de l'entreprise. Si les premiers essais effectués ne sont pas satisfaisants, il faut apporter certaines corrections et recommencer les tests. Puis la production à grande échelle peut démarrer.

Le technicien d'essais travaille dans les laboratoires des constructeurs, partout où l'on fabrique en série : dans l'automobile, l'aéronautique, l'industrie ferroviaire, etc. Son domaine, le département essais, est intermédiaire entre le bureau d'études et la fabrication.

Les formations et les diplômes

Après le bac

Bac + 2 : BTS moteurs à combustion interne (MCI) ; électrotechnique ; assistance technique d'ingénieur ; industrialisation des produits mécaniques (IPM)... DUT mesures physiques ; génie mécanique et productique.

Formation(s) correspondante(s)

D'autres formations préparent à ce métier. Consultez la liste ci-dessous pour connaître les modalités d’accès et l’organisation des études.

bac + 2
* Prix hors frais de port