Imprimer
Accueil Secteurs Fiches métier technicien / technicienne en automatismes

< Retour à la page précédente

Fiche métier

technicien / technicienne en automatismes

Expert en machines-outils et en commandes numériques, le technicien en automatismes connaît tout des robots : leur conception, leur mise en service et leur maintenance. C'est un professionnel polyvalent et très recherché.

  • Niveau minimum d'accès : bac + 2
  • Salaire débutant : 1800 €
  • Statut(s) : Statut salarié
  • Synonymes : Automaticien/ne ,
    Mécanicien/ne de maintenance
  • Métiers Associés :

    Responsable opérationnel/le en électronique et automatisme industriel (automatique),
    Technicien/ne en robotique

  • Secteur(s) professionnel(s) :

    multisecteurs

  • Centre(s) d'intérêt :

    Je suis branché high tech,
    Réparer, bricoler, j'adore ça

Le métier

Nature du travail

Établir le cahier des charges

Chaque système automatisé est réalisé sur mesure, selon les besoins du client. Sous la responsabilité de l'ingénieur, le technicien en automatismes détermine les opérations à automatiser (mélanger, emballer, stocker...) et les contraintes à respecter (cadence de production). Il consigne tout dans un cahier des charges.

Concevoir le système

Le technicien en automatismes conçoit et met en oeuvre les programmes informatiques commandant les automates. Pour définir l'architecture du système, il utilise des outils de modélisation et de simulation. Il assure le réglage et la programmation des robots, et les intègre, ensuite, au processus de fabrication.

Assurer la production et la maintenance

En production, il met en place une chaîne de mesure et de contrôle, à l'aide de capteurs et de systèmes programmables. Il utilise les logiciels de télégestion et de supervision pour gérer les modes de marche et d'arrêt. Il effectue de nombreux tests, avant la mise en service. Il doit aussi suivre et entretenir les installations : dépannages et contrôles préventifs. Grâce aux moyens technologiques avancés (télémaintenance, supervision, etc.), il améliore et optimise les systèmes automatisés. En service après-vente, il assure le suivi technique auprès de la clientèle.

Compétences requises

Non-matheux s'abstenir

Le technicien en automatismes exerce avant tout un métier lié aux mathématiques. Il passe une grande partie de son temps à calculer et établir les équations logiques qui décrivent le comportement d'un système. Une démarche logique doublée d'un raisonnement rigoureux est donc nécessaire pour concevoir et mettre en place des systèmes complexes. Il doit également maîtriser les différents logiciels utilisés dans son domaine et se tenir au courant de leur évolution.

Polyvalence

La grande variété des systèmes à traiter exige des connaissances étendues dans des domaines très divers. Les compétences de ce technicien sont au coeur des nouvelles technologies et largement pluridisciplinaires : mécanique, électricité, électrotechnique, automatismes, informatique industrielle, pneumatique, hydraulique, etc.

Le goût du contact

Au sein d'une équipe, ce professionnel est en contact permanent avec les clients et les fournisseurs. Il est également en relation étroite avec le bureau d'études, la production et la maintenance. Il travaille en tandem avec un ingénieur automaticien. Savoir communiquer dans ce métier est indispensable.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Dans l'industrie automatisée

Dans une grande entreprise de production, le technicien en automatismes est spécialisé, le plus souvent au bureau d'études ou en production. Mais il peut également travailler en maintenance ou au service après-vente. Dans une société d'ingénierie, ses fonctions seront davantage tournées vers la rédaction du cahier des charges, la mise en service et les essais.

Des projets variés

Le technicien en automatismes travaille sur des projets variés : machines d'imprimerie, lignes d'assemblage d'automobile, dispositif de stockage industriel ou encore emballage des yaourts, réglage des feux de circulation... Il travaille essentiellement face à un écran, mais se rend aussi en atelier d'usine pour suivre le montage des robots et effectuer les essais de fonctionnement.

Des responsabilités variables

Selon l'importance du projet à réaliser, le technicien en automatismes n'a pas le même degré de responsabilité. Il assiste un l'ingénieur pour des affaires complexes, comme la mise en place d'une ligne de robots soudeurs. Il peut prendre totalement en charge la conception d'une machine ou d'un dispositif de manutention (chariot guidé...).

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

1800 euros brut par mois.

Source : http://www.lesmetiers.net/orientation/p1_194065/technicien-en-automatismes, 2015.

Intégrer le marché du travail

Dans de nombreux secteurs

Le technicien en automatismes est recherché dans tous les secteurs qui fabriquent des produits en continu : automobile, aéronautique, construction mécanique, bois, textile, agroalimentaire, chimie, domotique, etc. Il s'insère facilement dans les services recherche et développement, les bureaux d'études et les services de maintenance. Il peut se spécialiser dans un domaine particulier (maintenance des systèmes hydrauliques, motorisation, etc.). Plusieurs années d'expérience lui permettent de devenir principalement chef de projet, responsable de bureau d'études ou responsable de maintenance.

Dans les sociétés de services

Ce spécialiste peut également travailler dans des sociétés d'ingénierie qui conçoivent l'architecture des automatismes et en assurent le suivi. Des places sont aussi disponibles dans les sociétés de maintenance industrielle qui fournissent des prestations d'entretien, de réparation ou de rénovation, pour l'automobile ou l'agroalimentaire.

Accès au métier

Accès au métier

Les études, toute une palette de diplômes

Pratiquement tous les DUT et BTS du secteur industriel, permettent d'accéder à des fonctions de technicien en automatismes.

En effet, ces diplômes qui se préparent en deux ans après un bac scientifique, S, STI2D ou STL, comportent tous, un programme approfondi en automatisme, génie mécanique, génie électrique, informatique, contrôle, métrologie... Sans oublier la maîtrise de l'anglais.

Quelques exemples de diplômes les mieux adaptés :

  • DUT Génie électrique et informatique industrielle ;
  • BTS Conception et réalisation de systèmes automatiques , pour l'industrie manufacturière ;
  • BTS Contrôle industriel et régulation automatique , pour les industries de production en continu. ;
  • Par ailleurs, de très nombreuses licences professionnelles orientées automatismes (en un an après un bac + 2) délivrent une qualification très appréciée des employeurs. Très pointues, elles permettent d'élargir ses compétences, ou de se spécialiser en conception, en maintenance ou en gestion de projet. Leurs objectifs communs de formation : savoir appréhender globalement un système, mettre en oeuvre les techniques les plus diverses, gérer et animer un projet, assurer une maintenance spécialisée.

En savoir plus

Témoignages

Bruno, automaticien indépendant

Un parcours original

"Après avoir été technicien en automatismes industriels dans des sociétés de services, je travaille aujourd'hui en indépendant. Je fournis des prestations de services en automatismes industriels : préétudes, études, documentation, programmation, essais, mise en service et réglage. Ma collaboration avec une entreprise peut être ponctuelle, temporaire ou périodique. Mes interventions portent sur les systèmes programmables et/ou configurables utilisés dans l'industrie."

(25/04/2016)

Ressources utiles

www.uimm-mp.com

Union des industries et métiers de la métallurgie Midi Pyrénées

www.symop.com

Syndicat des entreprises de technologies de production

Publications

Publications Onisep

Les métiers de l'électronique et de la robotique
collection Parcours, Onisep
parution 2015

Vient de paraître

Pour
les professionnels